Shining

Publié le par Twinsunnien

Shining en DVD.

Shining en DVD.

En 1980, soit peu de temps après la sortie du livre de Stephen King, Stanley Kubrick nous offre une adaptation cinématographique de Shining (ou The Shining en VO). Avec Jack Nicholson dans le rôle du patriarche Torrance, qui suite à bien des déboires (je refais ma blague de merde je sais), se retrouve à accepter un job de gardien d'hôtel, l'Overlook, paumé en Lozère... euh non, dans les montagnes du Colorado, où l'hiver y est tellement rude que tous moyens de communications peuvent être coupés. Un isolement dont Jack Torrance a besoin pour reprendre l'écriture. Lui et sa famille vont donc vivre seuls, pendant 5 mois dans l'Overlook qui possède un passif effrayant, et dont l'aura semble maléfique. Danny, son fils, possède le Shining, don de clairvoyance, pouvant lire dans les pensées, voir le futur, mais aussi voir les fantômes du passé. Voyons la bande annonce.

Bande annonce VO. Vidéo de CritiqueFilm.

En gros, l'idée principale du livre est là. Mais l'impression de voir un film allant super vite, puis s'arrêtant sur une scène en particulier, donne l'impression de feuilleter (au fromage) le livre, puis de s'attarder sur une scène. En effet, on zappe vite puis on atterri avec une longueur assez bizarre par moment. Mais là n'est pas le pire. Mon gros choc fut que, contrairement à mes souvenirs, Jack Nicholson en fait des caisses, des tonnes, et ce dès le début, alors que c'est l'Overlook qui est censé le rendre fou, bah non, il est taré d'entrée, et j'ai l'impression qu'il joue très très mal, mais vraiment, même quand il parle, on dirait qu'il récite. Surtout si l'on compare à Shelley Duvall et Danny Lloyd qui eux, sont très bons. Je ne suis pas critique de film, je ne suis pas acteur non plus, juste une petite merde, mais l'impression est extrêmement choquante, surtout que dans certains passages, Nicholson excelle dans la folie, mais il repart avec ce rictus qui ne va pas du tout au personnage (je vous cause même pas de la levée des sourcils...). Ullman, le directeur, devient un beau gars, pas le chieur du livre, des scènes apparaissent, tandis que d'autres disparaissent, mais une fois de plus, les grands moments sont là, même si au lieu de maillet de croquet c'est une hache que utilise Jack.

Le film est moins violent que le livre, pourtant, il reste effrayant, les images quasi subliminales que nous envoient Kubrick marquent et l'on ne pige pas bien, avant d'imprimer et de flipper. La flippe, qui malgré ces images rapides et violentes, intervient surtout grâce au score, à la musique quoi. L'ambiance sonore y est très pesante, utilisant des artifices pour effrayer alors qu'il n'y a rien à l'écran, vous sursauterez souvent à cause du son, et non pas à cause de l'image.

Pourtant, nombreuses sont les scènes marquantes, le couloir ensanglanté, la baignoire, les sœurs, et évidemment Jack cassant les portes à coup de hache "c'est moiiiii", autant de moments effrayants, pas forcément présent dans le livre, mais diablement efficace.

En fait, le gros défaut du film est que, pour quelqu'un connaissant le livre, le récit est centré non plus sur Danny ou l'Overlook, mais sur Jack. Le patriarche est d'entrée fou, du moins m'a paru fou, et presque détestable, on ne voit jamais l'hôtel faire de lui un assassin, j'ai ressenti que c'était déjà en lui, alors que King faisait lutter son personnage contre l'Overlook, Kubrick non. Tout juste voit on une scène entre père et fils où Jack tente de rassurer son enfant, non, il ne leur fera jamais de mal.

Alors, j'avais déjà vu ce film, mais j'avoue avoir oublié des trucs, et surtout, je n'avais jamais lu le livre. Et voir ce film juste après avoir lu l'œuvre originale est franchement une connerie. Je n'ai pu m'empêcher de comparé, et sur la fin, lorsque l'homme chien intervient, le spectateur ne pige rien, juste un élément de folie en plus à l'écran, alors que le lecteur saura d'où vient ce personnage. De plus, l'interprétation de Nicholson est, pour moi, loupée, too much quoi, l'acteur en fait trop, mais pourtant, quand Kubrick le filme avec son regard de fou (et quand il ne joue pas avec ses sourcils), Jack est effrayant, gros frisson, c'est cette inconstance, ce manque d'homogénéité qui gêne.

Il y a de bonnes idées niveau réalisation, le petit déj où l'on voit Jack à travers le miroir, déroutant et très bien réalisé, mais la perf' vient des plans suivant Danny, soit sur son tricycle à travers l'hôtel, nous mettant à sa hauteur, créant là aussi un malaise, ou dans le final (le labyrinthe n'existe pas dans le livre) à travers les haies immenses et dans la neige. Ce sont aussi des scènes marquantes mais qui ne ressortent pas pourtant quand on évoque ce film.

Que dire, si ce film à part entière est un excellent film pour peu que l'on passe le surjeu de Jack Nicholson, les lecteurs du livre ne pourront s'empêcher de râler sur les différences, on en sent pas la prise de pouvoir de l'hôtel sur Jack, oki, vous me direz, bah si avec les fantômes nous voyons bien que l'Overlook pousse Jack à la folie, sauf que je pense que même sans Lloyd ou l'ancien gardien, on sent que Jack aurait pété un câble. En fait, je vous conseillerez de voir le film, puis de lire le livre, oui, il faut la jouer à l'envers quoi, le bouquin étant supérieur en tous points au film, pourtant bon grâce à son score et ses idées de cadrage brillantes, mais Stephen King a fait de Shining un livre tellement puissant, qu'il est difficile à adapter, Kubrick s'en sort très bien du coup. À voir.

Dernier point, ce DVD est issu de la collection Stephen King qu'un magazine de télé faisait pendant un moment, Télé Star il me semble, 9 films adaptant l'œuvre de Stephen King, et comme je ne fais rien comme il faut, j'ai débuté par le numéro 2 ^^. Voilà.

@+

La collection Stephen King en DVD.

La collection Stephen King en DVD.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article