Houkai Amplifier - Asian Kung-Fu Generation

Publié le par Twinsunnien

Le disque.

Le disque.

Aujourd'hui j'annonce double programme disque, vu que je vais parler assez rapidement de 2 mini albums de ce groupe génial qu'est Asian King-Fu Generation, nous allons ainsi débuter avec Houkai Amplifier, sortie en 2003, contenant donc 6 titres.

Pas de chichis, d'entrée de jeu le grand jeu est sorti, euh, je me répète là, mais bon, Hakuna Matata, non, ça c'est Le Roi Lion, euh, Haruka Kanata, là, voilà, d'où connait on ce titre ? Tout simplement via l'animé Naruto, je crois que c'est le deuxième opening, je ne sais plus en fait, mais quelle patate, quelle pêche, quel dynamisme, avec sa partie un peu plus clame vers les 3'30, ce titre ne vous laissera aucun répit, puis bon, je ne vais pas le répéter, mais la voix de Masafumi Gotô est juste magnifique. Un excellent titre qui place d'emblée sur orbite un disque court mais intense.

Haruka Kanata, vidéo de akgVEVO.

Rashinban ne ralentie en rien, la batterie me semble plus présente, un titre remuant, dont le prompt solo de basse suivi d'une partie instru remarquable, quel pied, surtout quand la guitare cesse pour laisser le combo basse, batterie et voix vous prendre aux tripes, aaaaaaah, j'adore.

Konayuki et son rythme moins intense permet de reprendre son souffle, plus clame, ce titre ne trouve grâce à mes oreilles que grâce à la voix de son charismatique chanteur. Le refrain avec ses chœurs est très bon, mais après l'intensité de malade des 2 premiers titres, le retour au calme est un peu trop abrupt, pourtant, une fois de plus le titre est joli, mais il s'oublie vite.

Ao no Uta, et son idée de poème donc (Uta en japonais si je ne dis pas de connerie), et là, cette fois ci, c'est une balade sur fond de musique pop/rock, pas dégueulasse pour autant, le titre fonctionne lorsque l'on écoute en continue ce min album, mais pris à part, je ne suis pas certain qu'il en devienne un classique, pourtant, pourtant, le refrain est très efficace.

Sunday (ça tombe bien j'écris cette chronique un dimanche), avec son début calme, basé sur la voix, se lance d'un coup, pas de façon trop violente non plus, et pourtant, par son côté clame il s'immisce dans votre tête, une belle balade, mais une fois de plus pas un titre indispensable mais très bon malgré tout.

12 termine déjà ce mini album, on retrouve la pêche du début, histoire d'arrêter de se dandiner de droite à gauche de façon suave, et de bondir à nouveau de partout, ça fait du bien dans les oreilles.... purée j'ai pété un câble ou bien, j'écris n'importe quoi là. En tout cas voilà un très bon titre aussi, bien dynamique, son refrain est efficace, et reste en tête un moment.

Voilà, les 6 titres sont passés vite, 22 minutes, et pourtant, en y regardant bien, certains albums d'artistes français de 10 titres ne dure qu'une dizaine de minutes en plus, donc bien rempli quoi. Si vous n'aimez pas la voix de Masafumi Gotô, inutile de vous attarder sur ce groupe, personnellement c'est une des rares voix masculines japonaises que je surkiffe, il a un timbre spécial, et en plus, pour couronner le tout, les mélodies, les compositions plutôt, ont un côté Rock absolument génial, tantôt dynamique, tantôt plus balade, ce disque mélange tout à la perfection, par contre je ne le conseil qu'aux fans du groupe évidemment, car il me semble qu'il n'est pas dispo en Europe (sauf erreur de ma part), donc assez cher à importer. Perso j'adore.

@+

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article