Journey

Publié le par Twinsunnien

La boiboite.

La boiboite.

Je me souviens à la sortie de ce jeu, le nombre de commentaire dithyrambique à son sujet, comme quoi c'était trop du ballon, trop génial, une expérience à vivre, l'émotion au sommet. Forcément, en me prenant une PS3, j'ai voulu testé la chose. Mais de façon un peu coconne, bah je l'ai acheté et laissé de côté, je suis toujours en retard (comme ce connard de lapin blanc), et c'est donc en juillet dernier que j'ai enfin pris le temps, une petite soirée, pour accomplir ce périple que j'espère à la hauteur de ce que j'avais entendu en 2012. Le jeu existe aussi sur PS4, et est développé par thatgamecompany, studio aimant faire des petits jeux (Flower, aussi dispo dans cette compilation de jeux) empreints d'onirisme, aux dialogues inexistant. On regarde le trailer avant de partir à l'aventure.

Vidéo de PlayscopeTrailers.

Déjà, le premier mot qui arrive en bouche (rien de cochon), c'est "magnifique", ensuite c'est "sobre". En fait, avec un minimum d'explication (le bouton X permet de faire des super sauts en fonction de la longueur de son écharpe, le O sert à activer les mécanismes), et sans aucun dialogues, on arrive à nous raconter une histoire triste, une guerre ayant éclatée... euh bon, oui, ne fait, pour une des rare fois, je vais tâcher de ne pas spoiler. Donc, en plus de ce tour de force, le jeu est juste incroyable graphiquement. Le sable et la réverbération du soleil sur celui ci, l'architecture du faible nombre de bâtiments, le drapé de votre costume, mouvant au gré du vent, les effets de poussière, de lumière aaaaaaaaargh, en gros, c'est magnifique. L'impression de jouer une longue cinématique n'est pas loin.

De plus, on a vu que le gameplay était simple, le tout répond au doigt et à l'œil, ce qui ne fait qu'immerger un peu plus un joueur qui s'apprête à vivre un voyage initiatique riche en émotions. Au début, vous êtes perdu, une étendue désertique s'offre à vous. Des ruines au dessus d'un dune attirent votre attention, si votre personnage bouge aisément sur le plat, franchir la montagne sableuse est plus délicat. En haut de celle ci, l'horizon se dégage, une montagne fendue en son sommet semble omniprésente et on dirait bien qu'il s'agisse là de votre objectif. Mais avant toute chose, il vous faut aller sauver des êtres de ruban, sorte de Raie Manta moins large, qui vous aideront dans ce désert. Vous l'ignorez, mais vous entamez là un voyage exceptionnel, ultra court mais à vivre.

Étendue désertique marquant le début de votre voyage.
Étendue désertique marquant le début de votre voyage.
Étendue désertique marquant le début de votre voyage.
Étendue désertique marquant le début de votre voyage.
Étendue désertique marquant le début de votre voyage.
Étendue désertique marquant le début de votre voyage.

Étendue désertique marquant le début de votre voyage.

On constate que votre personnage peut avoir une écharpe permettant de faire des sauts dignes de Super Mario, voir plus. On peut augmenter la taille de cette écharpe en fouinant dans le décor immense, et en prenant un bonus lumineux. Votre pouvoir magique s'estompe et peut être rechargé avec les rubans qui flottent de ci de là. WOooooh, mais attendez, la descente de la dune se fait en "surfant", augmentant la vitesse et offrant une sensation de flotter magnifique et jouissive.

Sur votre chemin des tableaux seront à activer, mais aussi des sorte de pierres. Ces endroits vous raconteront une histoire à travers des images simples, assez complexe à piger au début, tout s'éclaircit sur la fin, le dernier tableau indique votre périple, mais bon, c'est à vous de vivre cette expérience.

En plus d'être bouche bée devant la beauté de cet univers, dont la sobriété fait penser à un Mirror's Edge ou Monument Valley, mais avec nettement plus de détails. Je ne me remet pas des traces de pas dans le sable, ni même de la traînée que l'on laisse en surfant sur le sable, et encore moins du soleil faisant briller les brins de sables par milliers. Ouch. En plus d'offrir une expérience laissant monter l'émotion, jusqu'au final qui vous arrachera une larme, et qui nous offrira une réflexion philosophique, le jeu étant une métaphore de la vie, du moins c'est mon interprétation, surtout si l'on croit à certaines particularités de l'Hindouisme. Comme si tout ceci ne suffisait pas, par moment, un autre personnage identique au votre, vous accompagnera dans votre périple, il s'agit là d'autres joueurs, on ignore leur identité (elle n'est révélée qu'à la fin du jeu), et vos compagnons de voyage (au nombre de un à chaque fois, mais pouvant changer en cours de route) peuvent vous guider, vous aider, surtout dans l'ascension horrible de votre objectif. Aucun moyen de communiquer, sauf à travers la touche O, c'est simple, il est impossible de parler franchement, juste des petits coups de O, plus ou moins appuyé. Perso, j'ai croisé 5 joueurs, le premier à l'écharpe grande, m'ayant presque dégoûté de ce mode de jeu, on sent la personne voulant te guider, mais accomplissant toutes les énigmes, c'est triste, mais ça m'a bien énervé, surtout quand tu découvres le jeu. Par la suite j'ai eu la chance de tomber sur des personnes me laissant faire, me laissant découvrir ce monde. Mon dernier compagnon de voyage m'a carrément bien aidé, je crois que sans lui, je n'aurai pu gravir cette montagne. Ce monde multijoueur, déguisé, décuple l'émotion, et là c'est juste Ico qui revient en tête, on s'assiste mutuellement, le tout sans aucunes paroles, aucun moyen de dialoguer, et voilà un autre tour de force.

En vérité, le seul défaut du jeu est aussi une de ses forces, il est court, j'ai mis 1h40 pour le faire, mais il faut le faire d'un bloc, et surtout, il y a une replay value incroyable, on a envie d'y retourner, d'aller explorer un peu mieux cet univers. Bref, une expérience courte, pas forcément intense, mais à la portée émotionnelle incroyable.

Un monde épuré et pourtant magnifique.Un monde épuré et pourtant magnifique.
Un monde épuré et pourtant magnifique.Un monde épuré et pourtant magnifique.

Un monde épuré et pourtant magnifique.

Magnifique, émouvant, Journey est une expérience à part dans ce monde de boum boum pan pan (pas cul cul ^^), une sorte de parenthèse au score (musique) absolument exceptionnel, l'idée du multijoueur déguisé, si il m'a fait râler sur mon premier compagnon, est une idée incroyable, les énigmes sont simples, on ne bute jamais, il y a aussi des passages stressants, et l'ultime ascension vous coupera le souffle. La compilation est disponible pour moins de 20€ en boîte, ce qui est un peu cher, même si l'expérience est exceptionnelle, la vitesse à laquelle on finit ce jeu déçoit un peu quand on prend du recul (sur le coup, on est tellement ému qu'on s'en fout de la durée du jeu), et ce même si le replay value existe bien, je dirai pour une dizaine d'€ la compilation vaut le coup, après si vous mettez 20€ vous ne serez pas déçu pour autant, à vous de voir si vous êtes prêt pour ce voyage. Ce n'est pas un grand jeu, c'est juste une expérience impérative pour tous les joueurs, tous les fans de jeux vidéo, ni plus, ni moins. J'ai adoré.

@+

Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.
Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.

Fresque explicative de l'histoire et évolution à travers ce monde.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article