Usual suspects

Publié le par Twinsunnien

Usual suspects en DVD.

Usual suspects en DVD.

Ah, le plus difficile quand on parle de ce film culte qu'est Usual Suspects, c'est de ne pas révéler le truc de ouf qui se passe à la fin, de ne pas dire que bidule est, enfin bon, de part sa narration faite de retour en arrière, on découvre l'histoire de façon chronologique, l'inverse de Memento quoi, dans lequel on remontait le temps pour avoir une révélation tout aussi troueuse de culcul. Allez, plouf, je me jette à l'eau. Deux mots résument parfaitement ce film, deux mots qui marqueront l'esprit du téléspectateur à tout jamais (sauf si vous l'avez vu au ciné en 1995, là ce sont les spectateurs qui furent marqués), ces mots sont : Keyser Söze, Keyser Söze. Le grand méchant énigmatique de ce film. La façon dont ce nom est prononcé de façon effrayée par le rescapé d'une attaque de bateau ultra violente, marque c'est indéniable. Tout comme la révélation finale (non, je ne cause pas de Tomb Raider V là....) d'ailleurs. Ce film est réalisé par Bryan « machine à coudre » Singer, futur réalisateur de X-Men. Il a un budget riquiqui, comme mon kiki, et pourtant la façon de raconter ce récit, la maîtrise de la réalisation (étonnante pour un jeune réalisateur), les acteurs absolument immense, et donc un scénario qui troue le fion, oui, ce film a bien sa place dans cette semaine spéciale film culte (enfin vous savez que c'est purement subjectif ^^). Mais bande annonce avant tout.

Bande annonce VO, vidéo de thecultbox ..

Tout commence alors que la police arrête pour interroger sur un prétexte fallacieux, 5 criminels recherchés. Forcément, réunir dans la même cellule 5 hommes formant l'élite du banditisme, bah ils fomentent un coup, et voilà comment va naître cette bande de braqueurs qui aime bien mettre un petit bonus, genre quand ils dépouillent un homme escorté par la police, ils aiment bien mettre le feu à la bagnole quoi. Je spoil, mais cette rencontre dans la cellule de détention de ces 5 hommes n'est pas si infortuite que cela. Infortuite n'existant pas, hasardeuse donc.

Mais observons la narration, car en fait, lors de l'attaque particulièrement meurtrière du cargo, seuls 2 survivants subsistent, un mec brûlé dans le coma, ne causant pas anglish, et Verbal, un handicapé pas très futé mais faisant parti du groupe des 5 braqueurs. Ce dernier, interprété par Kevin Spacey, se retrouve interrogé par des agents, et c'est ainsi que l'on remonte le temps, Verbal racontant tout, surtout comment il a connu Keyser Söze, sans jamais le voir. C'est ce dernier qui a réuni les 5 malfaiteurs lors du premier entretien à la police, afin que, sans le savoir, ils servent ses intérêts. Söze est un génie du mal, qui délégue tout, du coup personne ne sait qui c'est.

Très vite les soupçons se portent sur Keaton, le cerveau de la bande, sorte de gentil cambrioleur, il ne supporte pas l'idée qu'il y ai effusion de sang. Très malin, un des 2 agents fédéraux a une dent contre lui et veut s'assurer que Keaton est mort. Verbal fût témoin de tout caché derrière des palettes, du coup il a mal vu et ne peut certifier que Keaton est bien mort.

Pour la petite amie de Keaton, je me suis fait avoir, j'ai cru que c'était Jodie Foster, mais en fait c'est l'actrice Suzy Amis qui prête ses traits à ce personnage. Pourquoi je dis ça là ? Parce que je vien de m'en souvenir. Pareil, regardez bien l'interrogatoire de Verbal, surtout si vous connaissez la fin, vous verrez que, voilà quoi, pas de spoil mais voilà quoi ^^.

Car, si en plus d'être un film haletant à la réalisation faite de flashback réussie, Usual Suspects se permet 2 rebondissements finaux qui rendent ce film indélébile de l'esprit du (télé)spectateur, car si pour Sixième sens de Shyamalan, on ne pige pas bien l'intérêt du film avant le dernier quart d'heure, on se rapproche d'un Memento, dont le final enfonce le clou dans les fions, oui, ça troue, et alors ? On se passionne pour cette enquête, avec un cast brillant, les péripéties (putain j'ai employé le mot péripétie, j'ai dix ans ou bien?) s'enchaînent, avec des braquages plus violent et spectaculaires, de plus le charisme des personnages est impressionnant, et bien sûr il y a des faux semblants, mais le coup de la tasse qui tombe, avec la découverte, juste avant que le portrait robot arrive enfin par fax (technologie du XXème siècle), cette marche, enfin bon, la fin est juste excellente, et on prend toutes les informations dans la tronche en sortant un « putain c'est pas vrai », ce qui rend ce film, déjà très bon, excellent, à voir au moins une fois, bien qu'une seconde vision puisse s'imposer, à l'instar des 2 films que j'ai déjà mentionné, Memento et Sixième sens.

J'avais découvert ce film lors de sa diffusion à la télévision française (pourquoi je rajoute française?), la structure de l'interrogatoire et les flashbacks, le charisme de ces personnages auxquels on s'attache, même le fou McManus, et surtout, la résolution finale, où l'on apprend sur le tard qui est Keyser Söze et tout s'embrique tels des LEGO, on comprend mieux certaines zones d'ombres. Même plus de 20 ans après, ce film n'a pas vieilli, ce qui est impressionnant, et son petit budget ne se ressent pas non plus, une prouesse donc. Il me fait penser un peu à Fight Club, ou même au cinéma de gangster de Guy Ritchie, tout en ayant ce groupe de gangster digne de Tarantino, tout cela en sachant que ceux que je cite sortaient leurs films dans cette période aussi, milieu année 90 quoi. Bref, un film à voir et revoir.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article