Dookie - Green Day

Publié le par Twinsunnien

Dookie de Green Day.

Dookie de Green Day.

En 1994 sort donc Dookie, album marquant pour le groupe, le premier en major, donc ayant une plus grande visibilité, mais on verra aussi que des titres marquants sont présents ici.

14 titres (+1 caché) pour 40 minutes de son, assez classique donc. C'est surtout l'hymne, le rassembleur Basket case qui attirera l'attention, avec son clip barré, son rythme un peu dingue, un excellent titre, que je vous laisse découvrir avec le clip.

Basket case, vidéo de Green Day.

Avec des titres comme Basket case, When I come around, Longview et Welcome to paradise, le groupe entre ainsi par la grande porte dans... euh dans quoi, dans la reconnaissance, mmmoui, bon, ce sont des titres franchement sympa, au style Punk/Rock, ce qui n'empêche pas le groupe de signer quelques titres plus tranquilles, en effet, il ne suffit pas d'avoir un rythme effréné comme Pulling teeth, proche d'un son des Beatles, par son chant, et ses instru plus posés, un titre surprenant mais quand même fort sympathique. She est aussi sympa comme titre, en débutant de façon calme, et partant sur un son un peu plus fort, comme F.O.D. quoi. Que dire de Emenius Sleepus et In the end qui commence fort, avec un son rock pas dégueulasse.

Bon, j'ignore totalement de quoi ils parlent dans leurs paroles, j'avoue, ça ne doit pas voler bien haut, il n'y a qu'à voir la pochette avec du caca pour s'en convaincre. Burnout débute bien cet album (oui, je passe du coq à l'âne je sais), qui est plutôt homogène dans son ensemble. On regarde le clip de When I come around et je conclue.

When I come around, vidéo de Green Day.

Oui, chronique un peu courte pour un album pourtant extrêmement bon, on y retrouve des titres connus, Basket case en tête, et on en découvre d'autre qui mérite notre attention, le titre caché ne sert à rien, mais bon, il a le mérite d'être présent, sur certains titres on voit que l'identité du groupe est déjà pas mal installé, ceux qui ont découvert Green Day avec American Idiot retrouveront quelques sons connus, sur Emenius Sleepus, enfin je trouve. Un album pas indispensable mais qui vaut quand même le détour, à vous de voir si vous appréciez les 3 clips que je vous propose dans cette chronique, vu que l'on va clore par Longview. Un bon album donc, agréable à écouter.

@+

Longview, vidéo de Warner Bros. Records.

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article