Super Mario Bros. - Super Mario All Stars

Publié le par Twinsunnien

La cartouche.

La cartouche.

Bon, merci de ne pas tenir rigueur de la cartouche pas belle, on fait comme on peut pour chroniquer des jeux légalement, et c'est pas toujours facile. Donc, aujourd'hui nous allons débuter une quadruple chronique, étalée sur une longue période, nous allons voir Super Mario Bros. mais avant causons vite fait de cette cartouche Super Nintendo, sortie en 1993, elle réunie 4 jeux de plateforme estampillés Super Mario Bros. Je n'ai pas assez de connaissance pour vous dire si c'est le premier jeu console se servant de l'émulation, à moins que ce ne soit un remake, et encore moins si il s'agit aussi du premier jeu console inventant le retrogaming. Je sais que je dirai une connerie, donc je ne dis presque rien. Dans cette cartouche, il y a une version "refaite" des 3 Super Mario Bros de la NES, ainsi qu'un obscure The lost level, ne parlant pas aux joueurs européens, et pourtant, c'est tout simplement le Super Mario Bros. 2 japonais, la version bizarre que nous avons eu est spécifique aux marchés nord-américain et européen.

Le jeu débute par une petite intro, sommaire, avant d'arriver à la sélection du jeu de notre choix, permettant de choisir 3 ou 4 fichiers de sauvegarde, oui, mon travail d'investigation pue, mais je n'ai pas noté la quantité de slot quoi. Les jeux sont un poil plus beaux que sur la console d'origine, avec des décors notamment, et quelques effets issus de Super Mario World sortie un an avant. Je lis sur wikipédia que la jouabilité est légèrement modifiée, mais bon, si ça rend le jeu un poil facile, tout en supprimant des bugs, le plaisir des jeux est toujours présents. Aujourd'hui nous allons voir le tout premier jeu, Super Mario Bros. donc, et je parlerai aussi bien du jeu original que de sa version Super Nintendo. Petite vidéo.

Vidéo de MegamanNG.

Allez, petite partie chiante, mais Super Mario Bros. a une saveur particulière pour moi. Alors que je tapotais plus que je ne jouais sur le vieil ordi 386DX de mon papa, j'ai de vague souvenir de DIg Dug et Ghostbusters II avec les disquettes 5"1/4 ou 3"1/2, les ancêtres de nos BluRay actuels, donc mon premier contact avec le jeu vidéo fût sur un vieux PC, fonctionnant sur MS-DOS, avec le fait de lancer un .exe en tapant son nom sur un écran noir, enfin bon, et je ne cause même pas du jeu au clavier (la souris? pourquoi faire?) assez archaïque, je devais avoir quoi, 8 ans, ou 9. Par contre, j'ai clairement le souvenir d'un nowel, 1991? 1992? j'ai plus la date, durant lequel j'ai reçu ma première console avec mon premier bip bip à moi. Je revois mes parents me disant d'ouvrir le gros cadeau d'abord.... et le petit rebelle blond que j'étais refusant ces conseils, du coup, j'ouvre mon premier cadeau, une boîte d'un jeu NES, Super Mario Bros. interrogation, qu'est ce donc que ce truc? On peut même pas y jouer sur l'ordi, mais euh.... ah, le gros cadeau, forcément, il y avait la NES dedans. Dire qu'aujourd'hui avoir un smartphone, tablette, ou même console paraît naturel, bah début des années 90, c'était un événement. Je ne suis pas partisan (de Belgrade?) du "c'était mieux avant" pourtant, je conserve tout de même un souvenir ému de ma NES et encore mieux de la Super Nintendo avec le bazooka, ceci étant une autre histoire, tout ce blabla pour vous dire que Super Mario Bros. est mon premier jeu console, même mon premier contact avec une console. Pour les pro SEGA, sachez que j'ai demandé plus tard ce qui avait poussé mes parents à faire de moi un futur fan de Nintendo alors que j'aurai pu être SEGAmaniaque, le hasard en fait, même pas une question de prix, de pub, de bouche à oreille, nope. Il faudra attendre la DreamCast pour voir votre serviteur acheter une console SEGA, avec le succès qu'on lui connaît.... et qui reste, aujourd'hui encore et juste devant la Super Nintendo, ma console préférée de tous les temps.

Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.
Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.

Les différents écrans titres. Début de Super Mario Bros.

Vous êtes toujours là? Bien. Le jeu en lui même sort en 1985, et retrouve le plombier Mario, ainsi que son frère Luigi, issus du jeu Mario Bros. un jeu à l'écran unique où l'on doit écraser des tortues, merde, je sais plus en fait, et il faut prendre des pièces pour vaincre l'autre joueur. Là, nous sommes en face d'un jeu de plateforme à scrolling horizontal, une perf, car avant les jeux de ce genre passaient d'écran en écran, avec un petit temps de latence lors du changement de tableau. Là, c'est fluide, bon, on ne peut pas revenir en arrière, mais peut importe. La maniabilité est bizarre, avec une sorte d'inertie que l'on maîtrise rapidement. Au fait, le mode 2 joueurs est par alternance, chacun joue un après l'autre, mais pas encore ensemble.

On possède un certain nombre de vie pour déjouer les pièges imaginés par l'équipe de Nintendo. On y découvre des ennemis rigolos, simples à vaincre, le tout dans une ambiance guillerette, dont le thème principal montre le côté léger. On écrase des goombas, expulse des tortues de leur habitat, balançons un gros dinosaure géant dans la lave, Bowser revenant à chaque niveau 4 des 8 différents mondes. La musique des Bowser's castle reste en tête d'ailleurs.

Le level design est juste parfaitement bien pensé pour une évolution PRO GRE SSIVE (façon Perceval et Karadoc ^^), on apprend certaines mécaniques, sans aucunes explications, ainsi quand un champignon rouge et blanc sort d'un bloc, le réflexe est d'éviter celui ci (champi rouge = danger non?), et bien non, il est mignon le champi alors on court le risque et là, magie, Mario devient Super Mario, permettant une erreur contre un ennemi (mais pas contre les chutes), cassant aussi les blocs pour débloquer des passages secrets ou des bonus. Ainsi le champi vert donne une vie, la fleur permet de péter le feu, euh non, de lancer des boules de feu. Comment, avec juste 2 boutons et une croix directionnelle, peut on sortir un gameplay aussi riche? On peut courir, lancer des boules de feu, anéantir les ennemis de différentes manières, franchir de court précipice, le tout en premier un pied, manette en main, hallucinant. L'équipe de Bowser devient de plus en plus forte, ainsi les premiers affrontements face aux tortues ailées, ou Lakitu qui, du haut de son nuage vous balance des saloperies à pics. Après ce sont les plateformes mouvantes, les champignons ascensionnels, les bazookas aussi, les frères marteaux, pfiou, quelle richesse avec des antagonistes peu effrayants, mais qui peuvent refiler des sueurs froides. Bowser étant invulnérable, vous devrez le faire tomber dans la lave.

Et tout ceci pour? Sauver une princesse. Oui, niveau scénar' c'est nul, mais on s'en moque bien, tant manette en main c'est rigolo. Le jeu est vite fini, surtout si l'on prend les Warp Zone, mais il boucle en étant encore plus difficile lors du second loop. Je n'ai jamais fini ce second loop, donc je ne sais pas jusqu'où ça va. D'ailleurs je n'ai pas vraiment fini Super Mario Bros., j'ai vu mon père le finir, nuance.

Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.
Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.

Bonus de tuyaux, comme Huggy, drapeau de fin de niveau. La fleur boule de feu.

Offrant de beaux graphismes dans sa version Super Nintendo, des thèmes mémorables, une mécanique de jeu impérissable, un level design aux petits oignons, que l'on peut encore plus savourer en jouant à Super Mario Maker. Puis ça restera à jamais mon premier jeu console,le début d'une longue histoire d'amour avec Nintendo et le jeu vidéo en général. Si la jouabilité répond toujours parfaitement, la petite inertie du plombier peut rebuter au début, mais très vite on s'améliore et nous y trouvons du plaisir. À essayer, peut importe sa version, NES, Super Nintendo, GameBoy Color, GameBoy Advance, Wii, ou DS/3DS, même si la version All-Stars est plus jolies et fait moins mal aux yeux. Un jeu marquant, dont le JV actuel s'inspire encore de nos jours.

@+

Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.
Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.
Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.

Warp zone et niveau 5-1 enneigé. Je cause même pas des ennemis retorts.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article