Arrow - Saison 1

Publié le par Twinsunnien

La box DVD.

La box DVD.

Ce n'est que tardivement que je me suis rendu compte que j'aurai dû voir Arrow avant Flash, car c'est bien avec le vigilante ressemblant à Robin des bois que l'univers DC comics commença à être porté à nouveau à la télévision, en version un peu plus moderne que les Batman et Flash des années 90. Durant la première saison de la série centrée sur Barry Allen, on constate que ce dernier est lié d'amitié avec Oliver Queen. Mais bon, nous n'aurons pas l'opportunité de voir comment ils se sont connus dans cette saison. Donc c'est dans le mauvais sens, et en connaissant vaguement Arrow via Flash que je plonge dans cette première saison qui est pour le coup réussie. Petite vidéo et on y revient.

Vidéo de TheThomas1711.

Je spoil mon avis tôt, mais oui, j'ai aimé voir cette saison, les 23 épisodes de 40 minutes s'enchaînent bien, surtout grâce à un procédé malin comme un singe. Mais d'abord, l'histoire. Oliver Queen est un sale gosse de riche, il va faire une petite croisière sur la yacht familial avec son pôpa d'amour et la sœur de sa petite amie. Et là patatra, le yacht coule, Sarah est perdue, et Oliver se retrouve avec son père et un mec sur le radeau de sauvetage. Bon, en fait je raconte n'importe comment, mais en gros Oliver se retrouve seul sur une île pas si déserte et va apprendre à survivre, ceci afin d'accomplir la dernière volonté de son pôpa, à savoir sauver Starling City. De quoi? Nous l'ignorons encore, mais bon, Oliver est devenu vachement balèze en 5 ans sur cette île, et la force du récit, de la narration plutôt, est d'alterner entre 2012 (actuellement) avec la double vie d'Oliver, gosse de riche qui revient de l'enfer, et Arrow, le mec à la capuche qui n'hésite pas à user de la violence pour annihiler la pègre de sa ville. Le mec est hyper doué avec un arc et des flèches. Donc en plus de voir cette double vie, on aura droit à des flashbacks, nous expliquant ce qui est arrivé à notre héros durant les 5 années sur l'île. J'annonce d'entrée, nous n'aurons pas toutes les réponses dans cette première saison, mais c'est assez bien fichu, et surtout ça ne s'interrompt pas sur un cliffangher de merde comme pour Flash.

Donc nous allons le voir monter une équipe, au fur et à mesure, Félicity intervenant tardivement par contre, mais Diggle, le bodyguard est là tôt. De plus Oliver doit gérer la relations un peu houleuse qu'il a avec Laurel, la sœur de Sara, donc si vous avez suivi, son ex meuf à Oliver. Je ne suis pas doué pour raconter les histoires, mais en gros Oliver faisait zizi panpan avec Sara, et donc a trompé Laurel avec sa propre sœur. La classe. Et je peux vous le dire, Laurel est le personnage le plus débile du monde. Je spoil, mais en gros elle arrivera à pardonner à Oliver, se remettra avec lui alors qu'elle sort avec le meilleur pote d'Oliver, Tommy. Oui, dit comme ça, on se croirait devant les feux de l'amour. Je déteste ce personnage de Laurel, la meuf canon soit disant intelligente car elle est devenue avocate, qui va détester Oliver à son retour, lui reprochant à juste titre d'avoir tué sa sœur en l'emmenant sur ce bateau, la meuf qui couchait de temps en temps avec Tommy parce qu'il faut bien entretenir la tuyauterie, la meuf qui ira même jusqu'à se mettre en couple avec Tommy avant que ce dernier se rende compte qu'en fait Oliver et Laurel s'aiment toujours.

Enfin bon, oublions Laurel, passons à Tommy, le meilleur pote de toujours se tape quand même l'ex de Oliver quand celui ci est déclaré mort, qui va se retrouver à gérer la boîte de nuit qu'Oliver ouvrira juste au dessus de son Arrow QG, histoire d'avoir un alibi pour ses sorties nocturnes, dont on se moquera en apprenant qui est son papounet, de comme par hasard, je respoil, mais John Barrowman est trop classe en riche homme d'affaire un peu connard qui en plus sait se battre, enfin bon, on va pas trop spoiler non plus. Bref, Tommy est un personnage que j'aime pas non plus.

Bon, niveau perso, nous avons donc John Barrowman, le Capitaine Jack Harkness de Doctor Who et Torchwood, j'arrive pas à me rappeler son prénom, pour moi c'est Jack, stout. On apprendra son projet horrible pour les Glades, et pourtant, nous arriverons à comprendre pourquoi il en vient à une telle extrémité. Il est ami avec la môman de Oliver, et là on devine le complot machin truc tout ça, ce n'est pas un spoil car ça intervient tôt, mais elle se doute que le yacht a été saboté. Et pour ne rien arranger, elle aussi se faire ramoner le conduit par l'ex comptable devenu PDG de la Queen corporation. Putain c'est moi où les femmes sont quand même méchamment dégradées dans cette série? Je ne cause même pas de Thea, la jeune sœur under eighteen d'Oliver qui ne va faire que des conneries de petite fille bourge. Je préfère passer outre.

En vérité, le gros problème de cette série, c'est ce monde de bourgeois avec aussi le monde de la teuf avec des gros boum boum et des gens superficiels, résultat, on ne s'identifie pas aux personnages, seuls Diggle et Felicity obtiennent notre empathie, et un peu Oliver, surtout quand on voit comment il a méchamment changé depuis sa survie sur l'île. Survie dont je ne dirait rien, pour laisser la surprise totale, mais ce sont des passages excellents je trouve. Permutant parfaitement entre le monde de paillettes de Starling city et le côté survival de l'île.

Ah, a un moment on va voir la fille d'un mafieux, qui va jouer les vigilantes aussi au côté de Arrow, c'est assez bizarre comme passage, surtout qu'ils commencent par se mettre sur la gueule tout les deux, avant de ken ensemble, de s'allier puis de redevenir ennemi. Ouép, j'ai pas tout compris là, j'avoue, mais c'est assez peu intéressant. Et donc venons en à la partie intéressante, la partie action du truc, franchement, les scènes dépotent bien, bon, j'aime pas voir Oliver faire de la muscu et s'entraîner forcément topless parce que voilà quoi, c'est euh, inutile mais bon. Par contre une fois face à ses adversaires, oh putain, les cascades sont excellentes, les chorégraphies des bastons ingénieuses, et c'est assez rare de voir ça dans une série. C'est du très très bon pour le coup. De plus le découpage de l'histoire fait que l'on ne s'ennuie pas, et comme les révélations s'enchaînent, chaque épisode est intéressant, maintenant le téléspectateur en haleine.

Bien rythmée, parfaitement réalisée, intéressante à suivre et avec de belles scènes d'action, cette série, du moins première saison est excellente, on regrettera juste l'absence de plus de personnages attachants, car les bourges et leurs problèmes de cul, on s'en branle, Laurel est un personnage changeant d'avis rapidement, pire, même son père en viendra à rallier Arrow. Les flashbacks sont justes géniaux, et oui, j'ai envie de voir la saison 2 même si le génial antagoniste n'en sera plus malheureusement, juste pour voir la suite des flashbacks en fait. Ah, si, Felicity a beau être un personnage attachant, elle reste assez improbable, genre une geek mignonne avec de l'humour et intelligente? Oui. Ceci est bien une fiction, et ce n'est pas misogyne ce que je dis, car faites en un homme et ça resterai un personnage tout aussi improbable. En fait seul Diggle est parfait, sachant se défendre, ayant une vraie personnalité, même si a un moment il boudera (j'appelle ça comme ça pardon), il reste LE personnage de cette saison pour moi. Felicity et Oliver arrivant juste après. je vous conseille donc cette saison, passionnante du début à la fin, avec certains personnages cons, énervants même, mais comme il y a un bon rythme, un bon découpage et surtout un équilibre parfait entre action/vie quotidienne/intrigue/flashback, bah on ne s'ennuie jamais, je vous conseille de voir cette saison 1 que j'ai tellement bien aimé que je verrai la saison 2.

@+

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article

Aurelie 27/04/2017 13:29

J’ai vu presque tous les épisodes de la première saison de la série Arrow. On y découvre les raisons qui ont poussé Oliver à se transformer en justicier. L’intrigue est palpitante.

Angelilie 21/03/2017 13:46

Bonjour, j'apprécie beaucoup votre blog. n'hésitez pas à venir visiter le mien. au plaisir