Je fais le mort

Publié le par Twinsunnien

Je fais le mort

Voilà, vous n'êtes pas sans ignorer mon pseudo culte que je voue à l'actrice-réalisatrice brillantissime qu'est Géraldine Nakache. C'est pourquoi quand Baptiste Chevalier, responsable du blog Discutons Geek, m'a conseillé ce film avec, il faut que je l'avoue tôt ou tard, mon actrice préféré, je n'ai point hésité, il me fallait le voir. En plus n'ayant jamais entendu parler du truc, et constatant que François Damiens, pour lequel je voue un culte sans fin depuis Dikkenek (chronique à venir), c'était un film à voir. Avant toutes choses, bande annonce.

Bande annonce. Vidéo de Filmsactu.

L'histoire est simple, un acteur qui ne perce pas, car trop grande gueule, se retrouve pour survivre, à faire le mort pour la justice, lors de sa première mission, il va rencontrer la jeune juge Noémie Desfontaine. Seulement son sens du détail va remettre en cause l'enquête...

Vi, le pitch est simpliste, et je dois avouer que sans la présence des fabuleux François Damiens et Géraldine Nakache, ce film aurait eu de mal à attirer mon attention (malgré tout l'amour que je porte à Baptiste ^^), et bon, c'est une comédie dramatique à la française, réalisée par Jean-Paul Salomé. Sortie dans l'indifférence générale en décembre 2013.

Le tout est pas mal joué du tout, et l'on a du mal à démêler le vrai du faux. Déjà, il y a un manque de rythme flagrant, ce film aurait peut être été plus fort en tant que téléfilm, mais un téléfilm bien joué, ce qui nous changerait des trucs que l'on peut voir habituellement. Oui, c'est là que le bas blesse (purée, j'ai toujours rêver de dire ça), ce film est trop sobre pour être sympa à voir au ciné, rien d'exceptionnel, pas de scènes qui vous feront pisser dans vos braille, juste un personnage classique, ayant une réaction que je juge normale dans un sombre affaire d'homicide. Et pourtant, le film m'arrache parfois des sourires, même si les "punchlines" voulues par le dialoguiste sont loin d'être mémorable. François Damiens joue de façon juste, sans en faire des caisses, parfait quoi. Géraldine Nakache, je ne puis guère juger de sa façon de jouer sans être objectif, je ne sais pas, mais même dans une bouse comme Les infidèles ou Sur la piste du Marsupilami je la trouve brillante, donc vous voyez à quel point je suis aveuglé par ses superbes prestations dans Tout ce qui brille et Nous York.

Ah, le scénario ne va pas défoncer les pattes imaginaires d'un canard, mais il intrigue assez pour ne pas pioncer. Je pardonnerai le fait qu'une fois de plus la province (ici Megève) passe pour le bout du monde, ou le monde des bouseux. Oui, tout le monde semble en extase devant Jean Renault (oh, oui, jeu de mot pourri, mais ça passe dans le film), une célébrité qui joue dans Julie Lescaut! Voilà, on aimera les reconstitutions assez désopilantes (en costume SM avec un trou pour l'anus), pour arriver à un final ni surprenant, ni devinable, en tout cas pour mon petit cerveau. Comme me l'a fait remarquer Inod, la fin est plutôt déconcertante, voir carrément nulle, je veux dire la dernière scène de la reconstitution d'une soirée, il est vrai que le film se termine par une touche inutile, mais bon, perso sur mon premier visionnage (je l'ai vu 2 fois), ça ne m'a pas plus dérangé, même si ça ne m'a pas enthousiasmé non plus.

Ce n'est pas super bien réalisé, c'est assez mou, mais pourtant c'est sympa à voir, car bien joué, plutôt réaliste au niveau des réactions, au final ce film inconnu de la plupart d'entre vous est à voir au moins une fois, vous n'allez pas passer un moment inoubliable, mais vous ne passerez pas un mauvais moment non plus, à voir quand TF1 le diffusera (ils éditent le DVD donc ça devrait passer chez eux). Perso j'ai bien aimé, je remercie encore Baptiste Chevalier de me l'avoir conseillé.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article