Mellow Gold - Beck

Publié le par Twinsunnien

Mellow gold de Beck.

Mellow gold de Beck.

1994, Beck Hansen signe enfin en major, et nous offre un Mellow Gold qui va marquer les culottes, euh, les esprits pardon, quand on voit cet album, Loser sort du lot, je pense que c'est un des titres les plus connus du chanteur, et il a déjà 21 ans, impressionnant. Ce titre ouvre le bal d'un album qui s'amusera à mélanger les genres, avec une influence indienne j'ai trouvé, mais je me trompe peut être.... aaaaah, trompe, éléphant, Inde, je suis trop fort en jeu... hein? Mauvais? Oui d'accord, regardons donc Loser.

Loser, vidéo de BeckVEVO.

Oui, ce titre est sympa, avec sa guitare sèche, un son issu des années 60 aussi, et son côté parlé. Mais pourtant, nous allons voir que déjà, le chanteur aimait expérimenter des sons bizarre, un son lourd, avec une voix modifiée dans Sweet Sunshine, un son plus doux, voir proche du genre Country dans Pay No Mind (Snoozer) rappelant qu'il s'agit bien de l'interprète de Ramona pour la bande son de Scott Pilgrim vs the world, on pourrait presque croire à un copié collé, avec cette guitare sèche, cette voix douce.

Et la piste 3 arrive avec ses sons un peu bizarre, on y reconnait les prémices de Where it's at, alors que le titre est F...in with my head, toujours avec ce son très sixties voir seventies. Whiskeyclone, Hotel City 1997 est calme aussi, une balade avec pas grand chose de marquant, pourtant sympathique à écouter. C'est avec Soul Suckin Jerk que l'on trouve un son un peu plus fort, avec une Basse présente, une voix modifiée, un débit qui ne semble jamais vouloir s'arrêter, le titre est calme, pourtant le son se veut très présent, enivrant presque. On se laisse porter, et quand la guitare électrique intervient, c'est un bruit qui réveille, le paradoxe est que l'on reste dans la douceur, avec une violence mesurée, un titre étonnant, qui représente bien ce que fait le chanteur je trouve, un son atypique et agréable tout en sortant des sons pourtant stressants, oui, c'est étonnant je vous dit. Surtout quand on entend un accordéon sur la fin.

Truckdrivin Neighbors Downstairs a un son lui aussi Country, avec sa guitare reconnaissable, et son chant semblant venir d'un natif d'Amérique (communément appelé Indien). Digne de Johnny Cash. Beercan, la piste 8, revient avec ce son, cette Basse ultra présente, assistée de percussions, mais c'est bien la Basse qui est mise en avant ici, nous donnant ce son que j'aime bien.

Steal my body home, lui, possède ces influences Indiennes (les vrais indiens, qui viennent d'Inde en Asie par les natifs américains), l'instrument, dont j'ignore le nom, ainsi que le rythme lent, tout ceci nous fait penser à ça. Voir nous sommes à la limite du drogué, on s'imagine dans les années 60 avec de la fumée et les couleurs bizarres de ces années là, comme si nous flottions, le tout sans prendre de stupéfiants.

Nitemare Hippy Girl retrouve la guitare classique. Rien de bien foufou soit dit au passage. Mutherf..er, lui, possède un son bruyant, et puissant, on se croirait devant un titre de Marilyn Manson, au niveau de la voix, mais aussi de la puissance des Basse et Guitare, un titre qui détonne dans cet album, surprenant et génial. Enfin, le très calme Blackhole conclue cette album, toujours sous influence indienne j'estime, c'est une balade agréable.

Que dire de cet album, il pose les bases de ce que l'artiste fera par la suite, on reconait diverses influences ce qui le rend surprenant, et même si le rythme est assez lent dans l'ensemble, voir parfois limite fait sous fumette (on a cette sensation assez bizarre de flotter), l'écoute de ce disque n'en reste pas moins agréable, il est marrant de voir que le seul titre "normal" est Loser en fait. Il est aussi drôle de constater les similitudes avec des titres à venir, et ce jusqu'à récemment. Pas indispensable, sauf pour les fans de l'artistes, essayez de l'écouter avant de l'acheter, mais ça peut vous plaire, moi j'ai bien aimé.

@+

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article