Beck tomes 1 à 34 (intégrale)

Publié le par Twinsunnien

Les 34 tomes de Beck.

Les 34 tomes de Beck.

Aujourd'hui marque une nouvelle semaine spéciale après celle consacrée à FullMetal Alchemist (oui, remember le manga, l'animé, le film, les opening/ending et le sublime jeu PSP), et bien nous allons faire pareil pour ce manga et autres dérivés m'ayant bien marqué.

Édité chez nous par Akata/Delcourt, créé par SAKUISHI Harold, j'ai pas l'année, mais de toute façon vous aurez oublié dans 1 heure. Ah oui, j'annonce, la chronique d'aujourd'hui est un article Jojo la feignasse, je vous mettrai les liens des 7 articles paru sur ce manga ici même. Ouais, j'ai voulu faire une semaine spé, et comme un con je n'ai pas pensé que je n'avais pas de matière pour la rubrique Livre/Manga, bien joué Twinny quoi ^^.

Donc, durant les 34 tomes on suit TANAKA Yukio, un collégien de 14 ans qui se fait chié, et dont la vie est, euh, merdique. Sa rencontre avec Beck, un chien fait de patchwork, et surtout de son maître MINAMI Ryusuke va définitivement changer sa vie. On verra les années passer, les caractères s'affirmer, tout en plongeant dans le monde de la musique, avec l'apprentissage de la guitare déjà, puis les petites salles de groupes indés, avant l'enregistrement d'un disque, puis des évènements permettant l'explosion du groupe, avec les festivals ou des tournées à l'étranger notamment. Même si ça reste une fiction, je pense que les lieux, et la galère de percer dans le milieu sont réalistes, l'auteur semble vraiment connaître le milieu indé, et aussi la musique étrangère (au Japon), bien que les Dying Breed soient un groupe créé, on sent l'influence occidentale.

On s'attache très très vite aux personnages, bien que certaines mécaniques reviennent trop souvent, le groupe avance de 2 pas, mais une grosse galère arrive et se retrouve à reculer d'un, voir de 2 pas, autant dire stagne. De plus Ryusuke a tendance à très vite lâcher prise, ou à se faire enlever, imposant aux autres membres du groupe d'assurer en tournée sans son guitariste phare.

Le groupe est composé de Ryusuke, présenté comme le leader, le guitariste de génie, Taira, bassiste au groove hors pair, Chiba, dont le charisme est indispensable à Beck, ainsi que son flow de mots dynamique, il est le chanteur. Saku, ami de lycée de Koyuki, batteur de génie, et enfin Yukio (ou Koyuki son surnom), qui au début est très mauvais à la guitare (mais évolue à une vitesse folle) dont la principale qualité, le détail qui va faire que Beck peut percer, il a une voix incroyable, touchant n'importe qui.

Forcément il y aura des adversaires, de plus en plus dangereux, Ran, le producteur japonais aux dents longues, Leon Sykes, le producteur américain (enfin, venant des États-Unis plutôt ^^), qui lui est très très dangereux, jusqu'à ce que l'on découvre encore plus dangereux que lui. Une montée dans le toujours plus, assez chiante quand on enchaîne les tomes, elle est moins gênante si on prend le temps de faire la série.

Les dessins sont un peu bizarre au début du manga, mais très vite deviennent sublime. SAKUISHI possède, comme HOJO Tsukasa, un trait plus rond, plus joli, quand il s'agit de dessiner les filles, il n'y a qu'à voir les vignettes pleine page de Maho. Seulement ce n'est pas que ça, lors des concerts, et ceci sans sons (logique Twinny, ce n'est qu'un livre...), l'auteur nous transmet l'émotion, le dynamisme d'un concert, l'ambiance aussi. Et que dire des guitares, parfaitement reconnaissable. Bon, j'ai dit que c'était un article feignasse, alors on va conclure.

Beck est mon manga préféré, un des premier que j'ai fait en plus, nous plongeant dans le monde de la musique par le bas, on s'attache très vite aux personnages, je me reconnais même en Koyuki personnellement. Ce manga m'a donné envie d'en savoir plus sur les guitares, de même essayer d'apprendre (mais je suis une grosse quiche alors j'ai laissé tomber). Et aujourd'hui je constate que l'ambiance des concerts est parfaitement retranscrite (rappelez-vous, mon premier concert ne fut que récemment, euh, c'est français comme phrase ça???), ce qui rend encore plus attachant les groupes indés je trouve. Il y a des évènements un peu grossier, mais ça passe, avec une belle fin, logique, ceci est une excellente série de manga, que je ne vais pas vous imposer d'acheter, mais essayez de lire les premiers tomes, en vous disant que le dessin s'améliorera méchamment par la suite, et si vous aimez, bah faites comme moi, achetez Beck. De plus l'éditeur français rajoute des pages bonus concernant les groupes cités, et même les différentes salles de concert, très instructif et complétant à merveille le manga. Sur ce je vous laisse avec les 7 articles, racontant plus ou moins bien le manga.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article