Starwing

Publié le par Twinsunnien

La cartouche sans boîte ni livret.

La cartouche sans boîte ni livret.

La Super Nintendo a beau ne pas être une bête de course, pas mal d'innovations virent le jour dessus, je pense à l'astuce Silicon graphics pour Donkey Kong Country par exemple, mais avant le revival du primate, une petite puce permit un exploit, la Super FX, permettant l'affichage de polygones, donc de la 3D, certes succincte, mais plus impressionnant que le pourtant génial mode 7 de cette même console. Le principe, on installe une puce supplémentaire dans la cartouche, qui assiste la hardware (la console) dans l'affichage d'une 3D spectaculaire à l'époque.

StarWing, StarFox hors Europe, bénéficie de cette puce. Ah, c'était génial d'y jouer, les voix digit, l'équipe anthropo... mince, les animaux ressemblants aux humains, attachants, chacun ayant sa personnalité propre, ce jeu est sorti en 1993, il s'agit d'un euh, jeu de combat aérien avec des vaisseaux spatiaux, les Arwings. Un shooter en 3D quoi. Mais si le scénario est peu spectaculaire, il faut aller péter la gueule à Andross (ça c'est fort de fruit), à travers 3 chemins distincts, le joueur choisissant ainsi sa difficulté et pouvant même, avec des passages secrets, naviguer d'une route à l'autre. Mais regardons une vidéo avant tout.

Vidéo de ShiryuGL.

Une belle odyssée spatiale vous attend, déjà, sachez que nous voyons là le premier jeu que j'ai terminé de ma vie, bon, que la route 1, mais quand même, c'est la première fois que je parvenais seul au générique de fin.

Ensuite, vous incarnez Fox McCloud, le renard écossais faisant partie de l'élite charger de maintenir la paix dans le système Lylat. Manque de bol Andross décide d'attaquer Cornélia qui marquera le début de votre aventure. Accompagné de Slippy, Falco et le lapin Peppy, vous allez aller péter la tronche au pas gentil méchant. Ce qu'il y a de bien, c'est que l'on peut configurer la façon de se déplacer, à travers 4 choix possibles, alternant les boutons de tirs et l'élévation ou la descente de votre vaisseau. Ensuite on choisit sa route plus ou moins facile et nous voilà embarqué dans une aventure spatiale digne de Star Wars. Si le premier environnement est une planète proche de la Terre, vous allez aussi devoir naviguer dans un champs d'astéroïdes, avec une vue interne cette fois ci, car oui, vous voyez votre Arwing de derrière, et certains niveaux (se déroulant dans l'espace) vous installeront dans le cockpit, histoire de se mettre dans la peau du renard.

Le principe est simple, vous devez buter tous les ennemis à l'écran, en leur tirant dessus, vous pouvez balancer des bombes éradiquant tout, faire des tonneaux pour esquiver les tirs adverses, voler sur le tranche pour les passages délicats, accélérer ou ralentir un court instant, bref, beaucoup de possibilités. Attention, il faudra si possible aider vos équipiers, sinon vous perdrez des points, et parfois une aide pouvant être précieuse. Car à la fin du niveau, un compte rendu vous offre des points, avec un état des lieux de l'équipe.

L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.
L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.

L'écran titre, différentes routes, le début du premier niveau.

Les ennemis sont différents, sur terre ou dans les airs, la variété est là, et même si la 3D est aujourd'hui moche, le tout reste parfaitement efficace. Les explosions impressionnent, les bruitages immergent le joueur dans cette guerre. Le briefing d'avant mission donne l'impression d'être dans le conflit, mais le tout est enrobé façon Nintendo, car si les explosions sont violentes, on ne tue que des machines, en plus le côté animal du groupe, rend la chose légère une fois de plus, presque drôle. Seul Falco sort du groupe, mercenaire taciturne semblant jalouser Fox, il n'hésitera pas à vous engueuler si vous abattez un adversaire qui lui était destiné.

Je pense aussi au niveau 3 de la route facile, offrant un mélange entre gigantisme spatial et milieu confiné dans les grands vaisseaux. D'ailleurs en parlant d'immensité, sachez que vous ne pourrez qu'avancer, sorte de couloir que les fans de Call Of connaisse bien, mais ça permet de ne pas partir dans tous les sens.

Ha, j'oubliais, chaque fin de niveau nous offre un combat contre un boss dont la musique et l'entrée en scène vous fera mouiller vos sous vêtements, spectacle assuré, bon, aujourd'hui moins, mais ça fait son petit effet, les points faibles apparaissant en clignotant, il est rapide et aisé de venir à bout de ses énormes boss.

Il y a pas mal à dire, mais qu'y a t il à redire? Oh, peut être des bugs d'affichages par moment, un aliasing qui pique les yeux de nos jours, mais en même temps, quand on voit que ça tourne sur la petite console grise de Nintendo, on ne peut que saluer l'exploit. Allez, un jeu un poil court peut être, même si les 3 routes offrent un beau challenge, le jeu dépasse tout juste un Mirror's edge, soit à peu près 4 heures de jeu pour les 3 routes. Ce que j'aime dans mon journalisme sérieux, c'est que je dis ça au pif, je devine qu'il y en a pour telle durée, car en mode facile on met environ 1 heure, donc on peut supposer qu'il faut compter sur 4 à 5 heures de jeu pour le finir. Quels autres défauts? Mmmmh, non, je ne vois pas, ah si, ce jeu n'est disponible nulle part en fait, pas de version eShop, mais que fait Nintendo? À l'instar d'un Illusion of time, bon, pas forcément développé par la firme de Kyoto, mais voilà un jeu n'ayant pas bénéficié d'une version démat', oui StarFox 64 ou Lylat Wars est un remake, dispo sur Nintendo 64, eShop et même 3DS, pire, le récent StarFox Zero est un remake du remake, mais pourquoi ne pas nous offrir pour 8€ la possibilité d'y jouer sur les nouvelles consoles de Nintendo?

Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.
Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.

Vos co-équipiers interviennent parfois, un premier boss impressionnant.

Oui je vais conclure, même si il est délicat d'y jouer, StarWing est une expérience à essayer, car tout comme le feront les anglais de RareWare avec Donkey Kong Country quelque temps plus tard, Nintendo et les anglais de Argonaut Games nous offrirons une claque graphique avec sa 3D, et un univers attachant, mal exploité de nos jours chez le constructeur japonais, un excellent jeu qui fait le job, à savoir divertir, maniabilité au top, difficulté progressive et rejouabilité intéressante, seule la durée de vie et quelques bugs peuvent essayer de ternir l'expérience, mais au final, on kiffe, et c'est le plus important, un jeu à essayer, obligatoirement. Excellent.

@+

Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.
Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.
Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.

Deuxième niveau avec sa vue interne. Fin de niveau.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article