Bienvenue à Zombieland

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay.

Le BluRay.

Petite semaine spéciale à venir, 6 films que je considère comme très bons, et c'est pourquoi nous allons débuter tranquillement par une comédie, oui, on va pas trop se fouler. En 2009 sortait la réponse américaine à l'excellent Shaun of the dead de Edgar Wright, d'ailleurs si je puis me permettre j'ai cru percevoir des idées de Scott Pilgrim vs the world du même réalisateur. C'est réalisé par Ruben Fleischer, et ce film sortit de nulle part a bien marché. Il faut dire que prendre des Zombies et en faire une comédie, alors que la série The Walking dead n'est pas sortie, c'était un risque, même si le Jeu Vidéo s'intéressait déjà aux morts vivants, tout comme la BD. On retrouve Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, la récemment oscarisée Emma Stone, Abigail Breslin (vue dans Little Miss Sunshine), et un invité surprise, bon, je fais genre je veux pas spoiler, mais vous devez savoir de qui il s'agit, sinon, bah regardez vite le film avant qu'un con ne vous dévoile qui. N'ayez crainte, la bande annonce qui suit ne divulgâche pas.

Vidéo de SonyPicturesFr.

Oui, donc, j'aime bien les films de Zombie. C'est con dit comme ça, mais j'ai découvert cet univers à la sortie du Jeu Vidéo de Capcom, Resident Evil, qui s'inspirait de Alone in the dark et des films de George A. Romero. Depuis cette découverte, bah j'aime bien ce genre quoi. Je m'exprime bien hein? Et en fait, Bienvenue à Zombieland, bah je n'en attendais rien, sorte de film parodique, mais sans plus. Donc le film débute par un jeune homme expliquant comment il a survécu à l'apocalypse Zombie, nous ne saurons jamais son nom ni prénom, il en sera ainsi pour tous les personnages (on ignore si Wichita donne son vrai prénom) sauf pour la vedette mais vous verrez ça. Et donc Colombus a survécu grâce à des règles qu'il suit. Le cardio, le double tap, etc.... ces règles s'affichent un peu comme dans le jeu Splinter Cell Conviction (ou Scott Pilgrim vs the world), et on constatera que le film prend son côté fun dans le jeu vidéo en général.

Donc notre héros survit, tant bien que mal, le coup de la grosse commission est hilarant j'avoue, et puis un jour il rencontre Tallahassee, un gros dur, franc et très doué pour buter du Zombie. Les deux personnages sont opposés mais devront se serrer les coudes quand il se feront voler par Wichita et Little Rock, deux filles ayant pour règle de ne faire confiance à personne sauf elles-même. Bon, la plus âgées des sœurs a pour objectif d'emmener sa petite sœur à un parc d'attraction en Californie.

Donc nous allons les suivre à travers ce road movie, chaque personnage ayant un but, pour Colombus c'est de retrouver sa famille qui ne l'apprécie guère pourtant, les filles veulent aller au parc d'attraction, et Tallahassee recherche le Twinke, Twinckle, je sais plus, un gâteau qui semble introuvable.

Le film réussi le même mélange que Shaun of the dead, à savoir de l'humour, des scènes gores, oui, on va dire ça, pas ultra gore non plus mais bon, on voit du zombie, ça saigne, ça mange des viscères, enfin bon, c'est très sympa de ce côté ci. On apprend à connaître les personnages au fur et à mesure, voyant leur passé, comme quand Colombus a du se battre contre sa voisine canon se transformant en mort-vivant alors qu'elle s'était endormie dans ses bras. L'histoire la plus touchante est bien celle de Tallahassee, surtout quand, vers la fin, on comprend de qui il voulait parler en disant "son chien".

Il faut prendre ce film comme il est, un grand défouloir dans un univers post apo zombiesque, sur la fin on retrouve des codes du jeu vidéo, avec le rail shooter notamment (on pense à House of the dead), et surtout le gros défouloir qu'est la saga Dead rising, avec des scènes barges, comme la fin où Tallahassee se retrouve bloqué par une troupe de zombies, ou quand lors d'un mini flashback, il apparaît avec 2 tronçonneuses. En terme d'endroit visité, on passe de la ville à l'autoroute déserte, un supermarché, mais aussi de la boutique amérindienne, pour passer par la demeure d'une immense star de Hollywood, ce passage est hilarant aussi, l'acteur (oui ce n'est pas une actrice) est excellent, avec le coup de Little Rock disant "c'est qui lui?" "tu le connais pas, c'est comme ne pas connaître Gandhi!" "c'est qui Gandhi?", pour finir par le parc d'attraction, où l'on voit la démesure du truc, avec mitraillettes, Hummer écrasant les mort-vivants, manège les envoyant dans les airs. Ah, j'oubliais, il y a ce meurtre de la semaine aussi, avec la gagnante une Sœur, vous verrez comment elle tue le zombie, arf.

J'ai du mal à vous exprimer toute la joie qu'offre ce film, c'est pour cela que je passe à la conclusion. Fun, riche en mise à morts, n'hésitant pas à montrer les attaques, sans virer dans le gore nauséeux d'une des suite du génial Saw, ce film est le parfait équilibre entre humour et horreur. Les personnages sont peu nombreux, différents et tous attachants. Mieux, si l'on excepte l'humour, on tombe sur un vrai film de zombie, qui ne détonnerait pas dans l'univers des ...of the dead de Romero. En plus si vous aimez le jeu vidéo en général, pas mal de codes y sont présents. Ce qu'il faut retenir de ce film c'est que c'est du fun pour ado/adulte. Oui, car ce n'est pas une comédie pour enfant de 12 ans. J'adore, et j'ai à nouveau adoré. Car oui, j'ignore si je vous l'avais dit ou pas, mais les films qui sont présentés dans ces semaines spéciales cinéma culte sont des films que j'ai déjà vu, et que je revois pour en faire la chronique, ce qui explique que des films que je juge réellement cultes mais vus qu'une fois et chroniqués ici, ne soient pas dans ces semaines quoi. Les premiers films me venant à l'esprit sont Tu ne tueras point, Zootopie, Dernier train pour Busan, Split, Patients ou Your name. Donc les films passants durant ces semaines spéciales sont des films vus et obtenus en DVD avant l'ouverture de ce blog. Passons. En tout cas Bienvenue à Zombieland est un excellent film, fun et dynamique sans être con, il vous divertira pendant ses 90 minutes. J'adore.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article