Les yeux du dragon - Stephen King

Publié le par Twinsunnien

Le bouquin.

Le bouquin.

J'ignore pour quelle raison, un manque d'actu, le succès de Game of Thrones, ou une autre chose qui me dépasse, mais en 2015 - 2016, fut édité à nouveau un roman de Stephen King, le roi de l'horreur, le mec qui est capable de sortir un truc fou, extraordinairement horrible, avec des personnages normaux, le tout en débutant mollo, ainsi Cujo nous contait la folie meurtrière d'un brave Saint Bernard atteint par la rage, ou Shining parlait de la folie que peut exercer un lieu étouffant malgré sa taille gigantesque, à partir du moment où tu es coupé du monde et un peu sensible de la bouteille. En y mettant un brin de fantastique, King parle souvent de situation horrible, mais là, en 1984, il a écrit un roman étonnant, partant sur une sorte de Héroic fantasy, qui en fait va puiser chez Tolkien, mais dans un lieu quasi unique, le château de Delain. Je me suis pris ce livre, malgré une quatrième de couverture minable et peu inspirante, "Il était une fois un roi qui vivait dans le royaume de Delain avec ses deux enfants. Dans ce royaume, tout le monde parlait de Peter, le futur roi, le fils aîné de Roland (tout court, pas Magdane hein?). Mais un homme se demandait comment s'assurer que Thomas, le cadet, soit couronné à la place de son frère. Cet homme, c'était Flagg, le magicien du roi..." avec en plus cette phrase débile "Un roman exaltant par le maître du frisson". Franchement, ça parle pas des masses et pourtant ça résume bien le début du livre.

Fait rare, je vais un peu parler de la couverture, magnifique, avec des écailles en relief, et des trous à la place des yeux. Le livre est super agréable à prendre en main, bon, on va pas se tripoter la nouille pour autant, mais l'objet est beau, et c'est déjà bien. Mais le plus important reste le récit. Avec une présentation aussi pourrie, difficile de savoir de quoi il en retourne, et j'ai découvert un Stephen King insoupçonné, point d'horreur, très peu de fantastique, et une histoire narrée par un conteur qui joue un peu avec le lecteur, comment briser le quatrième mur tranquillement en gros. Souvent il expliquera ne pas juger, ou estimer important d'ajouter telle ou telle précision, histoire que le lecteur ne soit pas trop méchant avec tel ou tel personnage.

Donc on va suivre une période du royaume de Delain, avec le roi Roland, qui a eu du mal à offrir une descendance à son royaume, on verra des détails assez bizarrement contés, genre son petit truc pendouillant, mais rien de porno ou de violent pour autant hein. Car oui, nous sommes en présence d'un livre pour ado en fait, une histoire se déroulant dans un univers médiéval, avec une petite partie fantastique par la présence de Flagg le magicien, qui est le méchant de l'histoire comme nous l'explique le narrateur, et qui ne pense qu'à instaurer le chaos. La situation actuelle ne lui plait pas, il n'arrive pas à manipuler correctement le roi Roland, et décide de le tuer en faisant accuser Peter, l'aîné, afin de placer le jeune et plus facilement influençable Thomas sur le trône. On va suivre le début de l'histoire, avec la naissance des héritier, leur évolution, on comprend plus facilement leur caractère, pourquoi Peter et si bon, il a en effet eu la chance d'être éduqué par une mère aimante, chance que n'aura pas Thomas, vu que la reine périra en le mettant au monde, bon, pas à cause de Thomas, mais grâce à un petit coup de pouce de Flagg qui voyait dans la reine trop de bonté.

Résultat Thomas aura toujours un sentiment d'infériorité par rapport à son frère, de plus il tiendra plus de Roland, le roi moche et alcoolique, tandis que Peter aura la beauté et l'intelligence de feu sa mère. Ici, point de million de personnages à connaître, les principaux tenant dans 2 poignées, Dennis le majordome, Ben l'ami fidèle, Naomi qui interviendra sur le tard, Roland au tout début, Peyna, le juge, les frères Peter et Thomas donc et surtout Flagg, sorte de Gargamel encore plus méchant. Bon, oki, l'exemple n'est pas bon, mais je ne sais pas pourquoi, je pense au sorcier chasseur de Schtroumpfs en voyant Flagg. Celui ci est plus dangereux que le maître d'Azraël ceci dit. L'auteur arrive à rendre chaque personnage attachant, et j'ai vite retenu leur nom, fait rare quand même.

Je ne vais pas tout vous raconter, mais en gros, il y a une première partie avec Roland, comment il a rencontré sa femme, la naissance des héritiers, comment Flagg a débuté son plan de chaos, puis la mort de Roland, moment charnière du livre, voyant Peter emprisonné et Thomas couronné alors que celui ci n'en voulait pas (il a 7 piges je crois quand il est couronné), mais devant le fait que les gens commencent enfin à le voir et donc sa nouvelle popularité, il va renoncer à .... renoncer. C'est con ce que je dis, mais je ne vois pas d'autres mots. Dès lors Thomas, malgré son jeune âge va sombrer, il est au courant d'un secret lourd, et Peter va élaborer un plan sur le très long terme pour s'évader.

Ceci est un très bref résumé, et dit comme ça, bah rien de foufou en fait, surtout en sachant qu'il n'y a ni sexe, ni combat épique, si horreur pure. Et pourtant, le faible nombre de personnages, le découpage dynamique à travers des chapitres n'excédant que rarement les 4 pages, le fait de procéder habilement entre fast forward et flashback, sans jamais perdre son lecteur, et bien oui, ce livre est juste brillamment écrit. On ne reconnaît pas le style de King pourtant, mais il dilue à la perfection des informations tenant en haleine le lecteur, résultat on lit, on lit, on lit, et le récit captive, sans pourtant nous offrir des artifices sanglant, sexuel ou d'action. Une perf je vous dit. L'affrontement de Roland face au dragon du titre sera vite expédié, et ce même titre a pourtant une vraie importance dans le livre, à vous de voir quoi.

En fait ce qui surprend le plus dans ce livre, c'est le fait que, je pense, Martin et King ont les mêmes inspirations, Tolkien ou pas je ne sais pas, mais en le lisant, on retrouve, vite fait, du Game of thrones, genre le connard de service, le roi jeune qui est un mauvais souverain, le dragon (vite fait), le fait que le cœur pur doive se battre, non, je réfléchis, mais en fait c'est surtout le côté château médiéval qui fait que je rapproche les deux œuvres, ce qui est complétement con, et pourtant j'ai cette sensation étrange.

Ne vous attendez pas à voir des créatures issues des l'héroic fantasy, hormis Flagg le magicien et le dragon, rien de plus, pas de nains ou d'elfes, pire, il y très peu d'action, et finalement l'histoire est assez simple, mais pourtant, ce découpage, cette façon de raconter en interpellant le lecteur de temps en temps, le dynamisme des chapitres et les personnages reconnaissables et attachants, bah oui, on tient un livre très agréable à lire, une histoire simple mais captivante, par contre, point d'horreur ici, juste une histoire assez classique d'une famille royale devant lutter contre un magicien aimant semer le chaos. Parfois c'est un peu fort en chocolat (la corde!!!), mais pourtant on continue de lire, le dénouement nous un peu plus d'action, et le plus important c'est que on comprend les personnages, Thomas en tête que l'on pourrait détester mais qui pourtant reste attachant car on sait pourquoi il agit ainsi, bref, à lire, je n'ai pas surkiffé, mais j'ai aimé lire ce livre, surtout en fan de Stephen King, on découvre une facette étonnante de l'auteur (même si le cycle La tour sombre est un peu Héroic fantasy, mais beaucoup plus violent). À lire donc.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article