Garfield tome 62

Publié le par Twinsunnien

Soixante-deuxième tome du chat orange.

Soixante-deuxième tome du chat orange.

Généralement nous avons droit à 2 ou 3 albums par an du chat le plus paresseux au monde. Créé par Jim Davis, je pense que pas mal de monde connaît Garfield. L'album 62 nommé Bonne pâte, avec le jeu de mot sur la patte du chat, avec une pizza en couverture, d'où la pâte, petite originalité, en haut à droite, si vous frottez la pastille, une odeur de pizza apparaît sur vos doigts (ne frottez pas avec autre chose hein?), inutile donc super génial, c'est en adéquation avec le thème de la couverture et c'est donc super sympa, surtout que ça n'augmente pas le prix de cette BD qui est parue en mai 2016 chez Dargaud.

Bon, nous sommes sacrément à la bourre en France, vu que les strips sont de 2012, mais bon, mieux vaut tard que jamais. Dans ce tome les classiques sont bien présents, araignées, Odie, Jon et ses costumes ridicules, les chiens faussement méchants, bref, même si ça peut sembler être du déjà-vu comme ils disent en Angleterre, ou ailleurs d'ailleurs, on se marre toujours comme des barriques. C'est franchement une des rares BD capables de me faire sourire voir hurler de rire aussi facilement, j'ai noté un passage dans lequel Jon est soulagé de ne pas comprendre ce que « pense » son chat, preuve que seul le lecteur voit les pensées de Garfield. J'ai aussi remarqué pas mal d eblague sur les rôts, Garfield prenant un malin plaisir à roter pour dégoûter son maître.

Mais le meilleur reste Jon, habitué à être célibataire, il sort avec Liz, la belle vétérinaire de Garfield, depuis un moment, mais n'a pas perdu son goût pour les costumes ridicules, comme quand il lui demande si il pourra brancher son costume au restaurant en montrant une prise, ce à quoi Liz lui impose de changer de costume, ou le voir gambader de façon joyeuse déguisé en fleur dans le dos de Liz qui demande à Garfield si elle doit regarder ou pas.

Il y est vite question de régime aussi, Liz arrêtant les donuts et hallucinant comme Garfield, voyant une de ces pâtisserie à la place du visage de Jon, ce à quoi Garfield lui répond « d'habitude il y a des vermicelles au sucre en plus ».

On alterne toujours avec les strips en 4 cases de la semaine et les pleines pages du dimanche, offrant un très bon rythme de lecture, bon, l'album se torche en 20 minutes, mais ce sont 20 excellentes minutes que l'on passe. Surtout lors du passage des araignées se faisant écraser de plusieurs façon, le groupe est fort « je la sens pas ta force » ^^, enfin vous comprendrez en lisant ce tome. On y voit aussi le temps changeant du mois de mars et l'arrivée du printemps. Les souris font aussi une petite apparition, l'une d'entre elle pionçant sur le ventre d'un Garfield faisant la sieste ce qui énerve Jon « vous pourriez au moins faire semblant ».

Il y a aussi une autre forme de gags souvent présents, ce sont les gags sur le côté pitoyable de la télévision, avec soit l'horreur du décès des piles de la télécommande, ou le côté affligeant de certaines chaînes, juste au passage il y a une allusion à Godzilla, lorsque c'est au tour de Liz de choisir le film au grand regret de Jon qui pense que ça va être une comédie romantique, lorsqu'elle lui annonce que c'est un film de monstre (genre que Jon apprécie) c'est la fête, sauf que le titre est Quand Godzilla rencotnre Sally, dont on devine le côté un peu chiant.

Ah, il y aussi ce gag, dans lequel Garfield constate que Jon a noté son donut, une pancarte indiquant « Donut de Jon », ce qui n'empêche pas le chat gourmand de le manger non sans ajouté une pancarte au dessus « Garfield a mangé le », simple mais drôlement efficace.

L'avant dernier gag en pleine page de ce tome nous montre un Garfield particulièrement actif, vu qu'il chasse un point rouge, dont on s'aperçoit qu'il vient d'un pointeur laser avec lequel une araignée se venge, quand on sait comment ça peut rendre fou un chat, c'est très drôle. Oui bon, j'ai un peu loupé ma dernière phrase, mais vous allez au moins sourire à ce gag brillant je trouve.

Et alors que j'ai euh peur pendant un moment de voir la série devenir culcul la praline comme les films, le fait que Liz et Jon sortent ensemble pouvait laisser envisager une telle chute, et bien non, en conservant des idées de gags, ou du moins une thématique (souris, araignées, télé, Jon ridicule etc...), Jim Davis arrive à se ré-inventer et reste capable de faire rire tout le monde, c'est un tour de force qui fait de Garfield une BD indispensable pour tout fan de cet art, moins intelligent et philosophe que Snoopy, c'est sûr, mais tout aussi efficace dans l'humour, Jim Davis est, je pense, le plus digne héritier des comics strips de Schulz. Donc à posséder, lire et relire obligatoirement.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article