Mariés, deux enfants - Saison 1

Publié le par Twinsunnien

L'intégrale DVD.

L'intégrale DVD.

Forcément, les plus jeunes d'entre vous ne connaîtront pas cette série, pourtant, c'est l'anti sitcom par excellence, une série montrant pour le coup une vraie famille moyenne étasunienne, voire pauvre. Bon, pas si pauvre que cela, ils ont un toit, une auto. Cette famille quasi parfaite, le mari, la femme, deux enfants, une fille et un garçon, est pourtant atypique dans la conception qu'ils ont de ce mot. En gros ils ne peuvent pas s'encadrer. Al Bundy, le chef de famille, est vendeur de chaussure pour femme, son job ne l'excite guère, et c'est pire quand il rentre à la maison, car sa femme, Peg, est femme au foyer, sauf qu'elle passe ses journées à regarder la télé en fumant. 16 ans d'un faux amour les lient, et ils ont eu la chance d'avoir deux beaux enfants, Kelly, l'archétype même de la Bimbo, blonde décoloré, stupide comme ses pieds, aimant sortir avec des mecs au look de rebelle. Et Bud, jeune ado entrant dans sa puberté, pervers, limite psychopathe, pourtant malin comme un renard. Oui, j'en fait un portrait pas terrible, et si l'on ajoute Buck, le chien de la famille, qui lui aussi est un flemmard, on obtient une sorte de foyer bizarre, dont nous étions peu habitué à la télévision en 1987. Woh, je cause beaucoup, mais regardons une courte vidéo.

Vidéo de missdo57.

Ce générique, je l'ai souvent entendu dans ma jeunesse, sur M6 pour être précis, aaah, là là, donc cette saison marque les débuts de la famille Bundy sur petit écran, composée de 13 épisodes d'environ 23 minutes, elle se présente sous la forme d'une sitcom, mais avec des personnages loin d'être lisses. Presque comme une satyre en fait. Oui, j'emploie des mots bizarres sans vraiment savoir ce qu'ils veulent dire. Mais en fait, on s'attache très vite à cette famille, des losers par excellence. Mieux, les autres personnages récurrents, Marcie et Steve Rhoades, sont là pour bien montrer la différence de réussite sociale entre les 2 foyers. Les voisins sont en effet de jeunes mariés qui viennent d'aménager, et ils cherchent à faire ami ami avec les Bundy, sans savoir où ils mettent les pieds. Ils bossent tous les deux dans une banque, et Marcie touche plus que son mari. On voit ainsi la différence de niveau social, mais aussi d'année de mariages, les Bundy étant dans une sorte de lassitude qui fait qu'ils s'envoient des réflexions parfois violentes sans que cela ne les choquent.

Vous l'aurez compris, c'est atypique, loin des trucs parfaits que l'on voyait habituellement dans les télévisions. Pour vous montrer le taux de lassitude, Al n'hésite pas à mater un film porno devant sa femme, donnant lieu à une conversation surréaliste ne choquant aucun des deux persos, pire, les Bundy ne seront en aucun cas gênés quand les Rhoades débarqueront chez eux durant la diffusion de ce film (qui apprend à des hôtesses de l'air à manier le manche ^^).

Les épisodes sont très drôles, je me suis surpris à rigoler comme une barrique à la plupart des punchlines, il faut dire que ça balance pas mal. Un peu comme une pièce de théâtre en fait, déjà le lieu principal est le salon de la maison des Bundy, parfois on va dans le magasin de chaussures, chez les Rhoades, ou à l'étage, mais la plupart du temps, c'est dans le salon que se déroule l'action. Avec Al et sa posture mythique, assit sur la canapé, une main dans le froc. vous n'avez jamais essayer? Woooh, il y a Peggy et sa démarche gigotante, qui fait beaucoup de mouvement pour avancer lentement. Enfin bon, il y a beaucoup de choses drôles, ce qui tombe bien vu que c'est une série à prendre au second degré, si l'on y regarde de prêt, on pourrait déprimer pour cette famille qui n'a pas de chance, peine à remplir le frigo, mais les auteurs arrivent à en faire quelque chose de marrant. Le fait que les personnages ne semblent pas s'aimer mais s'apprécient quand même. Quand les hommes ont voulu faire les mâles en achetant une Mustang et en la retapant, et que les femmes attendent d'aller au resto.

Le petit problème que j'ai (et vous devez constater que je brode pas mal), c'est que je ne peux pas vous sortir un exemple hilarant de mémoire, mais on se marre forcément à chaque épisode. Les personnages sont déjà en place, et on retrouve même les amis de Al et les soirée de Poker. Je crois même que le Nibard Bar est cité, mais comme je l'ai vu en VOST, j'ai pas saisi le nom original de ce bar. Franchement, quand j'ai entendu ce nom pour la première fois, le Nibard Bar, j'étais vraiment plié en deux, en même temps je devait avoir 12 ans ou un peu plus, je ne me souviens plus trop. Mais on voit Al dans son magasin de chaussure, déjà en train de servir des femmes peu aimables et peu jolies aussi, alors que son collègue lui séduit tous les canons qui passent dans la boutique. Ah, cet épisode où Al va dans la garçonnière de son collègue, et pourrait avoir la possibilité d'avoir du Schwepps avec une hôtesse de l'air stupide, mais il choisit à contre cœur de rejoindre son monstre de femme, ce genre de réaction rendent le personnage encore plus attachant. Par contre oui, les femmes en prennent pour leur grade, mais les mecs aussi, Steve est soumis à sa femme Marcie, Al morfle, Bud aussi. Donc je ne pense pas que l'on puisse accuser la série d'être machiste voire misogyne. L'équilibre est très bon sur ce point. Woooh, oui, il y aura même des épisodes prenant partis, comme celui du chien des voisins, montrant que la possession d'arme à feu est dangereuse.

Déjà en 1987 et dans cette première saison, les personnalités sont là, il y est question aussi des problèmes d'argent de la famille, mais moins accentués que dans mes souvenirs, par contre les dialogues sont aiguisés comme jamais, on rit au dépend des personnages qui s'insultent mais parce qu'ils s'aiment bien. Je l'ai déjà dit, mais l'équilibre est excellent, un coup on trouvera tel personnages détestables avant que finalement il ne fasse ou dise quelque chose qui renversera notre opinion. Kelly n'est pas encore tout à fait la blonde ultra sexy, on ne verra pas encore Al sortir les mecs de sa fille en les fracassants. Bud n'amène pas encore des filles à la maison, en arrivant pas à perdre son pucelage pour autant, le Nibard Bar n'est pas trop évoqué, et pourtant, l'esprit décalé de la série est là. On rigole de bon cœur, même quand il est question de personnage ne mangeant pas à sa faim, ou quand un autre personnage fait une chose qui lui déplait (comme Al faisant son devoir conjugal avec Peg par exemple), une situation pas drôle à la base qui dans l'esprit de la série fait rire. Oui, je vous conseille cette série, qui engendrera Malcolm voire même Les Simpson je pense. À voir, j'adore.

@+

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article