Shaun le mouton - Le film

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay.

Le BluRay.

Sixième long métrage des studios Aardman, Shaun le mouton Le film, en plus d'avoir un titre aussi simpliste et concon que Les Simpson Le film, est l'adaptation d'une série mettant en scène un fermier et tous les animaux que cela inclus, des connards de cochons (qui sont 3 comme le conte), Bitzer, le chien fidèle et qui fait tout pour que ça roule bien, et surtout, le troupeau de mouton, dont Shaun est une sorte de leader quand il s'agit de faire des bêtises. Alors que le studio britannique est essentiellement connu pour Wallace & Gromit et sa stop motion en pâte à modeler, ici, on conserve le principe d'image par image, mais exit le Playskool, l'élaboration étant ultra lente, les marionnettes sont construites et à l'aide d'un squelette en fil de fer, mises en mouvement. Le procédé reste long, mais le résultat à l'écran est toujours aussi magique que sur les premiers courts métrage de Wallace & Gromit. Écrit et réalisé par le duo Mark Burton - Richard Starzack, il est sorti en 2015 dans les salles obscures, voyons la bande annonce, en sachant que ce film ne possède ni VO, ni VF, aucuns dialogues compréhensibles étant dit durant le film (comme la série), tout juste une localisation des inscriptions, genre "End" devient "Fin".

Vidéo de STUDIOCANAL France.

Après un joli flashback nous montrant le fermier jeune et aimant ses animaux à tel point qu'il prendra une photo de groupe, cet amour va vite se dissiper dans le quotidien ennuyeux. Shaun, un jeune mouton intrépide s'embête et élabore un plan pour avoir un "Day off" (traduit par Repos en français), seulement ce plan ne va pas se dérouler comme prévu et embarquera Bitzer et le troupeau dans une aventure dans la Grande Ville.

Si, évidemment, au point de vu du scénario nous ne sommes pas en face d'un film de Nolan, il n'empêche que sur ce pitch simpliste, on découvre des scènes diverses, mêlant à la perfection humour et émotion, et tout ceci, je rappelle, sans dialogues compréhensibles. Si je connais un petit peu la série, ce sont surtout les œuvres précédentes de Aardman qui me parlent plus, Wallace & Gromit en tête, Chicken Run et Les pirates ! Bons à rien, mauvais en tout aussi. D'ailleurs on retrouve le duo ayant fait connaître les studios aux yeux du monde dans le rapport entre le fermier et Bitzer. L'humain n'est pas très doué, se retrouvant malgré lui en danger et se faisant sauver par son fidèle chien, voilà pour Wallace et Gromit, pour Shaun, c'est plus Bitzer qui fait tourner la ferme, surtout qu'ici, il y a Shaun, ce mouton particulièrement blagueur, qui n'arrête pas de faire des co..eries pour s'amuser. Ses congénères eux par contre, sont de vrais mouton, ils suivent quoi. Ah, les moutons, déjà en personnages secondaires de Rasé de près, court métrage sortie 20 ans avant, et ses moutons sauvés par Wallace, avec une cascade à moto, enfin bon, de toutes les façon il vous faut voir tout ce qui concerne Wallace & Gromit tellement c'est génial. Revenons à nos... notre film pardon, j'allais faire une mauvaise blague, il y a aussi ces enflures de cochons, qui portent bien leur nom tant il cochonne la maison du fermier une fois que celui ci a disparu.

Car en voulant prendre un jour de congé, devant la lassitude de son quotidien morose, Shaun va expédier le fermier vers la grande ville, et pire, celui ci va perdre la mémoire. Bitzer n'hésitera pas, il s'élance à la poursuite de la caravane folle alors que le troupeau ne sait que faire après s'être fait enguirlandé par le chien. Seulement, alors qu'ils avaient prévus de faire la fête en mangeant des pizzas et en regardant la télé, les porcs ont pris possession du lieu. Pire, il n'y a plus personne pour les nourrir, et Shaun a beau se démener, conduire le tracteur est trop dangereux (il libère le taureau en enclenchant la marche arrière). Tant pis, Shaun doit se rendre en ville pour ramener le chef à la ferme. Pour cela rien de plus simple, il suffit de prendre le bus. Seulement une fois arrivé en ville, l'homme de la fourrière, Trumper, frustré de ne pas être assez bon pour intégrer le SAS, la Delta Force mais version britannique, Trumper donc, prend son job un peu trop à cœur, malmenant tout animal n'ayant rien à faire dans les rues de sa ville. Ce sera le méchant de l'histoire. Shaun essaie de ne pas se faire repérer, et là, ce sont ses collègues moutons qui débarquent en ville avec le bus suivant, le jeu de cache cache avec Trumper peut débuter. Toujours sur fond comique, ils en viendront à se déguiser en humain pour échapper à la fourrière.

Et là, là, alors que les recherches sont vaines, on va nous offrir une scène absolument hilarante, le restaurant huppé. Avec une sorte de star déjà attablée, et des moutons qui ont faim et mangeraient bien un gâteau. Bon, il y a les gags marrant mais sans plus, comme la chaise par exemple, mais là débute une sorte de "bien se comporter à table" pas évident pour des moutons. Shaun essaie de prendre exemple sur le comportement de la star, aussitôt imité par le troupeau. Quand le star fait tomber sa fourchette, les moutons jettent tout à terre, mais le truc absolument hilarant, c'est quand l'humain ne peut pas retenir un rototo, Shaun a beau faire non non non, c'est un concert de rots de mouton auquel on assiste. C'est con je sais, mais voir Shaun faire non non, sentir que les autres moutons vont le faire, puis les entendre, oh purée, moi ça m'a fait rire.

Bon je ne vais pas non plus tout raconter, mais il me paraissait important de vous raconter cette scène qui pour moi est marquante. L'animation est parfaite, et les émotions passent parfaitement à travers elle. Je regrette un peu le thème de Shaun surexploité, de différente manière, mais il a beau être excellent, à la fin du film il devient presque énervant. Pourtant le passage dans les bas fonds de la grande ville, quand le troupeau le "chante", et bien la scène et très belle, très émouvante. Ce qui surprend le plus, c'est que devant cette simplicité apparente, on tombe sur un film parlant de pas mal de trucs, je pense à la conditions animales évidemment, mais aussi indirectement à la pauvreté, ou la critique hilarante de la mode, avec la gérante du salon de coiffure qui encaisse plein de billet de 50£ et ne donne que 5£ à l'artiste. Ah, moins dénonciateur, mais tout aussi génial, ce passage façon L'agence tous risques, aaaaaaaah punaise, quand on connait la série originale et même si ce n'est peut être pas un hommage volontaire, pas on imagine trop Mr T en train de souder ou Dwight Schultz pilotant un engin de façon dingue (oui, je suis con, je m'emballe vite je sais). Passons, on peut aussi y voir un côté "fable", en effet, même si finalement ça permet au troupeau, à Blitz et au fermier de vivre une aventure, et que (spoil) tout se finit bien, on en peut s'empêcher d'y voir un côté "contentes toi de ce que tu as déjà", ah, j'arrive pas bien à l'exprimer, mais Shaun qui s'ennuie vraiment au début du film, constate vite qu'il met ses amis dans la mouise, et que même si le fermier lui aussi est dans un train train qui ne lui fait plus offrir assez d'amour à ses animaux, il continue pourtant de s'occuper d'eux. Bon, on peut aussi y voir (en regardant bien) un "si tu veux que les choses changent, bouge toi le fion", car à la fin le fermier prête plus attention à ses animaux, allant jusqu'à refaire la photo du début. Woooooh, j'oubliais le plus important aussi, avec la très touchante chienne de gouttière Slip, oui, bon, Slip c'est rigolo en français, je sais, mais cette chienne mal aimée car ayant un sourire moche, aidera grandement Shaun et le troupeau, elle s'effacera sur la fin, mais aura aussi droit à son moment de bonheur, enfin vous verrez.

Vous verrez car oui, c'est un film magnifique, à voir, revoir et rerevoir, il y a un bon mélange entre humour et émotion, et même un petit peu d'action, la fin peut effrayer les très très jeunes, avec Trumper et sa rage effrayante, mais le reste ravira grands et petits. La technique employée reste impressionnante et donne un charme supplémentaire au film, le tout est parfaitement lisible et, en fait, le vrai point faible du scénario est qu'il ressemble a ce qu'a déjà fait le studio Aardman, on trouve pas mal de clin d'œil à leurs productions précédentes, et l'histoire, bien que riche en émotion, est un peu trop enfantine, même si l'on peut y voir d'autre chose, comme la critique de la mode, le côté pauvreté aussi et la condition animale, on passe tout de même 85 excellentes minutes, pour un film à voir et même à posséder j'estime, j'ai adoré.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article