Blood Lad

Publié le par Twinsunnien

La box.

La box.

Encore une animation d'un manga du même nom, créé par Yuki Kodama pour la version papier, adaptée par le studio Brain's base pour la petite lucarne (et son OAV), Blood Lad se compose de 10 épisodes de 23 minutes et d'une OAV, pas diffusée à la télé japonaise donc, de 26 minutes, faisant pour le coup office de dernier épisode. C'est en faisant la Anime Collection de feu Déclic Images, euh, je ne suis pas sûr que Déclic soit mort mais bon, ça faisait classe dans ma phrase, donc c'est à travers cette collection que j'ai découvert cet anime. J'aime bien le style graphique déjà, me faisant un peu penser, je ne sais pas pourquoi, à Soul Eater, le côté dark faisant tout le temps la tronche du personnage principal, et l'assurance d'avoir une bonne dose d'humour, voilà pourquoi j'ai regardé cet animé. En plus 11 épisodes c'est vite vu donc ça va bien, ça permet de voir un truc pêchu qui envoie le pâté. Euh donc, on regarde l'opening.

Vidéo de Jaquan Butler.

Ah oui, j'ai oublié de préciser, y'a du fan service. Lycéenne à gros seins, faisant presque ingénue, Fuyumi se retrouve on ne sait pas trop comment dans le monde des démons, mieux, elle est dans le quartier dominé par le Boss Staz, un vampire qui n'aime pas sa condition de bourgeois et a décidé de vivre en bas du monde des démons, plutôt que dans les hautes sphères comme son sang lui donnerait l'avantage. C'est d'ailleurs ce personnage que l'on découvre en premier, violemment Otaku, il kiffe tout ce qui vient du Japon, bon, dans le livret c'est dit "culture geek", brrrr, j'ai comme un frisson en lisant ça, mais bon, c'est pas pire que quand je parle d'un Otaku alors que le mec sort des fois pour prouver que c'est bien lui le boss. Il va d'ailleurs ressentir un sentiment inédit en voyant Fuyumi, presque comme un pervers découvrant les joies du hum hum, et la série joue pas mal là dessus d'ailleurs, sur le second degré, enrobé d'un humour pas mal du tout, avec des petits points qui raviront ceux connaissant un minimum la culture manga, anime et jeux vidéo. C'est d'ailleurs étonnant de voir Staz devenir fou quand il découvre les nouveaux jeux vidéo, ou alors quand il va entamer un Kame Hameha, inspiré de Dragon Ball, même si le manga n'est jamais cité. On reconnaîtra aussi des méthodes de combats de FullMetal Alchemist, ou encore des allusions à Ken le survivant, enfin bon, tout ça pour dire que l'on s'attache vite à se personnage lugubre, qui maltraite ses sbires, mais de façon gentille.

Euh, l'histoire. Ah, ben dès le premier épisode, Staz est tout content de voir une humaine, qu'il laisse dans sa chambre afin de défoncer la tronche à un prétendant au trône du quartier. Seulement, à son retour, il constate que Fuyumi est morte, elle est désormais un fantôme, contraint se s'alimenter du sang démonique de Staz pour ne pas périr. Dès lors le vampire lui fera la promesse de la ressusciter, au début pour goûter son sang, puis finalement par amour. Oui, je spoil et c'est un peu con, mais le lien entre les deux personnages ne fera que s'intensifier. Bon, on n'échappe pas au fan service, surtout quand Fuyumi suce le pouce de Staz pour se régénérer, avec les postures, les petits couinements, les positions dans lesquelles elle se retrouve quand elle s'est alimentée, tout est fait pour exciter le mâle lambda, de façon assez pitoyable même, mais bon, c'est ainsi et finalement, les scènes sont gênantes mais passent vite.

Comme dans Twilight, monde des démons oblige, on va retrouver un affrontement entre vampire et loup garou, en la personne de Wolf, qui n'arrête pas de se mesurer à Staz, sans jamais arriver à le vaincre, d'ailleurs le vampire le considère comme son ami. On verra aussi un autre personnage féminin aux mensurations improbables, Bell Hydra peut se téléporter à travers des portails qu'elle créée, façon Portal quoi. Ah là, j'ai pensé un peu à Excel de Excel Saga. Niveau passage marquant, forcément la perte de sa culotte vous restera en tête, la preuve que l'on peut faire du fan service drôle finalement. Pfiou, et je ne vous parle pas du frère de Staz, ni même du roi des démons, je vous laisse découvrir par vous même les liens entre tous ces personnages. Sachant que tout se recoupe et que certaines révélations sont surprenante avec le coup du Dophen, de, merde, je sais pas l'écrire, enfin vous comprendrez en regardant l'anime. On verra même un pseudo Dr Frankenstein essayant de créer un démon à partir de bouts d'autres démons. Pas trop de zombies par contre de mémoire, mais y'a un perso ressemblant à une momie dans l'OAV (à voir après les 10 épisodes car faisant suite à ceux ci).
L'animation est excellente, par moment nous avons droit à des tableaux comme peints, putain je fais du luciole, euh pardon je m'égare, mais c'est vrai qu'en terme d'animation c'est nickel, c'est fluide, et les doubleurs (vu qu'en VOST pour ma part) sont excellents. Donc techniquement, c'est cool. Le scénario n'est pas immense, mais avec ses clins d'œil à la culture geek (pardon, je viens de me vomir dessus en écrivant ce mot, je vais me changer), euh, disons que les anime, mangas, jeux vidéo cités sont connus pas par mal de monde, donc on se marre à trouver les petits clins d'œil quoi. Purée, je me répète, mais c'est ça de se vomir dessus aussi.

Quand il se bat, Staz à un côté classe, ça déménage aussi, comme des éléphants trouvant une souris dans leurs slips. Non mais là c'est de pire en pire ce que je raconte. Le manque d'inspiration quoi, pardonnez moi. Ah, parlons un peu de l'OAV qui conclue sans conclure la série, hilarante avec son antagoniste prenant la forme d'un chat et restant au soleil au lieu de suivre sa proie, il y a énormément d'humour dans cet épisode donc, et même si l'on verra encore du fan service (encore pire que dans les 10 épisodes télé), cet épisode passe super vite. Car oui, voilà le maître mot de cet anime, le dynamisme, c'est un peu pour ça que je citais Excel Saga plus haut, car certes, il n'y a pas de personnage parlant aussi vite qu'Excel, mais on sent le côté "ça peut partir en cacahuète n'importe quand" fort sympa, qui peut parfois dérouter, mais fera le plus souvent marrer le téléspectateur.

Drôle, blindé de référence, bien animé, avec des personnages attachants, le seul regret ce sont ces personnages féminins aux formes plus qu'impressionnantes, et aux postures destinées à devenir des supports masturbatoires, oui, c'est le principe du fan service, je sais, mais j'aime pas trop, autant la présence de sang ou de violence (baston) ne me gêne pas, autant voir des personnages féminins ayant des seins immenses et qui souffriront du dos quand elles seront vieilles, me gêne plus. Mais ceci est un détail, car le dynamisme, le scénario et surtout les personnages donc, vous maintiendront en haleine jusqu'à la fin de l'OAV, qui ne conclue pas vraiment l'histoire, et c'est peut-être là le plus gros regret, on en voudrait encore. Mais bon, ça reste un excellent anime, délirant, drôle, sorte de mélange entre FuLiCuLi, Excel Saga, Soul Eater (pour le chara design de certains personnages, c'est débile mais c'est plus fort que moi), vous ne verrez pas passer ces 11 épisodes, et pour un petit prix, je vous conseille cet anime, un bon moment en perspective, du moins moi j'ai passé un excellent moment à le voir.

@+

Publié dans Série TV - Animé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article