20th Century Boys Édition Deluxe tome 4

Publié le par Twinsunnien

Le tome 4.

Le tome 4.

C'est avec un plaisir certain que j'ai pris en main ce tome, rien de creepy là derrière bande de coquinous, juste le fait que URASAWA Naoki posait enfin le récit, en évitant de trop switcher entre les différentes époques, et ça, ça permet de se poser donc, et de mieux comprendre l'histoire méchamment complexe quand même. Là nous allons voir dans ce tome 4, version deluxe, tome double donc, l'évasion de Otcho, oui je spoil d'entrée, et alors? Vous foutez quoi là si vous n'avez pas lu les tomes précédents hein? Après la méchante claque de découvrir Tokyo en 2014, sans savoir ce qui est advenu à Kenji, nous avons aussi appris à mieux connaître Kanna, la nièce de Kenji. Alors franchement, dois je expliquer l'histoire? On va faire court, dans les années 60-70, une bande de gamins imagine la fin du XXème siècle, avec une série d'attentat, prenant son point culminant par l'attaque de la capitale japonaise via un robot géant le 31 décembre 2000. Alors quand la prophétie prend forme, Kenji et ses anciens copains vont devoir lutter contre Ami, un homme qui se cache derrière un masque et dont on ignore pas mal de chose, si ce n'est qu'il a fréquenté la bande. Dès lors Ami va prendre le pouvoir avec son parti politique, et être l'instigateur de cette prophétie. En passant à travers diverses périodes, on suit l'installation de cette prophétie, avec l'exposition universelle de Osaka en 1970, mais aussi le terrain vague où est la cache de la bande vers la fin des années 60, on verra aussi 1997, 2000 et depuis le tome précédent, 2014 donc. Permettant de constater l'ampleur des dégâts et aussi le fait que Kenji soit entré dans l'histoire, pas spécialement pour sa bravoure, mais plutôt comme le responsable de l'acte terroriste de la fin du vingtième siècle.

Le premier flashback est bien intégré, lors de l'évasion de Otcho en 2014, et l'histoire du bonnet rouge, montrant encore plus le lien fort entre tout ces gamins à l'époque, ce qui explique pourquoi ils vont le suivre jusqu'à l'affrontement de 2000, qui sera ici détaillé de façon passionnante. On va découvrir un nouveau personnage, qui va prendre une grande place dans ce tome, Koizumi, une lycéenne fan d'un groupe de pop qui va se retrouver à devoir enquêter sur la bande à Kenji (nous sommes toujours en 2014) ce qui va la mener à un camp de j'ai plus le nom, avec des tests bizarre et une grosse surprise dans le personnage qui aidera la jeune fille.

On reverra aussi Dieu, qui a gagné au loto, voyagé dans l'espace, mais reste le même. Tout ça juste avant le détail de la soirée du 31 décembre 2000. Si tout était nickel jusque là, on est encore plus happé par le déroulement, avec la découverte du robot, enfin, pareil, la révélation sera étonnante dans la nature de celui ci. Et l'affrontement, les différents affrontements devrai-je dire, nous laisse sur un cliffangher de fou, ce n'est pas dans ce tome que l'on connaîtra le destin de Kenji après la soirée menant au XXIème siècle.

On retrouve Kanna et Chono, avec la révélation du contenu de la chanson de Kenji, absolument magnifique c'est vrai, et là je revois un peu le manga Beck, qui sortait dans les mêmes dates si je ne dis pas de conneries. Absolument génial.

La fin de ce tome reste en 2014, centré sur Koizumi, qui sous ses airs de jeune fille stupide, se rend bien compte qu'elle va subir un lavage de cerveau, vu que personne ne ressort indemne de ce camp "ami". Elle songe même à fuguer. Et là, on prend en pleine gueule la maîtrise narrative de URASAWA, il va carrément mélanger 1970 avec 2014, à travers une épreuve finale dingue de ce camp. On y verra l'année 2000 mais plus pour lutter contre la bande de Kenji, l'épreuve finale est juste impressionnante, puisqu'elle reprend la visite (en virtuel pour Koizumi) des gamins d'une maison hantée, et alors que le personnage mystère (dont la vision ici est surprenante je dirai) se rend compte de son erreur d'avoir laissé Koizumi seule, on sent que celle ci va voir Ami ce qui risque de lui coûter, non pas la vie, mais un lavage de cerveau gratos quoi, et c'est sur ce Sly accroché à la montagne que le tome s'achève, pas frustrant, grisant je dirai.

Maîtrise narrative, dessin impeccable, révélations en pagailles malgré des questions en suspens, bref, un tome pourtant long (plus de 400 pages), on le dévore rapidement, trop rapidement, une seule envie à la fin de ce livre, voir la suite. Après 4 tomes, je peux dire que 20th century boys est un grand manga, quasi culte (j'attends de voir comment ça va tourner avant de dire ça), surtout que depuis le tome 3 on se promène moins entre les époques, il me semble que la narration est plus claire, ou alors c'est moi qui suis moins con, je sais pas, en tout cas, un manga à lire c'est sûr. J'adore.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article