Docteur Sleep - Stephen King

Publié le par Twinsunnien

Docteur Sleep de Stephen King.

Docteur Sleep de Stephen King.

Il est rare que Stephen King s'aventure dans une suite d'une œuvre, récente ou ancienne, comme il l'explique à la fin de ce livre, il s'est toujours demandé où serait Danny en ce moment, et l'idée trottait depuis quelques années dans sa tête. C'est en 2011 qu'il s'attelle à offrir une suite directe à son livre Shining, un bouquin éprouvant, que j'ai déjà chroniqué ici, nous montrant à travers un huis clos, la chute d'une famille, dont le patriarche fût trop sensible à l'aura maléfique de l'Overlook. Danny, contrairement au film de Stanley Kubrick, était bien le personnage principal du livre, même si évidemment Jack, son père et Wendy sa mère, avaient aussi leur importance. Je vous conseille à nouveau de lire ce livre, même avec 40 ans au compteur, il est toujours aussi bon et effrayant. Encore plus si vous voulez savourer ce Docteur Sleep, qui pourtant peut se lire sans avoir connaissance de l'histoire des Torrance.

King passe vite sur les années de la jeunesse de Dan, même si on suit pourtant l'évolution de sa vie assez rapidement, pour arriver à l'âge adulte. Danny a sombré, comme son père auparavant, dans l'alcool, et même si Hallorann lui a enseigné une technique pour enfermer les fantômes, l'alcool lui permet d'atténuer le Don de clairvoyance qu'il possède, lire dans les pensées, savoir qui va mourir, voir des fantômes, tout ceci était trop lourd à porter seul, peut être la faute au décès de sa mère. Et dès le début une scène horriblement réelle s'offre au lecteur, avec une question d'étron de vomi, bref, ça commence fort avant de se calmer. Ceci est assez surprenant d'ailleurs de voir des trucs dégueux dès le début, enfin, je dis ça de mémoire, mais généralement King pose les personnages. Est ce parce que nous sommes censé connaître l'histoire de Dan? Je ne sais pas. En tout cas, notre "héros" passe de job en job avant d'arriver dans une petite ville où il va rencontrer les bonnes personnes lui permettant de lutter contre son alcoolisme.

Nous ne suivons pas que Dan Torrance, puisque alors que le jeune homme demande de l'aide pour lutter contre sa maladie, non loin de là, née une petite fille nommée Abra. Au début, on comprend pas trop ce qu'on en a à faire de cette naissance, même si elle semble avoir un don. Et encore en parallèle, nous découvrons un groupe bizarre, de gens du voyage, qui engage une jeune femme qui a aussi un don. Je vous raconte pas tout, mais le passage du 11 septembre 2001, en plus de positionner clairement le récit avec un évènement connu, est marquant, entre le bébé Abra qui ne cesse de pleurer et la secte nommée le Nœud Vrai qui va sur le lieu des attentats en semblent inspirer à fond une aura malsaine, ouah, ça trou quoi.

Bon, en fait, je ne vais pas tout révéler, mais King cite sans hésitation des œuvres ou personnages réels ou fictifs, pour montrer que le temps passe, il cite les président américain. Niveau adolescent, Harry Potter y est cité, Hunger Games aussi, Daenerys de Games of throne, même Godzilla quoi. Bref, je n'avais jamais autant lu de citations de personnages que je connais, ceci est sympa je trouve. Et j'en oublie. Mais le plus important n'est pas là, la façon de découper, de chapitrer ce récit, de voyager entre les 3 principaux personnages et leurs entourage, tout ceci est dynamique et palpitant. Si au début on ne pige pas trop ce que viennent faire tout ces nouveaux personnages, très vite tout se recoupe. Une révélation particulière est difficile à avaler quand même, sur un certain lien quoi, vous comprendrez en lisant le livre je pense. Par moment des petits passages rappelant l'histoire de l'Overlook arrivent et sont bienvenus pour les lecteurs connaissant Shining, les autres auront peut être envie de lire ce livre.

Alors, si le livre est bien écrit, tout est bien amené, la pure horreur n'est pas aussi présente que ça, oui, les disparition d'enfants sont affreuses, mais il n'y a pas de gros détails qui tachent, là où dans Shining nous ressentions la douleur des coup que jack portaient à Wendy avec son marteau de croquet, ici, la douleur est plus psychologique, on a peur de cette Rose, mais nous ne sommes pas effrayer par de l'horreur euh comment dire, dégueulasse ou gore. Ce qui n'empêche pas de frissonner. Oh, bah oui, le début est ce qu'il y a de plus dégueu en fait. Les fantômes et le danger de l'Overlook sont remplacés par le Nœud Vrai. Merde je sais plus quoi dire là.

Quand on ne sait plus quoi dire, on conclut, et bien oui, pari réussi pour Stephen King, oser reprendre une histoire plusieurs décennies après et faire du neuf avec du vieux, c'est fort. On suit cette histoire avec avidité, une volonté de toujours en savoir plus. Nous assistons, impuissants, à la déchéance de Dan Torrance, puis à sa volonté de s'en sortir. Je vais quand même expliquer le titre, même si c'est un tout petit spoil, dans la ville où il débarque, Jack sera, quelques mois plus tard, engagé à l'hospice, où il assistera les mourant, non pas en les euthanasiant, mais en étant proche d'eux au moment où ils vont partir, et ainsi les accompagner dans la mort grâce à son Don, et Azraël (hop là un perso que je connait) le chat qui "détecte" quand quelqu'un va bientôt décéder. D'où ce surnom de Docteur Sleep quoi. Putain j'ai mal expliqué, je suis définitivement trop mauvais en écriture, lisez le livre, c'est mieux dit dedans. Que vous ayez lu, ou nom, Shining, Docteur Sleep est un excellent livre, agréable à lire et prenant de A à Z. Bon évidemment, avoir lu le livre de 1979 aide un peu à mieux savourer, mais ce n'est pas obligatoire. Un excellent livre, à lire donc, j'adore.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article