LEGO Batman, Le film

Publié le par Twinsunnien

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Alors qu'il y a deux semaines j'avais prévu de me faire un ciné, la programmation m'en avait dissuadé, c'est d'ailleurs ce qui a failli arriver ce week-end, une fois de plus, à part des comédies françaises assez flippantes (Raid Dingue, Il a déjà tes yeux), les trucs, oui trucs, genre 50 nuances plus sombres, en fait je n'ai pas eu grand choix. LEGO Batman le film donc. Marrant, j'ai découvert l'existence de ce film une semaine avant de la voir, quand j'ai ouvert l'email de mon cinéma, genre, "purée, ils ont fait un film LEGO Batman", et sachant que j'avais bien aimé, sans pour autant adorer, le LEGO La grande aventure, je me suis dit pourquoi pas. Bon, ça ne m'a pas empêché en voyant la bande annonce d'avoir peur de ce que j'allais voir. Je craignais un côté ultra simpliste de la licence de DC Comics et le côté lourd des licences LEGO. Pire, en entendant une mère de famille s'interroger sur la présence de 2 ados dans la salle "vous n'êtes pas un peu vieux pour ça", euh, ceci ne rassure pas et me fait me cacher dans mon fauteuil. Le pire étant que cette même personne reconnaîtra ne rien savoir du film, et espèrera que ça ne sera pas trop choquant pour ses enfants qui lui ont promis que ce serait rigolo. Tain, en plus c'est ouf, mais il y avait pas mal de gosse, ça fait peur à vrai dire, je me suis vraiment pas senti à ma place pour le coup, alors que j'ai vu Zootopie, Snoopy et Dory au cinéma, c'est la première fois que je me sentais mal dans la salle. Bon, le film est sorti le 8 février 2017 en salle, ah, marrant, je l'aurait vu la semaine de sa sortie. Enfin bon, bande annonce.

Vidéo de Warner Bros. France.

Dans une Gotham entièrement faite de brique danoise, Batman chasse le crime et sauve la ville à tour de bras. Seulement, quand il rentre chez lui, c'est bien la solitude qu'il trouve, oh, il y a bien Alfred (Stéphane Bern, brillant, et que je n'ai pas du tout reconnu, heureusement les crédits finaux me l'ont indiqué), mais c'est plus un faire valoir pour Bruce Wayne/Batman qu'un père, alors que pourtant le majordome considère Bruce Wayne comme son fils adoptif. On se rend compte du mal qui frappe Batman, la peur, non pas des serpents clowns, mais bien de faire à nouveau partie d'une famille qu'il risque de perdre, comme on le voit dans sa réflexion face à la photo de ses parents.

Mais avant la Batcave, le film s'est introduit sur un déluge d'action, avec le côté LEGO, mais je vous assure que c'est magnifique, on se posera la question sur les bruits des armes, fait à la bouche, et la crainte de retrouver le twist de LEGO la grande aventure, qui était bien trouvé à l'époque mais peut aussi énerver pas mal (putain Will Ferrell quoi :-/), enfin bon, la crainte de revoir ça apparaît. Une crainte fausse car jamais nous ne verrons d'humain, et là est la bonne nouvelle. Oui, je spoil, mais bon, c'est plus pour rassurer qu'autre chose. La caméra virevolte, les personnages sont ultra rapidement présentés, avec la touche d'humour LEGO quoi, en moins lourd que d'habitude je trouve. Le personnage du petit orphelin sera présenté en toute fin de cette scène, montrant quelque peu la fierté que Batman porte à sa personne, et rien qu'à lui.

Ensuite nous voyons la solitude du personnage, dans une scène qui ralenti un peu le rythme dingue du début, ça permet de mieux poser Batman, qui est en fait ultra imbu de lui-même, mais qui cache un mal profond, celui de refuser de reperdre des êtres qui lui sont chers. Il se rendra tout de même, sous l'identité de Bruce Wayne (que l'on verra peu) à la cérémonie de départ de Gordon, remplacé par sa fille, qui a des idées bien arrêtées sur la façon de faire chuter le crime à Gotham. Ne plus se reposer sur Batman fait parti de son plan, ce qui met presque en colère Bruce Wayne. C'est à cet instant que le Joker met en place son plan en se rendant à la nouvelle commissaire, shuntant Batman. L'ennemi juré de l'homme chauve-souris n'a pas du tout apprécié que celui-ce ne voit en lui son plus grand antagoniste. On verra que son plan est audacieux et mettre Gotham à feu (mais pas à sang, univers LEGO mignon oblige).

Si Bruce Wayne semble avoir un crush, ou coup de foudre pour la nouvelle commissaire, ça n'est pas réciproque. Par contre le Joker à l'asile d'Arkham, ou la prison je n'ai pas bien pigé j'avoue, ainsi que les autres vilains (que Jojo a trahi en les livrant à la police), Batman est inutile. Mais il se doute que son ennemi juré fomente un mauvais coup. Entretemps le jeune orphelin est adopté par Batman, pour l'aider à voler un pistolet qui envoie les méchants dans une prison céleste. Mais bon, il faut aller le voler à Superman, que Batman considère comme son ennemi juré. On y découvre la Justice League au complet en train de faire la teuf, sans Batman. On verra toute la fourberie de Batman prêt à se servir de l'orphelin, dont on découvrira qu'il s'agit du futur Robin mais en.... slip, à le commander, pour arriver à ses fins.

Là encore on a droit a une belle scène d'action, quoique plus destinée à faire rire les gosses qu'autre chose, mais la mission réussie et Batman commence à apprécier faire équipe avec Robin, lui, le grand solitaire pourtant. Bon, il met en application son plan et expédie le Joker dans la prison céleste. Mais il se fera arrêter car il a forcé le passage pour entrer dans la prison. Et là on découvre le Joker dans cette nouvelle prison, avec les pires méchants au monde, Voldemort, la créature du lagon noir (ou du moins elle y ressemble), King Kong, euh, King Kong est méchant? C'est nouveau ça, déjà il ressemble plus à Kong du jeu vidéo du même nom, et en plus King Kong est un singe spectaculairement gigantesque qui se fait enlever par des hommes pour l'exposer comme bête de foire afin de les enrichir... là il faudra prendre le temps de m'expliquer en quoi il est méchant mais bon. Il y a aussi, passage qui m'a un peu énervé, "les robots britanniques, demandez à votre ami geek qu'il vous explique", putain, ce sont les Daleks, et en quoi il faut être sznvhndfskj (j'aime pas ce mot) pour piger????? En tout cas le plan du Joker a fonctionné et tous les méchants très méchants de la prison céleste arrivent à Gotham, dans un plan qui rappelle S.O.S. Fantômes, indéniablement. Oh, j'avais oublié de citer Sauron en super méchant, enfin bon, vous aurez compris que ceux que l'on nomme vhqsdfhv seront aux anges. Ah oui, je voulais dire geek pardon, je bug quand il faut écrire ce mot, mais ça c'est parce que c'est soit disant à la mode, mais bon, là n'est pas le débat.

Et donc nous avons droit à une scène finale époustouflante, même si on a droit au coup du Batman qui protège ses amis alors que la confiance commençait à prendre, pour finalement le voir se repentir, c'était écrit d'avance, et si ça ne surprend pas, même m'irrite un peu, le voir se ramener avec les méchants que le Joker a trahi, fera mentir mon sentiment que ce que disait Batman en quittant la prison est un tacle à Suicide Squad, et bien non, c'était pour mieux revenir avec en fin de film pour une grande bataille impressionnante. Disons que ce qui surprend c'est que l'on s'attend à ce que Batman aille chercher la Justice League et il revient avec les Suicide Squad, enfin c'est pas leur nom mais je dis ce que je veux. Et donc la fin est un déluge d'action, super sympa au passage. Ah, d'ailleurs je me rappelle tout juste qu'il y avait les Gremlins aussi. Enfin bon, une tonne de choses que l'on connait.

Car si le film est ancré dans l'univers Batman, avec même un passage où le héros se cite avec toutes les itérations existantes (un pur régal), euh en fait c'est Alfred qui cite les précédents films (et série), il y a une tonne de référence, déjà à travers les costumes, les véhicules, les anciennes missions aussi, la musique, la présence de Justice League, peut être trop courte d'ailleurs, et franchement, j'avais trouvé la voix de Superman bizarre, efféminée, et ce n'est qu'en regardant le cast que je constate que c'est le footballeur Antoine Griezmann qui prête sa voix au superhéros de Metropolis, si ce n'est pas une catastrophe, on sent que quelque chose ne va pas malgré tout. Sauf pour Superman, les voix françaises s'en tirent très bien, même si je pleure un peu de ne pas pouvoir entendre Will Arnett (Ninja Turtles et surtout Arrested development), ou Michael Cera (Scott Pilgrim vs the world et.... Arrested development aussi) en VO, mais on oublie cette petite déception grâce à un cast efficace. Si on n'échappe pas à la morale à la con, le film s'adressant aux enfants, il n'en reste pas moins une lecture adulte du récit, avec des références multiples, que les têtes blondes, brunes, rousses ou chauves n'auront pu avoir dans leur courte existence. Techniquement c'est nickel, les assemblages sont pitêtre un peu trop rapides pour qu'on pige, mais bon, on s'en moque de piger, le résultat est un déluge d'action, c'est beau, c'est propre et surtout nous n'avons pas le twist de LEGO La grande aventure, comme nous pouvions l'attendre, surtout avec les bruitages des armes...., et si le scénario se veut un peu trop moralisateur (il faut faire confiance aux autres et vaincre ses peurs malgré de mauvaises expériences), le film passe vite et j'en suis ressorti tout content de l'avoir vu, le rythme est intense et nous n'avons pas le temps de nous y ennuyer. Je vous le conseille si vous avez aimé LEGO La grande aventure, si vous aimez les jeux LEGO, et même si vous aimez Batman en général, oki, c'est moins sombre, mais les petites références dispatchées le long du film sont savoureuses. Je regrette juste le personnage de King Kong, mal fait et surtout n'ayant rien à faire parmi les méchants pas gentils. Une grosse surprise pour moi, un film à voir j'estime.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article