The Shield - Saison 1

Publié le par Twinsunnien

L'intégrale DVD.

L'intégrale DVD.

Diffusée pour la première fois en 2002, cette série nous conte les enquêtes d'un commissariat regroupant pas mal de monde aux différents caractères. Ainsi nous verrons surtout les flics normaux, Julian le nouveau et Dani qui sera sa chaperonne, hein? On dit pas comme ça? En gros elle va former le nouveau. Ensuite il y a les inspecteurs Dutch, et Claudette (même prénom que ma môman), mais aussi l'équipe de choc, les gros bras du commissariat, aux méthodes peu orthodoxes, catholiques, juives, musulmanes ou bouddhistes (faites votre choix), elle est composée de 4 hommes, Shane, machin, truc et MacKey, ouép, j'arrive pas à retenir les noms des 2 autres, le moustachu et le beau blond, désolé. Enfin on voit aussi l'élite, le mec qui gère ce petit monde, l'hispanique Aceveda, qui se doute que l'équipe de choc n'est pas toute blanche malgré leur couleur de peau. Créée par Shawn Ryan, nous allons donc voir la saison 1 composée de 13 épisodes durant environ 44 minutes. Petite vidéo.

Vidéo VO de 2663KinkyCyborg. (trailer des saisons 1 à 6 en DVD)

Oui, ça surprend de voir une telle violence à l'écran, mais aussi surtout les situations, on ne cache pas le sang, je repense encore à ce monsieur Sud coréen qui se tire une balle devant les policiers, marquant particulièrement le nouveau Julian. On voit sans détour la drogue, la prostitution, la pauvreté, le racisme, tout ceci est abordé de façon frontale, abrupte, presque choquante.

Là où tient le grand tour de force de la série, c'est de nous offrir une quantité incroyable de personnages, presque tous attachants. Car si MacKey emploie des méthodes borderline même carrément illégale, les scénaristes compensent par sa vie privée et, attention spoil, son fils autiste. Nous prouvant que si il casse la loi par moment, c'est pour le bien être de sa famille et uniquement dans ce but. Une sorte de Walter White avant l'heure si j'ose dire.

Le pire étant que l'on navigue du policier basique, avec le duo Julian/Sofer, en uniforme et en voiture de police. Il y a le côté enquête avec les inspecteurs Dutch et Wyms, mais aussi de l'action avec la brigade de choc. L'aspect politique et administratif se voit avec Aceveda et Gilroy. On voit donc un peu tous les aspects d'un commissariat, avec le bizutage de Julian (ça va, il se fait tailler une pipe), mais aussi le côté plus sérieux, avec les interrogatoires, l'enquête en général. Enfin bon, la palette est large, aussi bien en situation qu'en personnage.

Pour MacKey ça commence mal, on devine très vite que c'est un gros pourri, qui se fait du pognon en gérant son territoire en contrôlant les dealers, mais aussi les macs. Pire, il n'hésitera pas à commettre un crime odieux, quand un des membres de son équipe voudra le balancer. Oui, sur les premiers épisodes on le déteste. Même si il accompli sa tâche et enferme des criminels, on ne peut pas cautionner ses actes. Pourtant, lentement, notre avis sur ce personnage va évoluer, en voyant que c'est un bon père de famille, en voyant qu'il permet d'arrêter de vrais gros connards, mais aussi en constatant qu'il sait faire la part des choses, et n'hésitera pas à féliciter Dutch alors que les 2 hommes se détestent. Le mieux intervenant sur la fin de saison, lorsque sa famille est menacée, mais aussi qu'un bon ami à lui fait n'importe quoi impliquant des émeutes, des assassinats de flics, bref, un gros merdier quoi. Les 2 derniers épisodes sont très marquant, violents, montrant une émeute des noirs américains en ayant marre que la police ne se bouge pas assez le fion pour les secourir. Avec ces émeutes, mais aussi les assassinats de flics, ultra violent (on ne voit que le résultat, mais c'est assez choquant il faut reconnaître), les 2 derniers épisodes marquent une excellente fin de saison.

Bien sûr nous verrons cette équipe qui va se diviser pour mieux apprendre à se connaître, je parle de Julian et Sofer, le premier ayant un lourd secret, que je m'en vais vous révéler, il est homosexuel, mais ne l'assume pas du tout, car il a eu une éducation biblique et n'arrive pas à s'assumer donc, voyant cela comme un mal suprême. Il ira jusqu'à se défouler sur un transsexuel, n'acceptant pas le fait que ce dernier s'assume. Pire, nous aurons droit au cliché du gay ayant le sida. Passage un peu facile je trouve, mais aidant bien à comprendre comment Julian se sent. Sofer elle, aura eu une aventure avec MacKey, qui semble un peu perdurer, et elle n'appréciera pas le fait que son collègue ne soit pas assez solidaire. Résultat pendant une période, ils n'arrêteront pas d'aller voir Aceveda pour ne plus être ensemble.

Ah, le chef du commissariat, qui veut faire de la politique, et veut que tout soit parfait, il n'arrêtera pas d'essayer de coincer la brigade de choc, se doutant des méthodes illégales usées par ses membres. Parfois hilarantes, comme quand ils essaient de débusquer des agresseurs de clients de strip-teaseuses/prostituées, plus violente quand il s'agit de se débarrasser de gens encombrant, on pense à euh, j'ai plus son nom, une petite frappe qui va jusqu'à provoquer des musulmans pas commodes du tout. Et encore je ne vous ai pas parlé de Wyms et Dutch, les inspecteurs, eux aussi sont très attachants, et si le blanc est un peu moqué au début, il surprendra tout le monde quand la petite Sally se fera assassiner, montrant qu'il peut aussi mener un interrogatoire dignement, même si c'était mal parti. On verra même un peu de leurs vies privées respectives, Dutch allant profiter un peu de sa résolution d'enquête pour sortir avec une veuve, et Claudette avec son père et sa fille, qui nous montrera qu'elle a du caractère. Idem pour la fin de saison où le fait qu'elle soit noir la mènera sur le devant de la scène (une idée d'Aceveda).

Vous l'aurez compris, si au début on ne comprend pas trop où l'on met les pieds, une fois les personnages bien assimilés (vers l'épisode 5-6), on suit les épisodes, les enquêtes, mais aussi le petites histoires annexes, avec avidité. Bien réalisée, montrant de l'action, de la violence, ne cachant pas la réalité de la rue aux téléspectateurs, cette série impressionne, scotche même. Surtout on a pas le côté chiant des séries policières habituelles, type CSI ou NCIS, qui peuvent nous montrer 2 fois le même épisode. Non, là il y a tellement de personnages, que les situations s'enchaînent avec un bon rythme, en gros on ne s'ennuie jamais. Oui, cette série est excellente, parfois violente, et se regarde rapidement, j'ai adoré et ai déjà hâte de voir la saison 2.

@+

La box vue de dedans.

La box vue de dedans.

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article