C.H.U.D.

Publié le par Twinsunnien

C.H.U.D. en DVD.

C.H.U.D. en DVD.

Le Centre Hospitalier et Universitaire de Dijon est heureux de vous présenter un documentaire réaliser par des nord-américains, sur la vie du personnel, leurs doutes, leurs joies, leurs vies.... Ah non, je fais fausse route, mais qu'est-ce donc que cet acronyme? Cannibalistic Humanoid Underground Dweller. Euh, à part Dweller que je découvre (et qui à un rapport avec le Underground), en gros y'a un putain de streum à forme humaine, qui aime bien manger ses semblables, et qui, pour le coup, réside (Dweller) dans les égouts. Une Tortue Ninja un peu plus vénère que nos quatre chevaliers d'écaille et de vinyle. Bon, l'explication française est hilarante, je lis "Cannibales (OK), Humanoïdes (Vivi), Usurpateurs (??) et Dévastateurs (Hein?)", ok, donc avoir donner à un gosse de 12 ans l'explication du CHUD (prononcer tcheude) avec pour base l'expli originale, mmmmmmoui. De toute façon j'ai vu ce film en V.O. alors bon. Ce film est sorti en 1984, réalisé par Douglas Cheek, et dont nous allons voir le trailer en VO pas sous titré.

Bande anonce VO, vidéo de L'épouvantail.

Bon, en plus de mieux vivre le film, la VO vous offre 10 minutes en plus, la censure serait-elle passée par là? Donc pour le coup, je ne peux que vous encourager de faire l'effort de le voir ainsi.

Ensuite, j'ai pris ce film, parce que des fois, quand je commande sur priceminister, je zieute vite fait ce que le vendeur propose dans sa boutique, et ça permet de sortir des films pas trop cher, dans les 2-3€ maxi en groupant les frais de port. J'ai vu le trailer que vous avez vu je suppose, et me suis dit, "bah un film de streum rigolo, avé une ambiance glauquounette, dans le New York dégueulasse des années 80, ça peut le faire". Oui, ok. Bon, regardons l'histoire. Depuis genre 2 semaines, des SDF disparaissent. Comme ce sont des rebus de la société, la police à pour ordre de laisser pisser. Seulement, le jour où la femme du Capitaine Bosch disparaît, celui ci ne peut plus se taire, et engage une enquête qui va le mener dans les tréfonds des égouts. Il va trouver en la personne de A.J. Le Révérend, une vieille connaissance qui a déjà eu à faire avec la justice, mister Bosch va donc trouver une aide précieuse avec ce personnage qui aide les SDF en leurs servant un repas chaud par jour. En parallèle, on fait connaissance avec un photographe de mode et sa copine, qui va se retrouver lui aussi impliqué dans cette histoire.

Déjà, le scénario n'est pas siiiiii pourri, bon, ce n'est pas le truc alambiqué tel Inception de Nolan, mais quand même, l'effort est louable, et les personnages prennent le temps de s'installer, on s'attache à tous, et, plus tard dans le film, on apprend à détester l'espèce de gros porc du nucléaire. Bon, il y a quelques pépites en traduction des sous titres, le maire devenant le préfet, mais rien de mauvais, on pige tout.

Et dire que je m'attendais à un gros film de merde, à rigoler tout ça. Mais non, l'ambiance y est excellente, et même si la réalisation s'apparente à une série des années 80, on se retrouve plongé dans ce monde glauque. La force de ce film et, à l'instar d'Alien, de ne pas montrer la créature trop longtemps, le compteur Geiger nous indiquant qu'un truc pas très net est dans le quoi. La première apparition de la créature vous marquera, on voit un plan frontal de quoi, 1-2 seconde(s), assez effrayant, pas le temps d'analyser le costume, le danger est là, immédiat, et les yeux brillants s'inscrivent dans votre rétine. Pourtant si vous regardez bien (on pourra mieux se foutre de la gueule de la créature plus tard), le costume n'est pas si effrayant, mais la réalisation nous fiche la frousse, et là, après 30 minutes de film il me semble, on sent que ce ne sera pas de la rigolade.

On suit essentiellement le capitaine Bosch, qui va remonter jusqu'à le gars du nucléaire, et rassembler toutes les preuves nécessaires pour faire réagir les hauts fonctionnaires, le commissaire et le maire notamment. Bon, je ne vais pas vous raconter tout le film non plus.

Oui, je vais déjà clore cette chronique, parce que, à mon humble avis, toute personne aimant les films d'horreur se doit de voir ce CHUD, loin d'être un navet rigolo. Une forte ambiance, une créature intervenant de façon prompte et donc effrayante, bien que plus tard dans le film on a plus le temps de voir l'aspect rigolo du costume, malgré ça, les plans rapides et serrés sur le CHUD vous effraieront, surtout dans la cage d'escalier où il est pris en contre jour, et donc on ne voit que ses yeux lumineux (comme le Luminou, on peut le voir dans le noir). Une scream queen, qui va crier, mais par immédiatement, et qui, étonnamment va s'en sortir toute seule, en étant très intelligente et en nous offrant une scène bien angoissante, des personnages qui se battent contre les hautes autorités, et qui alertent tout le monde, un bad guy que l'on hait sans soucis. Une fin un peu ridicule, mais bon, ça passe dans le contexte, sans compter une intrigue qui réserve une minuscule surprise, et des monstres aux costumes pas top, mais qui grace à la photographie, aux cadrages et à la promptitude des apparitions, représentent un vrai gros danger, et donc une angoisse. J'ai retrouvé mes peurs d'enfant, et j'ai rarement ressenti ça devant un film, une vraie angoisse, surtout à l'heure où de nos jours, film d'horreur = hectolitres de sang. Là nous avons peu d'effets gore, mais un danger permanent.

En gros, vous devez le voir, c'est tout. Et je suis loin de vous garantir que vous allez vous marrer et ce malgré la présence d'un partie du cast de Home Alone. À voir.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article