Jerk avec les Gottamou - Nino Ferrer

Publié le par Twinsunnien

Jerk avec les Gottamou.

Jerk avec les Gottamou.

Deuxième disque de l'intégrale de Nino Ferrer, ce disque réunie 3 vinyles 45 tours, se comosant chacun de 4 titres. Couvrant la période 1964-1966, ce CD est composé des titres de Nino Ferrer avec son groupe Les Gottamou font du Monkiss, un mouvement, une mode, de danse assez éphémère dans les années 60. Ce groupe se compose donc de Nino Ferrer, Bernard Estardy et Richard Hertel.

Le Monkiss de la police, avec sa basse rythmant le titre, on y retrouve du synthé type euh, en fait j'essaie de dire un truc, mais je n'y arrive pas. Très haché par moment, ce titre est plutôt entraînant sans être foufou.

Monkiss est arrivé n'accélère rien, on retrouve la voix de Nino Ferrer, avec des cuivres cette fois ci, une batterie un peu « militaire » donne le tempo par contre, même si la basse et le synthé participent aussi. Sinon, euh, pas grand chose à dire quoi, ça s'écoute. La fin du titre sert aussi d'introduction à la piste suivante, Avec toi, j'ai compris le Monkiss, avec cette batterie « militaire » appuyée par les cuivres, donnant un côté jazzy au titre je trouve. Mais comme le reste des chansons vues jusque là, rien d'immense.

Y'à que toi le Monkiss, où l'on retrouve un peu le ton du Téléfon qui viendra plus tard, on peut même confondre les titres sur les toutes premières secondes. On y retrouve un solo de synthé typique de euh, je sais pas quel genre musical, mais typique. C'est nul ce que je dis, je sais.

Alexandre de Nino Ferrer, vidéo de Nicolas Dorwald.

Le deuxième 45 tours représenté ici nous montre des titres nettement plus connus, Alexandre, au delà de son côté comique rappelant furieusement la recherche désespérée de Mirza, cite grand nombre de titres de Nino Ferrer, Mirza donc, Les cornichons aussi. L'alliance de la voix, du texte, avec la composition fait rentrer cette chanson dans le crâne, diablement efficace, c'est un exccellent titre.

Le blues des rues désertes est plus, euh, oui, blues, au synthé, voix calme, titre mou, enfin, tranquille, qui est sympa, mais loin d'être immense. En fait on l'oublie assez vite, malgré la poussée de voix sur le milieu du titre.

Oh ! Hé ! Hein ! Bon ! Nous raconte l'histoire d'un homme à la mémoire courte, tout aussi bien rythmée que Alexandre, un très bon titre que j'aime bien, tourné en dérision, il est simple à comprendre et rentre lui aussi en tête.

Longtemps après est un slow, quasiment mélancolique, le titre est assez triste, une basse archi présente, le synthé sonne un peu comme une veillée funéraire. Par moment j'ai l'impression d'entendre Ne me quitte pas de Jacques Brel. Un titre ni sympa, ni mauvais.

Les 4 prochains titres sont tous acoustiques, Les Gottamou étant un groupe aussi instrumental, Ninbo Ferrer y jouant aussi de la basse. Nous imaginons sans soucis nos grands parents danser sur ces titres qui sont entraînant, puisant les mélodies dans la musique noire américaine (désolé du nom, mais ça fait penser à du gospel sans les chants, le blues et le jazz aussi).

Oh là, j'ai déjà fini, oui, ce CD est court, 30 minutes, pourtant il contient Alexandre et Oh ! Hé ! Hein ! Bon !, 2 excellents titres de Ninor Ferrer, il faut reconnaître que les autres titres, pourtant pas dégueulasses à écouter, s'oublient un peu vite, j'aime bien quand même.

@+

Oh! Hé! Hein! Bon!, vidéo de schweisy.

L'édition intégrale Nino Ferrer.

L'édition intégrale Nino Ferrer.

Publié dans Musique-Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article