Independence Day : Resurgence

Publié le par Twinsunnien

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Waouh, suite au film ayant participé au lancement des blockbusters AAA au cinéma, avec des effets spéciaux de folie en 1996, on voit donc une suite suivant l'écart temporel, à savoir 20 ans plus tard, en retrouvant des personnages que les spectateurs ou téléspectateurs du premier film connaîtront, exit Will Smith par contre, officiellement car il a préféré tourner Suicide Squad, officieusement car ce n'était pas assez rémunéré, on le retrouve tout de même, à travers Dylan, le fils de son personnage, vous savez, celui qui a la casquette à l'envers et dont le chien esquive les explosions.... d'ailleurs à l'opposé d'un La tour 2 contrôle infernale qui allait dans la passé voir les parents des personnages, ici on voit les enfants des personnages, logique nous sommes dans le futur. Le scénar? Bah en fait depuis 20 années la Terre s'apprête à devoir affronter une nouvelle attaque des aliens, qui ont mis 20 ans a se décider de venir nous péter la gueule, cette fois ci ils viennent avec un gros vaisseau, genre le truc capable de couvrir l'océan Atlantique (dont Nantes) entièrement, bah oui, ils font pas semblant. Le bond technologique acquit depuis les deux dernières décennies suffira-t-il pour péter à nouveau la gueule de ces aliens? On voit ça après la bande annonce.

Vidéo de FilmsActu.

Si il est facile de taper sur un film de Roland Emmerich, encore plus quand l'allemand le scénarise avec son pote Dean Devlin, il y a tout de même des efforts fait au niveau de la réalisation, moins foutraque et gerbante qu'un Michael Bay par exemple, et j'adore Michael, c'est pas mon poto mais je l'appelle Michael tout de même. De plus, on peut constater que les scènes d'actions me paraissent mieux gérées, plus lisibles, que le premier film. Bon, par contre on devine tout à l'avance, comme quoi le vaisseau apparaissant sur la Lune (non, la vraie Lune pas mon cul voyons) est un allié que la présidente des USA (modernité oblige) fera dégommer. Heureusement le personnage rebelle (mais blond contrairement à Lorenzo Lamas) est pote avec David Levinson, d'ailleurs il sort avec la fille de l'ancien président joué par Bill Pullman et est détesté par Dylan, le fils du perso joué par Will Smith dans le premier qui, après avoir sauvé le monde en 1996 et refusé le petit chèque de la production, meurt en héros lors d'un.... test.... oki. Non, on ne critique pas le scénar', mais pendant un temps, j'ai cru que si Dylan détestait Jake, c'était car Jake était responsable de la mort de son père, mais en fait non, c'est juste qu'il a failli tué Jake dans un entraînement en faisant une manœuvre risquée. Mais bon, ne critiquons pas.

Alors j'ai du mal à me mettre à la place de la personne n'ayant jamais vu le premier film, mais je pense que déjà que le scénar' est merdique, en plus il devient bordélique si l'on a pas vu Independence Day. Du moins c'est mon avis. Tout ces personnages, qui se connaissent, qui sortent du coma ou qui reviennent barbus barbuuuuuus (bouffeur de ... pardon), c'est un peu complexe. Heureusement, l'action arrive assez vite après un période un peu longuette de présentation des nouveaux personnages. D'ailleurs, et de façon ultra choquante, ce sera bien le personnage joué par Liam Hemsworth (Gale de Hunger Games) qui est le héros de ce film, car finalement Dylan se rabiboche avec son ancien pote, et ils sauvent le monde. Oups, j'ai spoilé. Oui, car a un moment, on se demande comment ils vont sauver le monde, surtout après l'échec de la mission copiant sur le premier film, et voyant dès lors, le films se transformer en Kaiju Eiga mais dans le désert de la Zone 51 malheureusement, donc sans grand dégâts. En y regardant de plus près, on pourra constater que l'exosquelette de la reine ressemble au monstre de Cloverfield.

Bon, en fait ce qui importe le plus, ce sont les scènes d'action, et donc voilà Emmerich se démerdant pas trop mal. Pas de sentiment de nausée, une clarté pas sublime mais correcte pour le réalisateur, et du coup, bah on passe un bon moment, souvent gâché par les commentaires affligeants de personnages ridicules, mais bon, on en prend plein les yeux, et au cinéma, ça en jette. Bon, comme il ne faut pas trop abuser, seule la destruction de Londres sera clairement montrée, mais bon, ça passe une fois de plus. C'est avec bonheur que l'on constatera que le vaisseau n'a pas détruit la tour Eiffel (à la fin du film), et je crois même que le sentiment pro américain est moins appuyé, moins casse couille du moins que le premier film.

Ah, mais euh, j'ai oublié de dire, j'ai failli aller voir American Nightmare 3 au lieu de ce film, mais finalement après avoir vu les bandes annonce, j'ai renoncé de peur d'être déçu. Officiellement je vous dirai que c'est parce que je n'ai pas vu les 2 premiers, officieusement c'est parce que je trouve la photographie de la bande annonce dégueulasse et le classement tout public me fait dire que je risquais d'être méchamment déçu, du coup je me suis rabattu sur Independence Day Resurgence. Aussi, à partir de demain débute une semaine spéciale cinéma que je juge culte, d'où la présence de cette chronique le dimanche, qui ne fait pas partie des films que je juge culte, attention hein, fô pô tout mélanger.

Alors que dire, en piochant à nouveau dans Alien, Godzilla, Star Wars et pas mal de film de SF en fait, avec une réalisation au dessus de ce que nous propose normalement le réalisateur, des effets spéciaux efficaces, bah on passe 2 bonnes heures en fait, sans s'ennuyer grâce à un joli rythme bien découpé. Bon, au niveau du scénar', des vannes à la con et de la prévisibilité des événements se produisant, c'est pourri, même en débranchant son cerveau. Depuis moins d'un an que je retourne au cinéma, c'est le film le plus mauvais que j'ai vu, oui, pire que La cinquième vague, et c'est un film que je ne compte pas du tout acheter en vidéo, et pourtant je n'en suis pas ressorti déçu (je ne m'attendais pas à grand chose aussi il faut dire), mais pas conquit pour autant, un pur film pop corn, sauf que manque de bol, il y a des blockbusters nettement supérieurs en ce moment, Ninja Turtles 2 par exemple, bon, si on relativise, on pourra aussi dire qu'il y a Camping 3 ou Embarquement immédiat (que j'ai failli aller voir mais Pattaya m'a refroidi des films avec Gastambide). Si vous voulez vous rouler des galoches en observant un film pas trop dégueulasse, IDR fait le job, si vous aimez l'action, IDR fait le job. Un film à voir au cinéma par contre, car il perd son côté spectaculaire même si vous avez une bonne installation chez vous. Ni pourri, ni génial, un film bof bof quoi, moyen moins.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article