Le Seigneur Des Anneaux : Le Retour Du Roi

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay de la version longue.

Le BluRay de la version longue.

Après l'immense bataille du gouffre de Helm, perdue par Sauron et son armée, mais aussi après la défaite de Saroumane en Isengard, vaincu par les Ents, le mal suprême ne s'avoue pas vaincu, ayant déjà décidé de frapper les hommes en Gondor, la citée de Minas Tirith est la prochaine cible, ceci afin que Sauron prouve au monde de la Terre du milieu que l'on ne s'oppose pas impunément à son pouvoir et sa volonté de conquérir le monde. Ce qu'ignore l'œil, c'est que 2 hobbits, guidés par Gollum, sont en chemin pour détruire l'anneau unique, celui qui donna sa toute puissance à Sauron. Conclusion à la fois épique et riche en émotion de la trilogie Le seigneur des anneaux, Le retour du roi marque les slips par sa bataille absolument Dantesque en terre de Gondor. Par ailleurs, cette chronique clôturera le semaine spéciale Terre du milieu au cinéma. Toujours réalisée par Peter Jackson, sorti en 2003 dans les salles obscures, nous nous attarderons ici sur la version longue de ce film, avec bien 4h20 d'images qui bougent. C'est hyper long pour un film c'est vrai, mais il y a tant à dire encore. Nous allons voir ça après une vidéo.

Vidéo de LeSeigneurDesAnneaux.

Et donc dans ce film, nous allons assister au regroupement d'une partie de l'ancienne communauté de l'anneau, vu que Gimli, Aragorn, Gandalf et Legolas vont retrouver Merry et Pippin, tout penauds, en train de limite festoyer. Après tout ils ont bien mérité une petite pause après l'intensité de la bataille d'Isengard. Assez tôt, la troupe découvre le prochain plan de Sauron, attaquer Minas Tirith, avec des moyens démesurés. La rébellion s'organise, seulement une question d'égo empêche le roi du Rohan d'aller aider le Gondor, après tout ces derniers ne sont pas venus aider ses hommes lors de la bataille du gouffre de Helm. Gandalf, à l'aide de Pippin, va se charger de raisonner l'Intendant du Gondor (dont le trône est plus ou moins promis à Aragorn), c'est une fois de plus sur un homme buté sur lequel va tomber Gandalf, qui sera contraint d'user de ruse et du hobbit pour envoyer un signal au Rohan.

Dès lors tout s'enchaîne et l'on voit les armées se mettre en route. Seulement Aragorn va devoir faire un détour pour demander de l'aide à une armée de... fantômes. Grâce à l'épée du roi fraichement reforgée par les elfes, il obtiendra l'assistance des fantômes. Pour en fonction que le film a 13 ans, putain que les effets sont superbes, la transparence des fantômes quoi, bluffant. En parallèle nous suivons Frodo, Samwise et Gollum/Sméagol, dont nous avons vu au tout début du film, sa découverte de l'anneau et sa perte de raison devant le bijou qui le ronge depuis des années, d'un hobbit jovial, aimant pêcher, il se transformera en schizophrène, créant Gollum, être vile, qui va revenir durant le film, pour mettre en place un plan cherchant à éloigner Sam qui se méfie. La scène Sméagol en plan normal, et Gollum en reflet dans l'eau est juste incroyable, parfaite, superbe, montrant bien la double personnalité de l'ancien hobbit.

Pendant ce temps, nous assistons aux préparatifs de Minas Tirith, avec l'intendant envoyant Faramir, son dernier fils, à une mort certaine. Là aussi on assiste comme Pippin, impuissants à la connerie de ce personnage, qui mange alors que son fils est tué par sa folie, le parallèle fruit rouge/sang est là aussi excellent. Comme d'habitude, il regrettera trop tard son geste débile. La bataille de la cité blanche est impressionnante de démesure. L'armée se présentant aux portes du bastion du Gondor est incroyablement riche en effectif. Tout débute par les catapultes, puis le bélier en tête de loup, enfin bon, vous verrez tout cela de toute façon. Le découpage y est passionnant, on alterne scène plan large/plan serré, avec aussi des parties spectaculaires comme lorsque nous suivons les Nazguls dans les airs, montrant l'architecture incroyable de cette cité. Une fois de plus, on en prend plein la gueule et le spectacle est là tout en étant parfaitement lisible, un régal.

L'arrivée des hommes du Rohan nous donne un discours que l'on pourrait croire malvenu alors qu'en bas ça lutte sec, mais ça aide le (télé)spectateur à reprendre son souffle, en plus c'est classe putain. Puis la charge, merde quoi, ça donne des frissons. Que dire quand les sortes d'éléphants débarquent aussi, avec toujours un Legolas faisant le kéké en surfant sur le trompe d'un de ces animaux, on retrouve aussi la lutte entre l'elfe et Gimli, qui apporte une touche d'humour sans être trop lourd.

La bataille de Minas Tirith remportée, que faire désormais pour aider Frodo et Sam? Simple, il faut attirer l'attention du maître du mal afin que son immense armée encore en Mordor se déplace vers la porte nord. Ceci afin de dégager le passage pour les 2 hobbits, qui se sont débarrassés de Gollum, mais aussi d'une immense araignée, et ceci après que l'ancien hobbit ait tenté de les diviser, mais aussi après un passage par une garnison d'orques. Voir le résultat du défi lancé par Aragorn envers Sauron en terre de Mordor, et voir Sam et Frodo retrouver un mince espoir, c'est là aussi spectaculaire. Tout comme la fatigue lisible sur les visages des hobbits. Avec cette phrase d'une puissance incroyable je trouve, Sam disant "si je ne peux pas le porter pour vous, je peux vous porter", là aussi c'est hyper classe quoi.

Ah, entre la lutte psychologique de la porte nord, et la lutte pour l'anneau dans la montagne du destin, les émotions sont fortes en cette fin d'aventure, on repense à cette bel échange entre Legolas et Gimli qui se clôt par un "- et mourir auprès d'un ami? - oui, ça je peux". Bon, je vous spoil la fin ou pas. Non, mais l'épilogue est assez long, 30 minutes, seulement on ne peut pas décemment imaginer lâcher aussi facilement les personnages. Donc oui, un épilogue aussi long est nécessaire, même parfait je dirai. On y découvre la fin du livre débuté avec Bilbo, mais aussi ce que deviennent les personnages, avec là aussi pas mal d'émotions au rendez-vous.

Avec sa bataille la plus épique du cinéma, même 13 ans après sa sortie, son découpage bien rythmé, tenant en haleine le (télé)spectateur, oui, ce film conclu parfaitement la trilogie, et même tous les films Terre du milieu je dirai. J'ignore si les films estampillés Seigneur des anneaux sont fidèles ou pas aux livres, je sais juste que Bilbo voit son récit rallongé, coupant un peu le rythme du livre. Seulement, après réflexion, je constate que c'est pour garder un tout cohérent que Peter Jackson fit ça. Et oui, tout est cohérent, au lieu d'adapter fidèlement Bilbo en oubliant Le seigneur des anneaux, le réalisateur néo-zélandais aurait déçu son public. Non, le mec est tellement fan qu'il s'est permis d'intégrer Bilbo dans le riche univers que Tolkien esquissa avec le très enfantin Bilbo le hobbit, ceci afin d'offrir au (télé)spectateur une expérience cohérente, permettant de voir les trilogies dans l'ordre que l'on souhaite, même si j'estime que la chronologie des livres est parfaite, du coup on débute par Un voyage inattendu pour finir par Le retour du roi, et ceci sans voir ou percevoir la décennie séparant les 2 trilogies. Si Bilbo est lent par moment, il prend tout son sens avec les films du début des années 2000, nous tenons bien là la saga la plus passionnante, la plus belle, la plus spectaculaire du cinéma, oui, devant Star Wars sans soucis. Tous les fans de cinéma se doivent de les voir et les avoir en DVD ou BluRay. Par contre versions longues ou pas? Perso, j'adore cet univers, il me fallait les voir en version longue, mais par contre, comme le nom l'indique, elles sont 'achement longues quand même, 4h20 le dernier film, ouch, déjà 3h30 en version ciné ça fait long, mais 4h20. Sachant que les films passent souvent à la télé et que les Hobbit ne tarderont pas, essayez de les voir gratuitement pour savoir si les versions normales vous conviennent ou alors si vous aimez vraiment l'univers pour rester entre 2h40 et 4h20. Donc voilà, 6 films à voir au moins une fois, spectaculaires, riches en émotion, à voir. Je suis fan.

@+

Le coffret.

Le coffret.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article