Le fils de Kong

Publié le par Twinsunnien

DVD contenant Le fils de Kong et King Kong, de 1933, les films pas le DVD hein?

DVD contenant Le fils de Kong et King Kong, de 1933, les films pas le DVD hein?

Dès lors que les producteurs s'aperçurent que King Kong engrangé pas mal de $, une suite fût immédiatement mis en en chantier, histoire de surfer sur la vague. Produit en très peu de temps, Le fils de Kong sortira la même année que son aîné, bon, ça sent le truc produit pour faire du fric (oui, déjà en 1933), le film ne dure que 1h10, et les première 40 minutes sont soporifiques à souhait. On y découvre Denham ruiné, voguant de procès en procès, après tout il a causé d'immense dégâts dans New York, et essaye de vivre en esquivant les mecs censés lui donner ses convocations au tribunal, ou un truc du genre. Bon, il est ruiné, mais ne vit pas comme un clochard pour autant, toujours bien habillé, ayant un toit, on peut dire que ce n'est pas la ruine à laquelle on peut s'attendre. Au bout d'un moment Denham décide de quitter New York avec son poto le capitaine Englehorn. Le ton se veut plus comique, avec la musique guillerette notamment, assez surprenant.

Ils font escale à Dakang, où ils vont croiser un vieux poto, celui là même qui avait donné le bon plan de l'île de Kong à Denham, là il lui demande si il a trouvé le fabuleux trésor.... et ce n'est pas de King Kong dont il parle. Alors du coup, tout ce petit monde prend la mer pour retourner sur Skull Island, histoire de se remplir les fouilles. Je ne vous ai pas dit, mais on retrouve le cuisinier chinois aussi.

En parallèle on suit une jeune femme, à Dakang, dresseuse de singe, son père va périr dans un incendie involontairement provoqué par Helstrom, le connard qui dit à Denham qu'il y a une trésor sur l'île de Kong. Elle voudra embarqué pour l'île de Kong, ce à quoi Denham s'oppose. Bon, au final elle embarque en cachette, et se rend compte qu'il y a le connard de Helstrom, ambiance garantie.

Helstrom va créer une rébellion à bord du navire, résultat, le capitaine, Denham et la fille, BIM hors de bord, euh, belle expression que je viens d'inventer, en gros ils se font virer. Helstrom tente de prendre les commandes, mais les marins, pas cons, le jette par dessus bord (dans le sens propre du terme), du coup, ils se retrouvent 5 dans le canot de sauvetage en direction de Skull island (oui, le cuistot chinois à préférer les suivre aussi).

Dès le canot sur la plage, les voilà accueilli de façon très amicale par les locaux, trop même, ils sont contraint de rebrousser chemin, sinon ils auraient servi de bouilli aux autochtones tellement ces derniers sont vénères de ne plus avoir Kong, ou plutôt de la destruction de leur village, mais bon. Notre fine équipe accoste à travers une grotte.

Du coup ils se retrouvent du côté dangereux de l'île, pas très intelligent, mais le trésor serait dans le coin, alors bon, pognon pognon quand tu m'appelles. Et là, enfin, il se passe des trucs intéressants, on y découvre Baby Kong, en mauvaise posture, dans des sables mouvants. Denham aura la présence d'esprit de tomber un arbre pour que mini Kong puisse se sortir de ce mauvais pas, un acte pas sans conséquence pour la suite du film.

En effet, une espèce de gros connard d'ours méga vénère vient attaquer nos héros, mais genre un Grizzli énorme quoi, et le truc, c'est pas Nounours de Nicolas et Pimprenelle, il a une dalle de bâtard (il a du entendre le marchand de glace, ou de sable, oups, je m'égare dans mes références là ^^), heureusement, Baby Kong se rappelle que les petits trucs à 2 pattes l'ont sauvé, et il vient péter la gueule de l'ours, et là, enfin de l'action, et en prime une scène ultra lisible, voir même spectaculaire, même de nos jours (remettez ça dans le contexte quand même hein, c'est impressionnant pour un film de 1933). D'ailleurs, l'aspect comédie du film est accentué par les réactions simiesques de Baby Kong, mais aussi il défonce la tronche de l'ours avec un tronc d'arbre.

Et là, Denham commence à regretter méchamment d'avoir rendu Little Kong (ouais, il change de nom des fois ^^) orphelin, parce qu'en plus de l'avoir ruiné, l'ancien producteur commence à comprendre toutes les conséquences de son geste, de sortir Kong de son île. C'est dès lors une sorte de rédemption qui animera Denham désormais. La force du truc, c'est que le personnage reconnait que c'est d'abord pour des raisons égoïstes qu'il regrette d'avoir agit ainsi avec Kong, mais ça l'attriste encore plus quand il constate la détresse de Baby Kong.

Donc la dernière demie heure, voir les 20 dernières minutes, sont spectaculaire, avec différents monstres attaquant les héros, le tout très bien mis en scène (pour 1933), voilà qui nous fait oublier la grosse première moitié soporifique.

Le pire est la fin, ultra pessimiste, Little Kong se sacrifiant lors de la disparition de Skull Island (j'ai toujours pas compris comment l'île pouvait ainsi disparaître d'ailleurs), sauvant ainsi Denham, en remerciements de l'avoir sauvé des sables mouvants. Ah si, je crois que c'est parce que ces connards d'humains ont enlevé un collier, le fameux trésor, que l'île disparaît.

Donc, on termine avec le sauvetage des héros, sauf du connard de Helstrom, mais c'est bien fait pour sa gueule après tout. Là, ils décident de qu'est ce qu'ils vont faire de 1/4 du butin, ce à quoi la greluche de Hilda déclare, et si on partageait en 3? Genre style "on se met ensemble?", voilà donc Hilda et Denham en couple, et au lieu d'avoir 1/4 + 1/4 = 1/2, ils ne prendront que 1/3 du butin, complètement con! D'ailleurs, ça ira jusqu'à l'absence pure et simple de baiser final. C'est bizarre quand même, alors que dans King Kong on l'avait eu ce baiser.

Alors donc, un film en deçà de King Kong, et pourtant, si on s'accroche au début chiant, oui, j'ai du mal à plaindre Denham qui à amener Kong à sa perte, on tombe sur un film bien sympa, assez impressionnant avec ses scènes de monstres, à la morale totalement conne, bah oui Baby Kong sauve l'enculer qui a buté son père (indirectement) et qui est responsable de la disparition de Skull island (et par extension sa mort). On peut aussi y voir la naïveté des animaux, cherchant juste à survivre, sans aucune cupidité, et capable de se faire reconnaissant quand on les traitent bien, alors que les humains ne pense qu'à la cupidité, même si ils se rendent compte de leur stupidité (la rédemption de Denham). Si vous avez aimé le premier, et que vous avez le même DVD que moi, c'est un film en bonus, pas dégueu, un peu lent, mais à voir je dirai, tant il n'est pas une suite pourrie, sans être une réussite. J'ai donc pas aimé le début, ni la fin conne, mais les scènes avec les monstres sont enthousiasmantes et méritent d'être vues.

@+

Bien belle édition DVD.

Bien belle édition DVD.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article