Taken 3

Publié le par Twinsunnien

Image de www.lyricis.fr.

Image de www.lyricis.fr.

Oh, et bien nous allons voir une série de film en débutant par (j'espère) la fin. À l'instar de [REC³] Genesis, je vais faire la chronique d'un film alors qu'il possède des précédents. Purée, mais ça ne veux rien dire ça, en gros je commence par le troisième film, là, c'est clair. Autant la saga horrifique espagnole possédera une conclusion avec un quatrième épisode, autant, au jour où j'écris ces lignes (le 29 janvier 2016 puisque vous êtes curieux), je ne crois pas qu'un Taken 4 soit prévu, du moins je le souhaite.

Oui, j'ai déjà vu les 2 premiers, je les ai même en DVD (la honte je sais), donc quand avec le code de Inod j'ai constaté que je pourrai voir le troisième, bah why not comme ils disent en Australie. Bon, réalisateur français, producteur français et scénariste français aussi, mais avec des américains dedans, se déroulant aux USA cette fois ci, après la France et la Turquie. Autant le premier était une petite surprise, le deuxième était en trop, donc le troisième ne s'annonce pas sous les meilleurs hospices. Liam Neeson est là, tout comme Forest Whitaker qui s'avérera la seule chose positive d'une bouse annoncée, oups, j'ai spoilé, matons la bande annonce de la façon dont j'ai vu ce film, en VOST.

Bande annonce VOST, vidéo de EUROPACORP.

Donc machin truc ancien membre de la CIA il est peinard, voit son ex meuf de temps en temps, fait des blagues pas drôle à sa fille en lui offrant une grosse peluche 3 jours avant son annif' histoire de créer une vraie surprise, tout va bien quoi, il en vient même à faire des blagues pas drôle en considérant le panda comme une personne mais bon.

Oh, et sa fille est enceinte mais ne sait pas comment l'annoncer. Surtout que sa mère est donc remariée avec Stuart, marrant, je n'ai retenu que son nom à lui. Et donc un jour c'est le bordel mon capitaine, alors que son ex femme veut venir grailler des bagels au ptit déj et que donc avec de la chance il pourra lui mettre de la crème de par... pardon, je m'y prends mal, essayons d'être sérieux. Putain, mais j'ai mal au crâne avec cette réalisation à chier. Genre vous vous plaignez de Michael Bay? Olivier Megaton (on se croirait dans FallOut) fait pire. Le nombre hallucinant de plans employés lors du dialogue entre Bryan et Lenore (on croirait une pub pour lessive), à vomir, genre un mot = un changement de plan, et ce défaut va persister tout du long du film, se calmant par moment, surtout avec les phases d'enquête de Dotzler.

Donc, le truc en fait, point d'enlèvement, mais encore des pas gentils russes qui sont méchants car vilains. Le film débute sur le meurtre d'un comptable d'ailleurs, avec le mec anti charismatique par excellence. Puis après bah, plus rien pendant une heure. On va découvrir Miller dans sa vie, puis voir qu'en fait des enculeurs de poules ont essayé de le piéger en faisant croire qu'il était responsable de l'assassinat de son ex femme. Kim, la fille, elle est pas conne et sait que son pôpa il a pas fait ça, spas possible.

Voilà donc Bryan qui fuit la police, et ce pendant longtemps, jusqu'à l'heure de film environ, soit plus de la moitié. Il active son réseau, se trouve une planque, et ne fait que peu de chose pour enquêter sur le meurtre de sa femme. Oui, bon, il cherche son GPS et ses contacts tél, oui, mais c'est surtout le jeu du chat et de la souris avec la police qui en ressort. Puis cette réalisation, punaise, pour franchir une grille il faut 4 ou 5 plans, sans rire, puis les scènes d'action, on ne pige rien, limite ce sont des images subliminales, putaing on pige rien à l'action, comment il a désarmé les flics? Mais merde ralenti ducon, t'es en train de me perdre là. Non parce que d'accord, Michael ne réalise pas super bien, mais je n'ai jamais eu cette sensation de voir un truc sans savoir ce que je vois, mais merde, à vouloir dynamiser son film, il file la nausée au téléspectateur, pire, point de côté spectaculaire, vu que ça va tellement vite que l'on ne pige rien, une fois l'action terminée on se dit "ah, j'ai rien vu du tout, prends moi pour un con".

Comme je l'ai dit, heureusement que Doltzer et son côté très malin est là, ça sauve le film de l'ennui définitif, ce personnage est juste brillant, peut être même trop malin, mais au moins il pense comme le téléspectateur, le coup de la fac notamment, le coup de bagels aussi, bref, c'est la seule satisfaction du film. Car je ne parlerai pas du scénario, hein, prévisible à l'extrême (j'avais deviné à l'avance qui était le vrai méchant avec sa tête de con), la résolution finale ne laisse même pas la tension monter, point de suspense quoi, bim, le méchant est appréhendé, bonjour monsieur, au revoir madame.

Pfff, j'ai même la flemme de tout vous énumérer, le combat face au pas gentil russe qui est méchant, le mec est en slip, en sliiiiiiiiip quoi! Il crève comme un merde en slip, le summum du charisme non? Non. C'est comme le coup de la supérette face aux russes, et la tentative absolument vaine et vite expédiée pour expliquer comment Bryan s'est sorti de la voiture, on pige rien, mais rien, genre on le voit se planquer derrière un gros caillou, stout, oki. Ah si, un moment rigolo, quand avec la Porsche il défonce le train d'atterrissage du jet. La scène dure 10 plombes avec 40 000 plans, d'ailleurs ça m'a rappelé Bad Boys mais version pauvre, version française si j'osais.

Allez, on va s'arrêter ici, 1h44 de purge immonde parfois éclairée par un Doltzer vraiment intelligent et intéressant. La réalisation est à chier, le scénario est à chier, Liam Neeson est en roues libres, et les autres acteurs gesticules comme ils peuvent, bref, un film de merde, même pas digne d'être nommé nanard car il ne possède rien d'attachant. Si vous avez aimé les 2 premiers, bah évitez le quand même, une perte pure et simple de temps.

@+

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article