Independence Day

Publié le par Twinsunnien

Independence Day

1996, les films AAA dit Blockbuster sont Jurassik Park, Stargate entre autre, des films spectaculaires, mais avec finalement peu de plans avec effets spéciaux, Titanic de James Cameron ne sortira que 1 an plus tard. Euh, donc, qu'est ce que je voulais dire déjà, ah oui, introduire Independence Day ou ID4 pour les intimes, un film se voulant du pur "entertainment", et oui, comme signifie le N de NES ou Super NES, mais là je m'égare. Donc on prépare le pop corn ou les olives au choix, et on regarde une bande annonce qui fait rêver.

Bande annonce, vidéo de Kentama.

Fait rêver ou pas d'ailleurs, mélangeant habilement CGI, euh, images de synthèses produites par ordinateur, et effets spéciaux classique (la maquette indémodable), ce film de Roland "J'aime faire du spectacle" Emmerich nous conte l'histoire simple des connards d'aliens qui viennent pour nous péter la gueule, mais comme nous on aime pas se faire éclater la tronche, on riposte, pas cons hein? Enfin, je dis nous, mais je devrai dire les ricains. Ces connards d'aliens ont décidé de venir le 2 juillet, pile 2 jours avant l'Independence Day des Étas-Uniens, sans rire. Donc pépére, les types ils arrivent avec leurs grosses soucoupes (ils sont complexés ou quoi?) et se plantent sur les plus grandes villes mondiales. Ah, mais avant tout cela, mister Emmerich prend un peu de temps pour nous présenter les personnages, de façon rapide et clichée, on a l'ingénieur écolo qui fait du vélo même dans les bureaux de la chaîne de télé pour qui il bosse, le président beau gosse style, jeune et décrié, l'alcolique du quoi, moqué par tous les habitants de sa ville (ex-soldat du Viêtnam), et enfin le soldat qui pilote des avions qui vont vachement vite. Sans compter sur la présentation de leurs meufs à tous (sauf l'acolo). Après avoir fait coucou à tous ces poulpes, euh, peronnages pardon, venons en au film.

Déjà, le président des U.S.A., après une bonne mais courte nuit de sommeil, il se lève bien coiffé, bien rasé, balèze. Mais passons. Parce que, que dire des premiers pays touchés par nos copains intergalactiques? Je les cite, Irak et Russie. Wokay, on croirait un sketch là, ce n'est pas possible. Mais passons encore. Donc les aliens arrivent le 2 juillet, le 3 ils attaquent et le 4, le ID4 Independence Day ricains quoi, les humains ripostent. Euh, bon, encore une fois de plus l'humanité est ici représentée par des nord-américains, mais re-passons encore et toujours. Que dire de ce plan où Air Force One s'en sort de comme par miracle, un plan faisant furieusement penser à 2012 d'ailleurs, oh, c'est le même réa c'est vrai. Plus fort qu'un gros avion qui echappe au poil de fion au feu des aliens, Boomer, chien chien des plus banal, qui lui aussi échappe à la mort par le feu à un poil de... passons, encore et toujours, sans cesse, passons.

Enfin, nous en venons au passage bien risible, euh, encore plus risible que la moyenne de ce film je veux dire, la contre attaque, nucléaire évidemment, on nous sert un tank miniature absolument ridicule pour un film de ce calibre, digne d'un petit Godzilla des années 70, c'est dire. Autre passage ridicule, quand Will Smith (oui, il joue dedans, je l'ai pas dit?) retrouve sa meuf de façon, euh, j'ai toujours pas compris comment il a fait. Ah, je relis mes notes et constate qu'en fait, le film devient de plus en plus ridicule, les américains vivant aux U.S.A. décident d'une contre attaque parce que bon, merde, cette planète est à nous, et ces connards d'aliens n'ont pas le droit de... euh, non quoi, je réfute en bloc... mais euh, méchant aliens.

Pardon, je viens de fondre un plomb, mais là j'ai tout remis en place, ça va un peu mieux.

Donc l'état major des U.S.A. décide d'une réplique mondiale, et là on voit tous les autres pays (avec l'armée britannique en premier lieu) se dirent, ah, enfin les ricains se décident de faire quelque chose, normal, toutes les armées dans le monde se trituraient la nouille en attendant que messieurs les ricains trouvent une solution, oui, ils sont trop cons pour la trouver eux-mêmes, c'est plus sympa quand ça tombe tout cuit dans le bec. Donc les U.S.A. réfléchissent, et le reste du monde attend tel un mouton de savoir quoi faire, re-normal.

Mais encore, on touche le fond, mais le président des Etats-Unis prend une pioche et creuse, en effet, son discours du fourth of july, au matin de la contre attaque (un sombre plan avec un virus informatique à aller implanter dans le vaisseau mère grâce à un astroneuf de la zone 51, tout un programme), on nous sort un discours dans lequel, pas billeux, le président américain nous sort que le 4 juillet ne sera plus une fête ricaine, mais mondiale, youhou, après McDo et Coca, nous voilà avec notre 4 juillet!!!! Le monde ne peut resister aux ricains.

Et là, ces connards d'aliens se retrouvent comme des merdes et se font défoncer par l'alcolo qui se la pète grave en se sacrifiant (bordel, je spoil, pardon), la classe racaine quoi. D'ailleurs tellement classe que le président américain dira de Russell (l'alcolo) que c'est un "son of a bitch", mmmmmmmmoui, un fils de la plage bien sûr.....

Je suis passé vite fait sur d'autres points du film, et là, vous vous dites, "Twinny il va dire que c'est du caca!". Alors déjà, à l'époque je l'ai vu en VHS, si vous ne savez ce que c'est, sachez juste que c'est l'ancêtre du DVD en encore plus pauvre, euh, je devrai même dire que la VHS et la mamie du BluRay. Donc pas vu au cinéma, et pourtant, du haut de mes 15 piges (je l'ai vu en 1997, les films mettant bien 1 an à sortir en vidéo), j'ai kiffé, comme une truite à la pêche à la moule.... mince, j'ai re-fondu un plomb, pardon, j'ai aimé, et aujourd'hui aussi, j'aime bien, malgré ses côtés risibles, son patriotisme pro-États-Unis, ses acteurs pas au top, j'avoue un truc, les effets spéciaux ne sont pas ridicule, presque 20 ans après, bon, jeune tu ne prendras pas une claque dans ta gueule, voir te marreras, mais ces 2h30 ne sont pas ennuyeuses, oui, étonnament, je passe encore un bon moment devant ce film, bon, je me marre quand je constate des trucs débiles ou too much, mais j'ai presque envie d'aller péter la gueule des aliens et de faire un gros barbec' le 4 juillet.

Au final, un film à voir une fois, avec l'assurance de passer un bon moment, peut être plus sympa si vous le regardez au second degré, mais les effets spé (sauf le tank) et les Dog Fight sont sympa, à voir donc, mais pas à acheter hein? Moi je l'ai acheté pas cher et c'est un film ayant bercer mon adolescence donc j'ai une bonne excuse ^^.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article