Le mer infinie - Rick Yancey

Publié le par Twinsunnien

La mer infinie de Rick Yancey.

La mer infinie de Rick Yancey.

Après m'être pressé le citron pour lire La 5è vague de Rick Yancey ceci afin de voir le film au cinéma, j'ai aussi pris la suite, La mer infinie que nous allons traiter aujourd'hui, et ceci avant de lire le premier bouquin, finalement assez moyen, sous Hunger Games avec La guerre des mondes en toile de fond, dans une ambiance post apo qui pourrait être sympa sans les yeux chocolat du beau gosse machin truc.... enfin bon, en gros c'est un livre pour ado, ne partant pas assez loin dans la violence, et nous offrant une romance merdique type Twilight. Pourtant je n'avais pas détesté, mais bon, c'est à mille lieux de la qualité d'un Hunger Games.

Donc j'ai acheté ce livre aux éditions France loisirs, euh, voilà, ça c'est dit, il est écrit par Rick Yancey, et est vite lu en fait, un poil plus de 400 pages, écrit gros, donc ça se lit vite.

Oui, je retarde l'inévitable, car si l'idée de permuter le récit à travers les différents personnages était une bonne idée dans le premier tome, on se rappelle la découverte du camp à travers les yeux du petit Sam, effrayante, là, on revoit une scène 3 fois, en avançant à minima dans l'histoire, ce qui serait une bonne idée si c'était dynamique, bah là on se fait chier. Pire, au bout de 200-250 pages, on constate qu'en fait on a juste vu la scène du début, et que l'histoire n'avance pas du tout du tout, l'impression de faire du sur place est chiante, en plus, la multiplication des points de vus fait que l'on ne s'attache à aucun perso, voilà, c'est dit.

Si le petit texte du début sur fond noir et montrant une nouvelle arme des aliens prend son sens plus tard dans le livre, une fois de plus c'est mal exploité, on ne comprend pas comment les persos arrivent à leur fin pour le coup, c'est très mal expliquer, ou alors je suis carrément trop con, ce qui est possible, mais bon, en vérité, c'est la dernière grosse partie, avec les yeux de Ringer, je spoil je sais, mais c'est cette partie, chiante au début, qui balance un twist qui va trouer des culs je vous le dit, en fait, ce twist justifie l'emmerdement des 350 premières pages, là, on pense à Metal Gear Solid, indéniablement, enfin, si vous le lisez vous comprendrez.

Si le côté "traqués" des persos est sympa, en fait, on s'emmerde voilà, on ne comprend pas pourquoi l'auteur met 10 ans à faire évoluer son histoire à chaque fois qu'il change de personnage, le truc cool aurait été de prendre l'histoire où s'arrête un autre perso, pas de revenir au début à chaque fois, cela aurait été plus dynamique, et moins soporifique, nettement plus prenant. En fait, le défaut c'est ça, on n'avance pas dans l'histoire, et comme par hasard la partie la plus intéressante est la finale, celle qui reste focalisée sur un personnage, celle qui permet à l'histoire d'avancer, sans multiplier les points de vus d'une même scène.

Et pourtant, il y a pas mal de choses qui se passent, mais cette impression de déjà vu mais sous un autre angle est énervante en fait, si elle démontre une grande force narrative de la part de l'auteur, elle ennuie le lecteur je trouve, du moins pour ma part. Finie la surprise des vagues avec leurs horreurs, fini le fait que les personnages découvrent l'adversaire, et finie en fait la découverte de ce monde en fait, monde qui dépérit sous les vagues des aliens, seule subsiste une question, pourquoi n'ont ils pas balancer un gros caillou comme avec les dinosaures? La réponse t sera donnée avec le fameux twist, dont on ignore en vérité quoi en penser en cette fin de tome, est une stratégie contre les aliens? Une expérience humaines? J'ai peut être mal compris entre deux bâillements, je sais pas, mais en tout cas ce twist remet en question pas mal de chose. Je préfère pas vous le révéler, car c'est le seul plaisir de ce livre, et je ne voudrai pas vous gâcher le plaisir si vous comptez le lire.

En faisant du surplace, on perd le côté intéressant de la découverte du premier tome, si le coup de la romance est toujours en partie présente, elle est atténuée je trouve, et c'est tant mieux, bon, on relira à nouveau une Cassie parlant du chocolat de son beau sauveur (qui morfle dans ce tome), mais rien de gerbant à comparer du premier livre. Il se produit des choses choquantes aussi, avec des sacrifices, mais on a dû mal à croire à ses ados morflant et pourtant continuant le combat. Par contre on nous explique comment Evan fait pour être aussi fort. La vérité, c'est qu'après s'être limite ennuyé en relisant encore et encore la même scène, une révélation sur les aliens vient relancer l'intérêt de l'histoire, manque de bol, elle arrive à la fin, résultat, j'attends la prochain tome impatiemment, je le lirai c'est sûr, mais par contre si vous n'avez pas aimé le premier livre, vous détesterez celui ci. Si, comme moi, vous avez serré les dents quand Cassie décrivait son innamoramento avec Evan mais que le reste vous avez plu, bah, vous allez vous faire chier au début, avant que le récit se pose enfin, avec la révélation qui introduit un ultime tome s'annonçant passionnant, dommage qu'il faille passer par ce La mer infinie qui en 400 pages ne fait pas autant avancer le récit que ce que le lecteur attend. Je vous le conseille uniquement si vous avez bien aimé le premier tome, sinon, évitez. Perso j'ai pas super bien aimé, mais la force de Rick Yancey et d'introduire son dernier tome de façon parfaite.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article