Dragon Ball Perfect édition tomes 01 et 02

Publié le par Twinsunnien

Les 2 premiers tomes.

Les 2 premiers tomes.

En 2009 apparaissait en France la version "perfect" du célèbre manga de TORIYAMA Akira, Dragon ball. Il faut reconnaître que cette version, qui se compose de 34 tomes assez onéreux, vaut le coup, format plus grand, certaines pages voir chapitres complets en couleur, tout ceci dans le sens de lecture original et avec une traduction très bien trouvée je trouve. Bon, je n'ai aucun point de comparaison ne lisant pas le japonais et n'ayant pas connu la première édition classique. Comme une forte majorité de trentenaire, j'ai connu Dragon Ball avec le club Dorothée et sa soit disant violence. Pire, j'y comprenais rien entre la version classique marrante, et la version Z plus sur la baston, y'avait des morts avec une auréole sur la tête, des combats qui duraient une année lumière, bref, j'aimais pas trop ça en fait, la faute à des combats qui étaient à rallonge quoi.

Pourtant, devant l'engouement général, j'ai eu envie de voir ce que donnait le manga, histoire de juger, et si on peut regretter certaines blagues puériles, voir sexistes, finalement le récit se tient et pour en fonction que la série débuta en 1984 pour se terminer au milieu des années 90, ça n'a pas vieilli, pire, le dessin reste sûr et magnifique par moment, je pense au fameux Kame Hame Ha de maître Roshin, avec une pleine page absolument magnifique.

On y suit Son Goku, jeune orphelin de 14 ans qui en paraît 8, insouciant à souhait en train de pêcher son dîner, il montre une force incroyable pour son âge et va tomber sur Bulma, une jeune lycéenne de 16 ans qui profite de ses vacances d'été pour trouver les 7 Dragon Balls afin de réaliser son vœux de se trouver un mec, son mauvais caractère n'aidant pas malgré le fait que son physique soit généreux. Ainsi nous allons les suivre dans cette poursuite des Boules du dragon, et ils feront pas mal de rencontre au passage, avec Kame Sennin, le vieux pervers, Yamcha, Oolong le cochon pervers aussi, dans le tome 2 nous verrons Krilin et Lunch, la bipolaire ^^.

Grâce aux notes du traducteur, on apprend que Dragon Ball est fortement inspiré de l'histoire chinoise de Saiyuki, reprenant les noms et certaines situations même. Tout en y ajoutant son goût de la perversité, du fan service (il y est souvent question de culotte) et même de son humour scatologique avec lequel il brisera le quatrième mur à un moment, en faisant dire à ses personnages que cette fois ci l'auteur doit se tenir, c'est Shônen Jump quand même.

La traduction n'épargne pas non plus son lecteur, n'hésitant pas à lâcher des injures, voir à parler de pédophilie, bon ça n'arrive qu'à un moment, quand Yamcha assomme Chichi et voit Puerh lui demander pourquoi il n'est plus timide d'un coup "Je ne suis pas un pédophile" sera sa réponse. Bon, vous vous en foutez peut être, mais je trouve ça bien que ça n'est pas été censuré.

L'équilibre entre action/baston, recherche et humour est juste parfait, impeccable, l'humour pourtant simple est efficace et pas trop lourd, les bastons ne dirent pas 10 ans, et l'on découvre les capacités du petit Son Goku au fur et à mesure, ainsi que son point faible, et le fait qu'il ne doit pas regarder la pleine lune, offrant une scène digne d'un kaiju eiga. D'ailleurs parlons en, maître Roshin utilisera comme moyen de transport Gamera junior, ouiiii, la tortue géante qui aide les enfants se voit citée ici, avec le même look, le côté junior me faisant dire que son nom dans la version originale serait plutôt Chibi Gamera (mini Gamera), mais j'étais comme un fou en voyant ce personnage. Qui se déplace en tournoyant comme l'originale, ce qui rend le maître tortue malade d'ailleurs.

Il est aussi impressionnant, et je vais spoiler, de voir que l'on verra dès le tome 2 Shenron, le dragon qui apparaît pour accomplir un vœu, l'astuce étant que les Dragon ball mettent 1 an pour se réactiver, permettant ainsi de scinder le groupe provisoirement et de suivre l'entrainement de Son Goku auprès de Tortue Géniale pour ceux qui connaissent l'animé.

Grand format, quelques pages en couleur, un papier nickel, voilà une superbe édition, que je conseille à tous les fans de mangas en général, même si presque 11€ ça fait un peu mal au porte monnaie, cette version les vaux, l'histoire part tranquillement et peut paraître infantile, pourtant l'humour simple fait mouche, les combats sont passionnants et surtout on prend un malin plaisir à découvrir le début de cette histoire culte, les éléments implantés ne sont pas là de façon anodines, la première apparition de Kame Sennin aurait pu être la seule, tout comme Chichi, mais quand on sait la suite on comprend que très tôt TORIYAMA semblait savoir où il allait, du moins il a su brillamment exploiter des éléments mis en place très tôt par la suite, c'est tout bonnement une série à avoir dans sa bibliothèque, perso je suis fan.

@+

Le tout premier et le deuxième tome.Le tout premier et le deuxième tome.

Le tout premier et le deuxième tome.

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article