TOCA Touring Car

Publié le par Twinsunnien

TOCA Touring Car (platinum) sur PlayStation.

TOCA Touring Car (platinum) sur PlayStation.

Ah, l'époque bénie pour tout possesseur de PlayStation, les jeux de caisses s'enchaînent et offre une diversité assez incroyable, on connais la Formule 1, le Rallye, les courses futuristes, euh, pas un jeu de caisse mais bon, ah lala, et j'en oublie. Une diversité digne d'un PC. Là on s'attarde sur le championnat anglais de voiture de tourisme, le TOCA quoi. Codemasters, qui sortira un excellent jeu de Rallye l'année suivante, nous offre en 1997 un jeu de bagnole réaliste et bluffant. Possédant la licence officielle de ce championnat, on retrouve les pilotes et les tutures officielles donc. Et je cause pas des circuits bien entendu.

Vidéo de @SimoEOETV.

Donc on plonge dans ce championnat, avec les règles, les circuits, les écuries et les pilotes officiels. D'ailleurs signalons pour les plus jeunes, que nous avons là l'ancêtre de GRID, oui oui.

Déjà un premier point étonnant, les graphismes pas si moches, bon, aujourd'hui c'est moche, mais à l'époque c'était chouette. Les voitures sont reconnaissables mine de rien. Parfois ça ralenti au niveau de l'animation quand y'a trop de concurrents, mais rien de méchant.

Après on a droit à pleins de vues différentes, du cockpit, du pare choc avant, à l'extérieur, tout le monde trouvera son bonheur. Ensuite c'est maniable mine de rien, bon, les voitures collent au sol sur le tarmac, et il est dommage d'avoir une sorte d'anti patinage alors que l'ABS n'existe pas, pas très logique, mais ceci n'est pas gênant une fois de plus. D'ailleurs, sur le tarmac c'est collé (pour peu qu'un sale connard ne vous rentre pas dedans) mais par contre la sortie de piste se paie cash t'as vu wesh.

Écran titre, menu avec un rouge qui pète les yeux et pas mal de bagnoles à choisir.Écran titre, menu avec un rouge qui pète les yeux et pas mal de bagnoles à choisir.
Écran titre, menu avec un rouge qui pète les yeux et pas mal de bagnoles à choisir.Écran titre, menu avec un rouge qui pète les yeux et pas mal de bagnoles à choisir.

Écran titre, menu avec un rouge qui pète les yeux et pas mal de bagnoles à choisir.

Oui, ne paniquez pas, je ne vais pas faire trop long car il est vrai que les jeux de bagnoles se jugent désormais par leurs graphismes, mais quand même, il y a un certain réalisme dans le comportement de l'auto, et que dire des bruitages, nettement meilleurs que ceux de Formula One, mais ce qui bluffe le plus (oui, encore une chose de plus), c'est le côté destructible des autos. D'autant plus que les départs étant chaud cacao, la tôle se froisse, ce qui rend les épreuves spectaculaires. Avoir un pare brise pété parce que bibi a freiné trop tard que qu'il a l'habitude de l'ABS, résultat, petit bisou dans la parce choc arrière du concurrent vous précédant.

L'IA n'est pas siiiiiiiiiiii conne, bon, elle reste perfectible, mais ça nous offre, en mode intermédiaire, une vraie opposition pour le joueur lambda que je suis. Ce qui rend le jeu encore plus plaisant.

Différentes vues, il y a le choix.Différentes vues, il y a le choix.
Différentes vues, il y a le choix.Différentes vues, il y a le choix.

Différentes vues, il y a le choix.

Vous l'aurez compris, ce TOCA Touring Car est d'une intensité sympa, avec un réalisme tout relatif, mais plutôt sympa, des bruitages bluffant, des véhicules destructibles, pas comme un Destruction Derby, mais comme les contacts sont fréquents, on voit un peu de tôle froissée. Donc oui, voilà encore un jeu majeur du début de la PlayStation, nous offrant de belles sensations, et nous faisant découvrir un championnat inconnu et ma foi fort sympathique. Je pense que c'est un jeu à essayer, même aujourd'hui, restant jouable et agréable, un indispensable de la première PlayStation.

@+

Une perte de contrôle, et donc dans le traffic.Une perte de contrôle, et donc dans le traffic.
Une perte de contrôle, et donc dans le traffic.Une perte de contrôle, et donc dans le traffic.

Une perte de contrôle, et donc dans le traffic.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article