FullMetal Alchemist tomes 1 à 4

Publié le par Twinsunnien

FullMetal Alchemist tomes 1 à 4.

FullMetal Alchemist tomes 1 à 4.

Here we come, voilà, je vais enfin vous parler de mon premier achat manga (Beck venant un tout petit poil plus tard), il me semble que c'était en septembre 2005, ou au mois d'août, je ne sais plus, Kurokawa, signifiant Fleuve noir quand on traduit en français depuis le japonais, est donc une branche créée spécialement pour l'occasion chez les éditions.... Fleuve noir. Cette branche éditera des mangas, bande dessinée japonaise, dans le sens de lecture originale, donc on commence par la dernière page. Azumanga Daioh dont je vous causerai plus tard fait partie aussi des premiers mangas que j'ai acheté. Si je ne dis pas de conneries, et comme j'ai prévu de faire une semaine spéciale FullMetal Alchemist, je crois bien avoir découvert l'animé (chroniqué demain) avant le manga, lors de sa diffusion sur Canal+ dans l'émission La Kaz. Passons.

On va donc aborder cette série 4 tomes par 4 tomes. Déjà, c'est une mangaka qui s'occupe de cette œuvre, ARAKAWA Hiromu, aimant se représenter sous forme d'une vache à lunettes. Elle nous raconte avec un style à la fois drôle et dramatique, l'histoire des frères Elric, Edward, l'aîné, et Alphonse, le benjamin, qui bizarrement est dans une armure gigantesque. On comprend vite qu'ils ont joués avec le feu, en tentant une transmutation humaine pour ressusciter leur maman. Un échec qu'ils paieront au prix fort, Ed perdant sa jambe, et Al son corps. Dans un profond désespoir, l'aîné arrive à attacher l'âme du plus jeune à une armure en sacrifice de son bras droit. Heureusement leur voisine, mamie Pinako est une brillante créatrice d'automail, membres mécaniques se substituants aux jambes et autres bras perdus. Je ne me rappelle plus leurs âges, mais ils sont très jeunes, genre 10-12 ans.

Ah, ça se déroule dans un monde proche du notre, mais dans les années 1910-1920 quoi. Le train étant le moyen de locomotion idéal pour se déplacer de ville en ville. Si vous avez découvert l'animé avant ce manga, vous constaterez quelques différences, sur Tucker, mais aussi on ne voit pas Basque le Grand, il n'y a pas l'arrestation de Barry le boucher, et pas mal d'autres choses. On constate comme pour The Walking Dead, que la BD va plus vite, c'est étonnant. Seulement on n'échappe pas à l'horreur de la perte d'un personnage principal, intervenant dans le tome 4, avec une auteure qui appuie presque sadiquement, en nous montrant les frères Elric et Winry, ignorants encore la mauvaise nouvelle qui disent du bien de ce personnage. Oui, cette scène vous tirera une petite larmichette, même en la connaissant.

Le dessin est propre, et on plonge dans cet univers sans soucis. Pour en fonction que nous sommes face à un Shônen, la structure est quelque peu différente, même si il y a toujorus cette idée de devenir plus fort. Là on plonge parfois dans l'horreur, et encore, le massacre d'Ishbal est tout juste évoqué.

L'avantage de ces tomes, c'est de voir le délire de l'auteure dans les bonus, avec des Yonkoma, petits gags de 4 cases, qui nous montre les personnage dans des situations différentes, et toujours extrêmement drôle.

Oui, ne cherchez pas, j'ai beau avoir un temps apprécié One Piece ou Naruto (voir Bleach), les Shônen à rallonge deviennent pénibles, là, nous sommes en face d'une série possédant plusieurs personnages très attachants, qui ne sera pas à rallonge, la série s'achevant lors du tome 27, et brillamment écrite. De plus, la première série animée possède assez de différences pour vous dire que les 2 sont complémentaires, tout fan de manga se doit d'avoir cette série dans sa bibliothèque, et ces 4 premiers tomes donnent le ton d'entrée, une excellence narrative, un dessin tout aussi bon, et vous voilà embarqué dans l'histoire des frères Elric. INDISPENSABLE.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article