Greatest hits I - Queen

Publié le par Twinsunnien

Le CD.

Le CD.

À l'instar d'un Nino Ferrer, d'une Dorothée, ou même de Les Musclés, Queen fait parti des groupes ayant bercé ma jeunesse, voir même mon enfance. Le groupe britannique est le créateur d'une quantité ahurissante de tubes, pas de dentifrices voyons, de titres archi connus de partout à travers le monde. Vous savez mes difficultés à faire des chroniques musicales correctes, donc je vais vous montrer pas mal de clips pour compenser cette faiblesse, sachez d'emblée que les Greatest Hits I, II et III font partis des indispensable dans toute bonne discothèque, du moins selon moi. Mais nous allons voir le tout premier best of ou meilleur de.

Bon on commence par Bohemian Rhapsody, pas forcément la plus connue, à la structure surprenante, mélange rock et musique plus calme, opéra rock ça s'appelle paraît-il, et le résultat est un titre sublime, intemporel, à écouter et ré-écouter encore et toujours. C'est l'histoire d'un homme ayant commis un crime, s'adressant à sa maman aussi, et puis je sais plus pour le reste, pardon. Le mieux c'est de l'écouter.

Bohemian Rhapsody, vidéo de Queen Official.

Voilà, petite tarte dans vos gueules.

Viennent Another one bites the dust, et sa basse ultra présente, question de baston il me semble, un titre super sympa, alors que Killer Queen est plus classique si j'ose dire, pas un titre que l'on mettra dans sa playlist ou liste de lecture, et pourtant, à écouter il est très agréable. Fat bottomed girls, n'est pas si connu, et pourtant, son intro Acapulco ou a capella, et cette grosse caisse offrant uns on qui transperce les oreilles, le rythme est lent pourtant, mais pourtant excellent titre.

Bicycle race arrive, avec son expérimentation de mélodie en sonnerie de vélo un moment. La voix de Freddie Mercury est toujours puissante, les changements de rythme par moment, le côté énerver puis calme, ça le fait trop, trop bien. Oui, je vous ai averti, je suis nul pour chroniquer la musique. You're my best friend, plus calme, plus douce comme chanson, malheureusement, on l'oubliera vite alors qu'elle s'écoute très bien malgré tout. Mais voilà qu'arrive un titre d'une puissance puissante, merde, je dis du caca sur un truc bien. Don't stop me now, genre si vous n'avez pas envie de vous trémousser là dessus, je ne comprends pas. On remue au moins la tête si l'on ne peut remuer autre chose. Quel rythme, quel quel.... merde, c'est du kiffe à l'état brut, je vous laisse avec le clip, et poussez les meubles, z'êtes obligé de gigoter sur ce titre.

Don't stop me now, vidéo de Queen Official.

Ah, Save me, magnifique ballade, mélangeant habillement le piano et le son plus rock, contrairement à You're my best friend, difficile de l'oublier celle là. Ce qui n'est pas le cas de Crazy little thing called love, un son plus ancien, façon rock d'Elvis Presley, pas un énorme titre, peut être même le moins sympa du CD. Aïe, Somebody to love arrive, avec son mélange parfait de rock et piano, c'est surtout le passage avec les chœurs montant en puissance qui marquera les slips et les culottes, quel pied ! Now I'm here qui après une intro calme, voir molle, part en cacahuète avec la guitare de Brian May, oh putain, on remouille la culotte quoi ^^. Good old-fashioned lover boy est moins intéressante, pourtant le ouuuuuuuu love ouuuuuuuuu love est sympa, mais bon, il restera pas en tête, même si j'aime bien ce titre.

Arrive Play the game et ses sons synthétiques, reprenant les reprises chorus du titre précédent, du moins la façon de faire, un titre qui s'écoute, mais ne reste pas gravé dans les mémoires. Bon, tout ceci pour en arriver au marquant Flash. Titre principal du film de série B des années 80 (que je chroniquerai tôt ou tard), en terme de paroles, c'est nul, musicalement c'est redondant, et pourtant, entre les phrases issues du film, ses batterie et basse ultra présentent, me rappelant l'introduction de Le jour des morts-vivants de George A. Roméro, ce titre est mauvais, mais j'ai une certaine nostalgie à l'écouter, du coup, jugez par vous même.

Flash, vidéo de Queen Official.

Seven seas of rhye, nettement plus rock, voir frôlant le punk par moment, pffff, je raconte n'importe quoi, je ne sais pas si c'est la voix bizarre de Mercury sur ce titre, mais ce titre possède un truc de particulier, bon, ce n'est pas le meilleur titre du CD, mais pourtant, son rythme, son chant, tout le rend attachant.

Les 2 derniers titres sont des chansons que tout le monde connait. We will rock you, et son boom boom boom rythmant une chanson courte contant l'histoire d'un enfant devenant homme pouis vieillard. Court, mais indélébile grâce à ses percussions, un des titres représentant Queen aux yeux du monde, la simplicité de la composition, le chant puisant, le final avec Brain May lâchant les watts. Un titre que chacun et chacune aimera.

Venons en au titre qui résume Queen pour tous le monde, We are the champions. Tous sportifs ou supporter, a déjà entendu et aimé ce titre. Pourtant triste. Je l'avais étudié en anglais renforcé. Oui j'ai fait anglais renforcé et suis pourtant une semie-quiche Lorraine dans ce langage. Débutant calmement, on en vient très vite au refrain, culte. Je crois que c'est une question de lutte contre chais plus quoi, oh puis merde, en bon français je ne garde que l'idée que c'est nous les champions ^^. Je finirai cette chronique par le clip de cette chanson.

Ce premier Greatest Hits est indispensable, stout, avec ce son rock mêlant habilement piano, voir musique de synthétiseur, c'est surtout la puissante voix de Freddie Mercury qui vous marquera, incroyable. Le plus drôle est de se dire que des personnes « homophobes » (pour ne pas dire des abrutis) connaissent ce titre et le chantent.... enfin drôle, c'est plutôt ironique que drôle mais bon. Tout ça pour vous dire qu'il vous fait ce CD.

@+

We are the champions, vidéo de Queen Official.

Les 3 Greatest hits de Queen dans un même boitier.

Les 3 Greatest hits de Queen dans un même boitier.

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article