I, Frankenstein

Publié le par Twinsunnien

I, Frankenstein en DVD.

I, Frankenstein en DVD.

En 2014 Stuart Beattie adapte en film un comics de Kevin Grevioux, suivant le monstre du docteur Frankenstein pris dans une guerre entre les démons et les gargouilles, ceci à l'insu des hommes.

Créé puis "banni" par son créateur, la créature va vouloir se venger de Frankenstein, tuant sa femme puis laissant ce dernier le suivre jusqu'à sa mort, c'est alors qu'il essaie de l'enterrer tranquillement, qu'il se fait attaquer par des vampires... euh démons pardon, il sera sauvé par les gargouilles, et devra choisir un camp. Il choisira de vivre sa vie reclus jusqu'au moment où il prendra les devant (il mettra plus de 200 ans à prendre cette décision ^^), et va aller buter du démon avant que ces derniers ne viennent le tuer. Pas gêné par la modernité du monde, il va se faire retrouver par les êtres lumineux (les gargouilles) et maintenu en captivité parce qu'un humain a péri par sa faute (c'est pas ma faute d'abord na!). Bande annonce en VF (film vu en VOST) et on revient sur ce film.

Bande annonce VF, vidéo de Les Cinémas Gaumont Pathé.

Avec Aaron Eckhart qui ressemble méchamment à Cristophe Lambert je trouve, je me suis cru devant un nanard friqué, avec des scènes de bastons ultra truquées (plutôt bien conçus les truquages), cherchant à impressionner plus qu'à raconter une histoire, voilà un film pop corn, avec la blondasse de service (la mignonne Yvonne Strahovski, connue pour son rôle dans Dexter notamment), le problème est que dans les scènes ultra nombreuses de baston, entre les démons qui descendent en enfer (lumière orange) et les gargouilles qui s'élèvent aux cieux (rayon bleu-blanc), bah c'est le bordel, l'action devient illisible, et on assiste plus à un joli feu d'artifice (oooooh la belle rouge) qu'a un combat chorégraphié au poil de cul.

Surtout que le prince des démons qui veut son armée en ranimant des cadavres qu'ils accumulent depuis des centaines d'années afin de sortir victorieux de le guerre face aux être de lumière, ce qui explique en quoi les travaux du docteur Frankenstein l'intéresse, mmmouais quoi.

Ah, mais attendez, là n'est pas le pire, au bout de 1h20, bim, merci madame, au revoir monsieur, on plie bagage. Genre quoi, même pas 10 petites minutes de plus? Ah si, mais en fait ce sont les "crédits" qui durent presque aussi longtemps que le film. Non j'abuse, mais clairement le film passe vite, donc on ne s'ennuie pas, mais genre 80 minutes, même un matche de rugby dure plus longtemps (il y a toujours un léger dépassement après la sonnerie), purée. Surtout que l'on ne s'attache jamais aux différents personnages. Même le méchant est rigolo, pas ridicule, mais voir ce vieux essayer d'être méchant. Oh purée, je lis là sur wikipédia, que le film a eu une enveloppe de 65 millions de dollars, ah. Ils sont où? Non, pas dans mon cul, je le saurai, être assis sur une mine d'or, vous pensez que je serai au courant quoi. Oki, les effets spéciaux sont plutôt sympathiques, et la cathédrale est spectaculaire, inutilement même, mais bon. Le problème reste qu'en plus de ne ressentir aucune empathie envers les perso (le collègue de la blonde se fait buter, oki, on s'en moque), et en plus on comprend mal ce qu'il se passe à l'écran. La scène de la gare, avec la blonde, Terra, et son collègue pris en otage derrière un mur de verre qui a de l'eau qui coule, franchement, vous y avez compris quelque chose vous? Pourquoi il est derrière le mur? C'est quoi cette gare? Pourquoi quoi...

Non, ce n'est pas un bon film, vite vu, vite oublié, cherchant le spectacle à tout prix, il en oublie de nous offrir des personnages attachants et charismatiques. Sans parler des scènes de combat bordélique à souhait, aux effets spéciaux sympa pourtant, mais au scénario insipide, n'impliquant jamais émotionnellement le téléspectateur, pourtant on ne peut pas dire que l'on s'ennuie, vu que l'on arrive vite à la fin des 1h20 de film, mais ce n'est pas pour autant que je vous le conseille, un film inutile donc, même pas impressionnant (pourtant c'est son souhait). À éviter donc.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article