Beck (film live)

Publié le par Twinsunnien

Beck le film en DVD.

Beck le film en DVD.

Et oui, vous n'y croyiez pas à l'annonce de la semaine spéciale Beck, mais ce mercredi, nous causerons bien d'un film. Dois je avouer que j'ai d'abord vu ce film de façon illégale? Mais monsieur du F.B.I., pas le peine de venir péter ma porte, j'ai le DVD, acheté tout ce qu'il y a de plus légal. Seulement, avec qu'une VO disponible, sous titré en japonais, et c'est tout, bah j'étais dans la merde pour comprendre ce film, du coup un passage par les fansubs et donc piratage du film obligatoire. C'est pas bien, mais du moment que l'on possède le DVD, c'est moins violent, genre j'ai pas le perroquet ni le bandeau sur l'œil, ni un navire, donc c'est bon, je ne suis pas un pirate.

Après cette introduction minable, on regarde une petite vidéo et on cause de ce film.

Bande annonce, vidéo de TeamBeckMCS.

Alors que le manga est terminé au Japon depuis un bail (2008, le film datant de 2010) et que l'animé de MadHouse depuis pfiou, 5 années, l'idée de faire un film avec de vrais acteurs germe dans la tête de gens. Oui, ma phrase pue du derche, mais bon, en gros ils font un film live, dont j'ignore si il est sorti au ciné (je table plus sur le téléfilm voir le DTV, direct to video), mais au vu de la qualité de la production j'en doute.

Déjà, le film dure 2h25, et conte donc les 11 ou 12 premiers tomes du manga, ainsi que l'animé complet (sans les photos de la tournée américaine). Forcément, le résumé est de mise. Donc d'entrée ça va super vite, Yukio gagne 2 ans, on le voit à 16 ans au lieu de 14, et il est déjà au lycée, emmerdé par Hyodô et sa bande. Et d'emblée on constate un défaut assez bizarre, c'est surjoué, un peu comme si les acteurs avaient voulu reprendre des expressions du manga, dommage, ça ne fait pas naturel du tout. Que dire de cette scène du début où Hyodô colle le Melon Pan sur la tête à Koyuki, puis les "voyous" enchaînent en jouant un morceau, assez surréaliste, cette scène est risible et fait peur d'entrée, le film part mal, très mal. En plus de la vitesse folle du récit, on assiste à un mélange, exemple au début, Yukio rencontre Beck le chien, en le sauvant de sales gosses, là ce sont des étrangers, ce qui fait directement un saut dans le temps, et nous rappelle quand notre héros sortait avec Izumi et ses amis. Ce personnage, amie d'enfance (et premier amour de Yukio) disparaît purement et simplement du récit, alors que c'est elle qui est à l'origine du surnom Koyuki pour Yukio, mais passons. Ceux ne connaissant pas les autres œuvres Beck n'y verront rien, les autres pesteront contre cette sensation de voir l'histoire en accéléré.

D'autant que Ryusuke joue directement avec Lucille. Pire, Chiba, qui sur le temps à un côté pervers, se voit ridiculiser ici, en passant pour un vrai gros sale pervers. La rencontre Yukio et son professeur Saitô se fera à l'étang de pêche, oui, la partie natation disparaît aussi, même si l'on voit Saitô en slip de bain en clin d'œil, encore un zapage assez surprenant. Idem au niveau des guitares, pas de découverte rendant l'achat de la guitare comme le messie, non, direct, Yukio joue avec la Telecaster, c'est même celle ci qui se fera casser par j'ai plus son nom ^^ et qui mettra de l'eau dans le gaz entre Ryusuke et Yukio.

Là on constate qu'en fait, on nous raconte bien la même histoire, avec les même personnages, mais avec des situations placées différemment, et dès lors, on commence à aimer ce film. Bon, ça suit le cours de l'histoire, on passe une scène bien marrante avec un Chiba catcheur, et on verra le rabibochement et la formation du groupe, au complet, avec Ryusuke, Taira, Chiba, Sakurai et Yukio donc. On constatera aussi que Maho remplacera Jim Walsh (qui sera évoqué quand Yoshito ce connard essaiera de faire aller Maho aux States). Et sur le premier live, on entend très bien les fausses notes de Yukio, nettement mieux que dans l'animé.

Maho est toujours celle qui découvrira la sublime voix de Yukio, et quand ce dernier chante, on n'entend rien, comme si il était aphone, hors c'est pour mieux nous laisser imaginer l'exceptionnelle timbre de ce jeune chanteur, avec des bons acteurs, il n'y aura pas eu besoin de mettre des images par dessus la voix, ce qui rend assez mal. Mais au final cette idée rapproche violemment le film du manga, et c'est surprenant au début, puis on s'y fait et ça le fait ^^. Par ailleurs, les postures de Koyuki sortent directement de vignettes du manga, je pense à Maho se retournant et tirant la langue, mais aussi à Yukio chantant les main dans le dos.

La scène du concert des Dying Breed, avec un Matt très peu charismatique :-/, de la guitare en feu, est ultra efficace, et spectaculaire je trouve. On notera que Ryusuke participe aussi d'entrée au concert des DyeBree avec Yukio. Vitesse oblige, il n'y aura pas d'erreur pour Yukio.

Ensuite on voit les membres du groupe se démener pour enregistrer une bande démo, sur fond d'une chanson des Red Hot Chili Pepper. On verra aussi la joie du groupe de voir son EP en rayon ^^. Ce qui nous emmène au Greatful Sound Summer Special. Attirant ainsi la manager de ce festival, avec notamment la photo de sa sœur issue du manga.

On verra un Leon Sykes avec la même coiffure improbable, qui va enlever Ryusuke en voiture (et non pas en hélico ^^).

Quand on voit le clip de Belle âme avec Yoshito qui fait un L avec les doigts quand il chante "Beautiful love", on se croirait devant un clip d'idols, rendant encore plus ridicule le chemin prit par Eiji. Le doute et pétage de plomb de Chiba est plutôt bien emmener, et moins chiant que dans le manga il me semble, de par sa promptitude je pense. Ah, et là sur mes notes, j'avais constaté l'absence d'un autre personnage important au début du manga, Momoko, la prof sexy de musique. Forcément en shuntant les 2 premières années de Yukio, il est logique de voir disparaître des personnages connus de cette période, Izumi et Momoko en tête.

Et donc, là, il reste 40-45 minutes, entièrement consacrées au Greatful Sound. Donc là, l'imbroglio entre Yukio et Maho, avec Hiromi et non plus Izumi, intervient à ce moment. Je constate que Sato, la manager du festival, est très ressemblante à sa version papier.

Le festival est un pur bonheur, le son y est exceptionnel, l'ambiance impeccablement retranscrite. L'intro du concert de Beck, avec les membres arrivant au fur et à mesure file des frissons. On constatera que le plan nichon attirant les gens sur la scène 3 est remplacé par un plan maillot de bains ^^. On y verra aussi un Saito sautant dans la foule, hilarant. Moon Beams concluant à merveille le film. Avec l'ending étant du Oasis, c'est excellent. Un fin un peu abrupte, surtout ceux ne connaissant pas le manga ou l'animé. Surtout que rien n'est expliqué à la fin, on voit juste le groupe en cercle, semblant à nouveau uni envers et contre tous. Perso, ça ne me gêne pas, mais pour les non initiés, ça peut décevoir.

Voilà donc, en résumé, nous sommes là en présence d'une adaptation sympathique, mal joué niveau acting, l'idée de mettre Koyuki aphone est plus proche du manga, et laisse plsu de place à l'imagination, plutôt sympa je trouve. On regrettera les personnages supprimés, ou la moindre présence de Saito, mais ceci sert le rythme du film. Les chansons sont différentes de l'animés, ce qui apporte de la fraîcheur, le rendu des concerts, des petites salles aux scènes immenses du Greatful Sound, ce rendu est excellent. En gros, une fidélité loin d'être parfaite, mais bizarrement n'omettant aucun détail, le coup des kanjis des toilettes, Paige le perroquet (pas la catcheuse Inod voyons), l'origine du surnom Koyuki, la façon Ryusuke a obtenu Beck et Lucille, bref, c'est fidèle tout en mélangeant les évènements. Ceux qui découvriront le manga ou l'animé après ce film, verront une œuvre plus profonde, plus travaillée, l'inverse reste agréable (voir le film après le manga ou l'animé), avec ces petits clin d'yeux de ci de là.

Je résume ma conclusion, un bon film, allant trop vite pour ceux connaissant les autres œuvres de Beck, mais pourtant agréable à voir malgré un jeu d'acteur assez euh, bizarre. Pourtant les passages en anglais sont très bien joués je trouve. Un film à voir pour les fan de Beck, mais difficile à voir sans connaître le japonais ou faire appel au piratage :-/

@+

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article