HELLO WORLD Documentary film - SCANDAL

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Il m'est plutôt drôle de constater comment mes opinions peuvent changer pour ce groupe, en effet, juste avant leur concert de Paris en 2015, j'avais des doutes quand au fait de continuer à les suivre, sachant que j'estimais Hello World assez plat, bon, ça reste un bon album, mais à des milliards d'années lumière de leur début ou encore du superbe Queens are trumps. Seulement le concert, d'une forte puissance, m'avait redonner foi en ce groupe. Là, il en va de même entre Yellow qui sera chroniqué le mois prochain mais que j'ai écrit avant de faire cet article sur le documentaire sortie dans les salles obscures nippones. En effet, l'album jaune est encore un cran en dessous de Hello world, et j'en suis venu à me demander si SCANDAL restait mon groupe japonais préféré, ou si il ne valait pas mieux aller chercher sur des artistes moins honteux comme World Order ou Asian Kung-Fu Generation, voir carrément partir dans le fait d'assumer mon amour inconditionnel pour KIKKAWA You, pourtant idol de son état, et ceci au risque de passer pour un sale pervers. Et là, je décide de regarder ce documentaire, en me disant que de toute façon je n'y pigerai rien (je n'ai pas la version européenne de JPU Records, mais bien la version japonaise, donc dans le cul les sous titres!) et là, malgré mon ignorance plutôt avancée du japonais, ça fonctionne. Mais avant tout petite vidéo.

Vidéo de SCANDAL YouTube Official Channel.

Est ce grâce au début, se déroulant en France lors de leur venue pour le fameux concert du 25 avril 2015? Peut-être. Surtout qu'entendre causer français est étonnant, et aide grandement à rentrer dans le sujet. Ce début qui fera évidemment plaisir à tous les français fans du groupe, donne une idée du déroulé de ce documentaire. On va suivre Harun, Mami, Tomomi et Rina pendant leur tournée mondiale, partant de Paris pour s'achever à Hong-Kong, avec des scènes off, des scènes de tourisme, des rencontres avec leur public et quelques scènes de concert. On peut ainsi constater d'une part, que le groupe a un gros accueil à chaque fois (quoique Londres est vite expédié, et l'ambiance me paraissait plus flegmatique), et que les différentes nations ne réagissent pas pareilles, ainsi en France gros foutoir, mais ambiance chaleureuse tout de même, un peu plus calme à Londres, l'Allemagne je ne sais plus, Chicago et sa salle à l'américaine, écran géant, chauffeur de salle, putain, spectaculaire quand même, mais j'estime que les champions furent incontestablement les mexicains, avec cette ambiance digne des meilleurs stades de football (donc on oublie la Ligue 1 ^^). La Californie fût plus décevante je trouve, déjà la Californie c'est vaste, de plus on était en droit d'attendre des images les montrant en train de faire le clip de Stamp!, mais nope, rien de ça.

Mais revenons au début, on y voit très bien l'organisateur, b7klan pour l'Europe, et ce qui rend le truc intéressant c'est qu'il est français, du coup on pige ce qu'il dit. On le voit encourager le groupe, on le voit aussi faire passer les français pour des abrutis, le concert n'étant que "presque complet" pour Paris la veille, alors que Londres lui est sold out. Le plsu intéressant est de les voir déambuler dans les rue de la capitale française, puis anglaise, on fait un peu de tourisme en même temps qu'elles et c'est bien cool. On assiste à quelques répét' et ça aussi c'est cool, on pourra même constater que leurs chambres parisiennes furent ridicules à côté des USA.

On verra même des réactions de fans, beaucoup de réactions de fans français, ce qui est surprenant, car les britannique n'auront droit qu'à un monsieur assez âgé, qui commettra l'impair de comparer le groupe à Green Day. Car si je dois reconnaître sous la torture que le groupe s'inspire effectivement du groupe de Billie Joe, elles sont loin de dénoncer des guerres ou de parler de masturbation que je sache. Si tel est le cas, je dois vite apprendre le japonais pour comprendre tout ça et mieux approfondir la question. Cette comparaison est d'autant plus rageante qu'elles virent vers le pop en oubliant parfois leur côté rock. Enfin, ceci est mon avis et je conçois que sur certains titres, on puisse se faire avoir. Il est aussi intéressant de voir l'orga de la tournée européenne dire que le groupe pourrait facilement conquérir le monde, notamment dans des pays plus surprenant tels ceux du Maghreb.

Ensuite nous verrons leur façon de se déplacer, et là c'est la rigolade, SCANDAL, un groupe de japonaises propres sur elles, a pris (ou ont pris) l'Eurostar, donc elles sont passées par gare du Nord. 'Tain bonjour la dernière image de Paris quoi. Petite boutade mise à part, la partie européenne est passionnante, il y a un parfait équilibre entre répét'/tourisme/fans/concert, et on ne s'ennuie pas une seconde à vrai dire.

La partie asiatique est moins prenante je trouve, pas que je sois raciste, mais on la sent vite expédiée, même Hong-Kong qui marque la fin de la tournée mondiale déçoit. Non, pour revoir et ressentir un truc ouf, il faudra attendre la superbe partie sur le Mexique, avec la partie tourisme sympa, l'anniversaire de Mami, et un drame semble-t-il, auquel je ne m'attarderai pas car n'ayant rien pigé. La partie de Mexico est juste excellente et riches en émotions, surtout qu'elle arrive après le passage à Chicago qui est abusé par sa salle, par les fans qu'elles y rencontre, de ce que j'ai compris la passante interrogée dira être fan de musique japonaise mais ignorait le concert de SCANDAL la veille "maybe next year", oki, on sent l'hypocrisie américaine presque, ou pas, qui suis je pour déclarer ceci, mais cette rencontre ne sent pas la sincérité je trouve.

Enfin bon, après la Californie dont la seule chose intéressante est l'interview d'un dirigeant de la tournée américaine/californienne ou gérant de salle de concert je sais pas, il m'a fait penser au chevelu du manga Beck, d'ailleurs toute la tournée m'a trop fait pensé à Beck en fait, avec de petites salles (sauf Chicago) à travers le monde et des gens enthousiastes disant qu'elles ont tout pour conquérir la planète (comme Minus et Cortex). En plus mesdames et mesdemoiselles, l'interprète mexicain est super stylé j'ai trouvé, enfin je dis ça....

Comparaison suprême avec Beck, de retour de cette tournée à Tokyo, on les voit entamer une nouvelle compo, se transformant rapidement en Chiisana Honoo, thème final de ce documentaire, on aura même droit à un petit clip en bonus avec des images du doc. Comme je l'ai dit dans Yellow, cette balade est sublime et me rappelle l'OST de Beck. Une très belle conclusion.

Donc, ce documentaire est-il sympa? Oui, d'autant que l'on y voit notre beau pays de merde, et que ça cause un peu français dedans. Ceci dit, et j'émets un regret là dessus, on ne voit pas du tout The Shapers, tout juste on aperçoit furtivement leurs T-Shirt lorsque le caméraman filme l'avant concert du Bataclan. Sinon ça reste à réserver aux fans, surtout si vous ne prenez que la version japonaise. Les autres pourront le voir par curiosité, histoire de voir ce que peuvent penser des japonais de l'Europe, pour 19€ hors frais de port, et si l'anglais ne vous fait pas peur, c'est toujours intéressant je trouve, bon, pas de bol, j'ai la version jap' du coup je pige pas tout, mais hormis la partie finale du concert de Mexico que je n'ai pas comprise, le reste est facile à piger. Si Hello world et Yellow m'avaient fait douter du groupe, ce documentaire les fait remonter dans mon estime, une sorte yoyo que le groupe fait depuis Standard en fait pour moi. J'aime bien, mais je ne peux m'empêcher de penser que ça pourrait être encore mieux, et c'est frustrant (à quand un titre plus puissant que Doll?).

@+

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article