Nino Ferrer - Nino Ferrer

Publié le par Twinsunnien

Le CD.

Le CD.

Troisième CD de cette intégrale de Nino Ferrer, euh, il s'appelle Nino Ferrer pour ma chronique, mais il regroupe les EP de 1966 à 1968, 18 titres divers et variés, loin d'être mauvais, pire, certains sont très connus je pense, et oui, c'est là que nous allons voir le fameux Le Télefon, connu par beaucoup de monde je pense, mais il n'y a pas que ce titre qui vaut le détour, voyons voir.

Le disque dure 58 minutes, voilà, ça c'est dit, et débute par Shake Shake Ferrer, bon, je suis mauvais dans les genres musicaux, mais c'est soit de la soul, soit du jazz, c'est vrai qu'à l'oreille d'un mélomane, ça sonne pas pareil, mais bon, je suis nul je suis nul, n'empêche que la basse et le fameux clavecin ou orgue, je sais pas, les cuivres aussi, les paroles en anglais, c'est ultra plaisant à écouter, le titre est très court par contre, mais on se croirait presque à la Nouvelle-Orléans. J'aime bien ce titre. Ou alors c'est du blues, je sais pas, flûte quoi.

Retour aux paroles françaises, C'est irréparable est une petite balade, calme donc, avec la basse bien présente, une histoire d'amour qui a mal fini, bon, je suis pas hyper fan de ce titre, qui s'écoute pourtant. On retrouve, encore, Pour oublié qu'on s'est aimé, décidément, une belle balade sans plus.

Oh, mais voilà Madame Robert, chanson un peu rigolote, marquante je trouve, laissant un peu présager Les hommes à tout faire. Oh et je constate que C'est irréparable était déjà présente sur le premier disque, mais passons. J'aime bien ce titre donc, Madame Robert, avec ces paroles énormes, "Mon frère n'aime pas les épinards et c'est tant mieux pour mon frère car s'il les aimaient il en mangerait et ne peut pas les supporter", voilà, des paroles un peu connes j'avoue, mais drôles quand même.

Le millionnaire est plus calme, pas immense quoi, l'histoire d'un homme riche qui a tout perdu au poker et qui se retrouve sans le sou, mais surtout sans amis, la perfidie des hommes dans toute sa splendeur. Si les paroles méritent une analyse sur l'amitié, le titre en lui même n'est pas exceptionnel. La faute à Le Téléfon et Gaston donc, titre le plus emblématique de Nino Ferrer je pense, je pense que je n'ai rien à redire sur cette chanson que j'adore, aussi bien dans son humour, que son refrain et la faute de français violente qu'elle inclut, un titre intemporel. Petite vidéo pour la peine.

Vidéo de cheryl lynn.

Le plus surprenant étant que je connaisse quasiment par cœur les paroles, sans me planter dans les prénoms, c'est même limite flippant. Après, le titre suivant plaira aux amateurs d'idols japonaises, Je cherche une petite fille est une chanson pas terrible terrible je trouve, l'histoire d'un homme qui recherche un truc difficile (pas forcément une petite fille, pas forcément pour faire des trucs illégaux), sympa à écouter, elle n'intégrera pas vos playlists habituelles.

Ah, le titre de fou, Mao et Moa, dans lequel il y a des jeux mots, ou du moins, dans lequel Nino Ferrer joue avec les mots, ainsi les mots croisés deviennent les Mao croisés, avec une petite partie des paroles en mandarin je suppose, une chanson d'époque avec le communisme (gardes rouges tout ça), un excellent titre, juste brillant en terme d'écriture à écouter d'urgence. Le chat prend du mao-ou pour les chats ^^.

Vidéo de garageland66.

Des paroles pleines d'humour en plus "monsieur Maorice a été maordu par un guitariste barbu". J'adore ce titre. Bon, le suivant, Je vous dis bonne chance est plus calme, pas pour autant mal écrit, mais j'aime moins, donc on passe directement à Mon copain Bismarck, qui elle aussi est brillante et drôle, vous avec certainement entendu cette chanson (Mon copain Bismark) dans une pub pour de la Danette (avant qu'il faille se lever pour ^^), c'est l'histoire incroyable d'un homme qui va recherche son pote Bismark, voyageant à travers le monde, pour finalement se rendre compte que ce con, il n'avait pas bougé de son cirque, dingue ça ^^. Allez, on regarde une "vidéo" sur ce titre.

"Vidéo" de Michel Butul.

Re le pire étant que, si je ne connais pas tout par cœur, j'en connais une grande partie de ce titre. La piste 11, N.F. in trouble, renoue avec l'anglais, dans un flux de parole plus dynamique, le saxo aide bien à faire monter le rythme avant que tout retombe tranquille, un style musical que je ne peux citer, je dirai une connerie, mais fort plaisant, un très bon titre.

Le roi d'Angleterre est un titre tout aussi divertissant et plaisant à écouter, avec comme paroles "la guerre c'est vraiment joli mais je préfère le patchouli". Oki, ça vole pas haut mais c'est drôle et sympa à écouter je trouve, puis c'est pas pire que la merde qu'on nous sert actuellement. J'aime bien. Il me faudra... Natacha, revient sur un titre plus calme, balade, assez facile à oublier en fait, un titre qui s'écoute mais pas immense quoi. Pourquoi? Mais vous faites chiez, je sais pas, je sens que j'aime pas trop trop c'est tout. Depuis quand je suis contraint de me justifier? Je sais que c'est mieux, mais là, j'aime pas, c'est tout. La chanson suivante est du même acabit, une peu molle, Les petites jeunes filles de bonne famille n'est pas exceptionnelle non plus, on oubliera vite ce titre. Surtout qu'arrive une grosse critique sur les anciens vieux qui ne devaient pas aimer le jerk, Monsieur Machin est juste incroyable en terme de paroles, dans une période bien propre pourtant, l'artiste critique ceux qui ronchonnent contre ceux qui s'amusent, avec cette phrase "Monsieur Machin, vous êtes mort en naissant", parlant de racisme religieux, de couleur de peau, le racisme anti jeune, enfin bon, un titre surprenant, que l'on écoutera pour ses paroles, même si la composition, classique de jazz, n'est pas déplaisante, allez, on écoute ce titre.

Vidéo, enfin, plutôt son de Maïorov Simpleton.

C'était un titre que je ne connaissais pas j'avoue, mais pas mal du tout. Par contre pour Mamadou Mémé, je connaissais, et j'aimais bien quand j'étais jeune, d'ailleurs j'aime toujours autant, une histoire d'un vendeur itinérant sympa comme tout, on va écouter cette chanson, la dernière "vidéo" de cette chronique d'ailleurs, et nous allons voir les 2 derniers titres de ce disque.

"Vidéo" de Christian Luongo.

Oerythia nous propose une sorte de bossa nova du Brésil, une balade assez soporifique je trouve, et pas tip top, donc on passe vite sur le dernier titre, Les yeux de Laurence, avec de la trompette donc, un titre moyen, voir pas terrible qui termine mal ce disque, mais pourtant nous avons vu pas mal de grands titres.

Car si il ne paye pas de mine, ce CD regroupe quand même pas mal de grands titres, je pense à Madame Robert, Mao et Moa, Mon copain Bismark, Mamadou Mémé et surtout Le Téléfon, il y aussi Monsieur Machin qui est loin d'être un mauvais titre, donc certes, nous avons pas mal de balades un peu trop molles pour pouvoir intégrer les listes de lectures de nos baladeurs numériques, mais on retiendra que c'est dans la chanson "comique" que Nino Ferrer marque le plus, ce qui d'ailleurs le faisait un peu déprimer, mais ça c'est une autre histoire. En attendant, pour des titres qui ont presque 50 ans, la qualité du son est très bonne, et les chanson restent en tête, ce n'est pas pour rien que pendant les années 90 pas mal de publicitaires utilisèrent du Nino Ferrer. J'aime bien cet artiste, un des rares anciens artistes français dont je connais des chansons par cœur, on fait un karaoké quand vous voulez dessus, si vous supportez ma voix de canard (et pas de connard hein, les blagues de ce genre ne sont pas drôles ^^), un artiste à (re)découvrir, je suis fan.

@+

La box intégrale.La box intégrale.

La box intégrale.

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article