Driver

Publié le par Twinsunnien

Driver sur PlayStation.

Driver sur PlayStation.

Après s'être bien démerdé avec les Destruction Derby, Reflections nous offre encore un jeu où l'on peut détruire de la bagnole. Sauf que là, et ce bien avant GTA III sur PS2, on se retrouve presque libre à arpenter les 4 grandes villes que sont Miami, San Francisco, Los Angeles et New York. Vous incarnez Tanner, un flic qui va devoir s'infiltrer pour démanteler un réseau mafieux. Vous avez été choisi car votre coup de volant est excellent. Après un didacticiel caché dans une "épreuve" pour entrer dans la mafia (le fameux parking souterrain, délicat au début), vous voilà débutant à Miami, vous allez conduire divers véhicules, sans jamais pouvoir en sortir, les missions varient du braquage, en aidant les malfaiteurs à échapper à la police, détruire un autre véhicule etc.... regardons une vidéo.

Vidéo de HellBlazer056 sur le gameplay du jeu.

Jeu disponible sur PlayStation et PC, graphiquement c'est impressionnant à l'époque, les reflets sur les voitures, les bruits de tôles froissées, l'impression de photo réalisme (bon, j'abus un peu, mais c'était joli quoi), quand votre jauge de dégâts est presque pleine vous voyez de la fumée sortir de votre capot. En plus c'est très agréable manette en main, on peut faire des burnout, tirer les frein à main, freiner, accélérer, et les vues disponibles, sur la pare choc avant, ou derrière le véhicule (la vue "film" étant injouable) vous permettront de trouver chaussure à votre pied.

Les scènes cinématiques vous permettent de voir l'évolution du scénario, classique mais vous mettant dans la peau du flic infiltré. L'idée de l'appartement comme menu est excellente, et nous irons chercher les missions sur le répondeur, devant faire un choix entre plusieurs parfois. Hormis le mode scénario, on peut glander en ville, New York et Los Angeles devant être débloquées en mode histoire. On a As du volant aussi, où il vous faudra attraper des drapeaux dans le temps imparti, résister aux assauts des flics, ou franchir des checkpoint, ceci n'étant qu'un exemple des modes de jeu en grand nombre. On peut vite et facilement s'amuser.

Bloqué par la police et initiation dans un parking.Bloqué par la police et initiation dans un parking.
Bloqué par la police et initiation dans un parking.Bloqué par la police et initiation dans un parking.

Bloqué par la police et initiation dans un parking.

Vous avez 2 jauges moches à l'écran (surtout devant ces graphismes jolis), mais elles vous servent d'indicateur, la jauge dégât pour ne pas se retrouver stoppé par la casse moteur, et la jauge infraction indiquant le degré de folie des flics vous suivant.

Si vous aimez les séries policières des années 80, vous adorerez les courses poursuites avec la police, digne de ces séries, avec perte d'enjoliveur dans les virages, cartons explosés en prime, spectaculaire. Le pire étant si vous prenez un itinéraire que la police peut anticiper, un barrage de flic vous attendra, obstacle qu'il vous faudra franchir avec brio, et quel bonheur de passer outre.... vous vous sentirez comme un gangster quoi. Les bruitages, euh, oui, bon, on passera le bruit des moteurs, la tôle froissée impressionne par contre.

Ah, je ne vous ai pas dit, la police est représentée sur votre radar, et là il ne vous faudra pas faire un pet de travers en présence d'une patrouille, on respecte la limitation de vitesse, les feux, on en double pas comme une andouille, bref, il faut filer droit et propre. Dans ce cas, pas d'ennuis, si par contre vous faites une toute petite connerie, genre un frein à main tiré, un burnout, BIM, course poursuite, tolérance zéro chez la police, ce qui peut être frustrant quand on a presque réussi à passer. Oui, niveau défaut le clipping des décors est flippant, mais oh, nous sommes sur PlayStation, on peut être tolérant (contrairement aux flics du jeu) non?

Niveau difficulté, je me rappelle être arrivé à New York et galérer un peu, je n'ai pas fini le jeu, mais n'en était pas loin, donc rien d'insurmontable. Les missions s'enchaînent, se répètent un peu parfois, mais bon, c'est aussi le cas dans les GTA modernes donc vous n'allez pas me gonfler avec ça hein!

Le répondeur de votre appart', mode histoire.
Le répondeur de votre appart', mode histoire.
Le répondeur de votre appart', mode histoire.
Le répondeur de votre appart', mode histoire.

Le répondeur de votre appart', mode histoire.

Graphismes jolis malgré un clippping pas joli (ouah, ça c'est de l'argument), une histoire vraiment prenante, ça se joue très bien, et le plaisir ressenti à franchir les barrages des policiers, ou prendre un virage à 90° parfait en dérapage façon série TV, quel kiffe. Un excellent jeu de la première console de Sony, qui aujourd'hui encore, malgré sa technique dépassée, peut amuser, surtout avec ses nombreux mode de jeu autre que l'aventure, faire une balade en ville (chose que la plupart des fans de GTA font de nos jours) est un plaisir. Un indispensable de la PlayStation et même du PC.

@

Cassage de carton, dérapage, oui, nous sommes dans un film d'action des années 80.Cassage de carton, dérapage, oui, nous sommes dans un film d'action des années 80.
Cassage de carton, dérapage, oui, nous sommes dans un film d'action des années 80.Cassage de carton, dérapage, oui, nous sommes dans un film d'action des années 80.

Cassage de carton, dérapage, oui, nous sommes dans un film d'action des années 80.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article