Sea change - Beck

Publié le par Twinsunnien

Sea change de Beck.

Sea change de Beck.

2002, l'artiste Beck Hansen sort un nouvel album, qui sera méchamment mou du bulbe, ayant pas mal de balades tranquilles, ce n'est pas forcément son album le plus connu, et c'est normal vu que c'est loin d'être le meilleur. Cette chronique sera vite expédiée du coup, veuillez m'en excuser par avance, car déjà que j'ai du mal quand j'adore un disque, quand ce dernier me donne envie de pioncer, j'arrive encore moins bien à m'exprimer (si si, c'est possible madame l'impératrice).

The golden age, dodo. Balade avec une gratte sèche et un son qui fait un peu penser à un rêve de hippie, je sais pas si vous voyez de quoi il s'agit, tain, mais on baille on baille, hein? Les paroles sont peut être géniales? Non mais en plus vous voulez qu'en m'endormant je cherche à piger les paroles? Fô pô s'moquer, s'pas bien.

Paper Tiger est encore plus sommaire niveau composition, le chant est très faible en plus, donc un titre délicat à appréhender, surtout que la guitare électrique sonnant comme les années 60 où la drogue était reine, on reconnaitra juste un air de violon qui me fait penser à un titre de Guero qui viendra 3 ans plus, mais je ne sais pas lequel désole.

Guess I'm doing fine reste sur le même rythme de bonne nuit les petits, presque une complainte, non en fait je ne sais pas ce que c'est une complainte, bon, là c'est encore mou, et je ne dis pas que j'aime pas les truc lent et mou, mais quand tu enchaînes 3 titres lents, voir très lents, et hyper calme, bah si ça peut détendre, je préfère écouter du Moby en truc mou, au moins c'est plus divers et agréable à écouter quoi.

Lonesome tears, oh, bah voilà, regardons le clip avant que je ne pique du nez.

Vidéo de BeckVEVO.

*baille* pardon, j'ai pas mis ma main devant la bouche, mais vous ne pouvez pas me voir, voilà un bel exemple de ce qu'est l'album, un truc très détente, même carrément trop détente, franchement, le jour où j'ai un enfant (pas gagné), je lui mets cet album pour qu'il pionce, je suis sûr que ça fonctionne.

Et ce n'est pas Lost cause (clip à suivre) qui va vous réveiller, mais déjà, la mélodie me paraît plus agréable, le chant est sympa, c'est une belle balade, qui, si elle n'intégrera pas les playlists de tous, est tout de même sympa à écouter, sympathique donc.

Vidéo de BeckVEVO.

End of the day, on pionce, It's all in your mind, on ne se réveille pas, Round the bend c'est pire, mais punaise, je veux des chansons qui détendent, mais là c'est trop, bon, ma conscience journalistique me pousse à écouter l'album jusqu'au bout, mais purée, j'ai les paupières lourdes là quand même, ça va être hyper chaud de rester éveillé, allez, courage, plus que 4 titres, purée, encore 4 chansons, c'est dur.

Ah, mais non, Already dead débute lentement aussi, bon, la guitare acoustique est agréable, mais c'est moi, ou au delà du fait que tous les titres sont mous, ils se ressemblent tous? C'est dingue ça. Wooooh, Sunday sun offre un son plus rapide et plus fort, pas dynamique, mais assez pour réveiller l'auditeur, intéressant comme titre, qui, écouté en stand alone n'est pas top et est lent, bah dans ce disque, il est bon, voir très bon, et surtout il réveille, en toute relativité hein?

Manque de bol, Little one repart dans un sommeil pénible, et si Side of the road possède un petit truc "country" (pas Kinder hein, juste la musique pop nord-américaine), en fait on s'ennuie encore et toujours.

J'avais dit que ce serai court, en fait, il n'y a rien à retenir de cet album, certains sons ressemblent à ce qui sera fait pour le génial Guero, que je me permets de vous conseillez à nouveau, pas comme ce Sea change, qui, si il n'est pas mauvais, possède trop de titre se ressemblant, un manque flagrant d'inspiration du chanteur, un album décevant car uniforme et beaucoup trop mou. Après, si ça se trouve, en terme de paroles c'est juste excellent, mais si la mélodie, la chanson, ne me donne pas envie de l'écouter et de la ré-écouter, je n'ai pas envie d'en savoir plus, c'est stupide je sais, mais c'est ainsi. 52 minutes pour faire une belle sieste, rien à en retirer, si, Sunday sun et Lost cause ne sont pas trop mauvais, mais c'est tout, décevant et à éviter donc.

@+

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article