Gamera : Le monstre de l'espace

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

9 années, après avoir sorti un film par an depuis 1965, la saga Gamera a pris une pause de neuf années, non pas l'affrontement face à Zigra était mauvais, comme nous l'avons vu hier, mais il n'était pour autant pas top, tout juste moyen. J'ai oublié de donner le nom du réalisateur à chaque fois, mais hormis le film mettant en scène Barugon en 1966, réalisé par Tanaka Shigeo, tous furent réalisés par Yuasa Noriaki, difficile à croire tant la série évolue en dents de scie depuis ses débuts. Donc, 1980, sous son réalisateur historique, sort Gamerak, Uchu Kaijû Gamera ou Gamera, le monstre de l'espace, choose your title. Et là, j'annonce que nous arrivons enfin au bout du tunnel des films bof, pas mal ou franchement merdique, dès demain nous entamerons le magnifique gâteau de la trilogie Gamera Millénium, sortie dans les années 90 et qui est exceptionnelle, Gamera : The Brave qui conclura cette quinzaine spé tortue géante étant à part. Et pour finir cette partie bof donc (seuls Gamera, Gamera vs Barugon et Gamera vs Jiger sont bons voir très bons pour le premier film), on termine par une belle bouse. Oui, c'est annoncé, barres de rire assurées, mais pas que, vu qu'un procédé magique fait son retour, les stocks shots, ou reprise d'anciens passages de tous les films précédents (oui, même le tout Gamera en noir & blanc, avec une astuce dont je parlerai). Devant une telle mise en bouche, petite vidéo et on revient.

Vidéo de Роман Мацнев.

Le film va durer 1h30, même un peu plus, sachez que bien la moitié est inédite, le reste est du déjà-vu. Mais avant toutes choses, apprenons à connaître les nouveaux personnages et surtout les nouveaux méchants. Aaaaaaah, non, premier truc choquant, sans l'être car ça commençait à gonfler, la chanson habituelle n'est plus présente. Ouf, on ne cassera pas les nouilles avec un thème répété plusieurs fois dans le film....oh but wait a second, c'est un nouveau thème encore plus naze que le précédent qui arrive et qui sera joué jusqu'à plus soif, si Sois fort Gamera vous gonflait, la nouvelle chanson est pire, et encore plus présente, aïe, j'ai encore mal aux oreilles. Oki, je suis pas gentil voir méchant pas beau sur le coup, étant moi-même incapable de faire des compo, encore moins d'écrire des paroles en japonais et quand bien même il faudrait le faire en français, je serai aussi une grosse quiche. J'ai la critique facile, en plus je n'étais pas né (oui, la bonne blague à faire est « comme le poisson », ouh là quel humour), bon, donc spas bien, mais j'aime pas cette chanson, stout, pas aussi énervante que du Zaz, nous n'en sommes pourtant pas loin. Thème qui sera usé à outrance, ou utilisé pour faire plus français, mais c'était pour dire à quel point la chanson use les nerfs (biologiques hein, pas les trucs avec des flèches en mousses qui font pas mal).

Mais voyons les personnages. Oh, tiens, l'arrivée des méchants aliens me fait penser à un petit film, 1980, genre quelques années avant est sorti une guerre des étoiles, Star Wars : Un nouvel espoir se voit copié de façon violente, même dans le design du croiseur interstellaire. Merde, ça sent la suite facile voulant surfer sur un gros succès pour pas cher. Et là, comme un Sentai, on découvre 3 jeunes femmes, qui en fait sont des habitantes de la planète PAIX j'ai paumé le nombre, et qui peuvent se transformer en … Superman ou Wonder Woman, s'envolant dans les cieux tel le futur mari de Lois Lane. Genre je crois que Superman est sorti dans cette zone là, fin année 70 début 80, mais passons. Les voir se transformer avec une choré agrémentée de bruitages risibles, ça fait penser soit aux Sentais, soit aux séries type X-Or, j'ai plus le nom japonais pardon, on pense aussi à San Ku Kaï, qui était déjà un pompage du premier film de George Lucas. AAAAAAAAAAh le Tokusatsu, merci wikipédia, là. Série à effets spéciaux. Euh, sauf que là les effets spéciaux n'ont rien de neufs, mais nous verrons ça après avoir vu ce que donne le scénario.

Donc, nos trois aliens perçoivent une aura maléfique, des méchants vont arriver en ville, du moins au Japon, et donc réunion. Mais bon, il ne faut pas se transformer à outrance sinon les pas gentils ils vont savoir que nous sommes sur cette planète et ils vont vouloir nous tuer.... tain, c'est compliqué. Encore plus quand on découvre Kenichi, fan de Gamera, et qui aime les tortues. De comme par hasard la chef des gentilles aliens va lui en donner une, que le petit garçon va devoir relâcher sur les conseils de sa maman (en fait sa daronne elle ne voulait pas de ce truc dans sa maison, mais pudeur japonaise oblige c'est dit gentiment). Et là, bim, on se rappelle du tout premier Gamera quand le jeune garçon est obligé de relâcher sa tortue derrière le phare et que Gamera arrive juste après, donnant l'illusion qu'en fait Gamera était le petite tortue. Si dans le film original on sait que c'est faux, il subsiste un léger doute pour ce huitième film, quoique Gamera existait déjà, les magazine de Kenichi nous le prouvant. Bref, un clin d'œil sympa. Petite pensée pour la pauvre tortue qui a du subir la nouvelle chanson chantée par Kenichi.

Et donc, les aliens, du moins Zanon, le chef, envoie sur Terre une sous fifre pour faire le sale taf. Oui, ça ressemble furieusement à du Sentai, grave même. Et là, elle va se mettre en quête de retrouver les aliens de la planète PAIX. Et là, c'est l'arrivée des stocks shots, on voit, en première baston, les dégâts de Gyaos et son affrontement contre Gamera. Un peu comme si le film que nous voyons se déroulait en parallèle des films précédents, mais en fait non, ce n'est pas ce procédé qui est utilisé, non, c'est juste on reprend les scènes de destruction et de combat, ça ne nous coûte pas un rond, et en plus nous n'avons que 40-50 minutes de film à créer. Donc on voit nos personnages qui s'enthousiasment des victoires de Gamera contre des monstres que nous, téléspectateurs nous avons déjà vu, sauf que là c'est dans le désordre. Le procédé est qu'en fait Zanon envoie ces monstres pour détruire la Terre et Gamera sur conseil de sa sous fifre qui possède un million de dernière chance, c'est simple, à chaque victoire de Gamera elle suppliera Zanon d'avoir un chance supplémentaire qu'elle obtiendra. On croirait une parodie de Sentai. Donc, que je me souvienne, Gyaos est le premier monstre (alors qu'il vient après Barugon dans la saga), ensuite arrive Zigra, avec une alternative, je n'en ai pas parlé dans la chronique d'hier, mais à un moment, Gamera fait mumuse avec un caillou sur le dos du monstre marin, et ça fait de la musique, dans le film 7, c'est le thème bien connu Sois fort Gamera, et ici, c'est sensé être le nouveau thème, que je n'ai pas reconnu.

Ces combats se déroulent alors que la méchante alien fait tout pour démasquer les aliens de Paix, et donc elle se sert de Kenichi « dis tu veux des bonb.. euh voir Gamera se battre ? », finalement, une fois Zigra abattu (Kenichi n'oubliera pas de dire à Gamera d'utiliser son lance flamme), les gentilles sauvent Kenichi et l'autre courge demande une nouvelle énième dernière chance. Jiger, le monstre de l'île de Pâques (film 6) arrive juste après, bon, classique, Gamera gagne, dernière chance tout ça, il faut découvrir où sont les aliens de paix toussa. Merde, j'ai oublié, juste après Zigra, il y avait l'affrontement avec Viras, avec Gamera faisant du surf sur le monstre poulpe.

Là, la tortue ça lui brise les nouilles, du coup elle va buter Guiron, sur la planète des Zanon, on ne sait pas pourquoi, c'est purement gratuit, ça rallonge le film pour pas cher (scènes issues de Gamera vs Guiron) et au final la tortue revient sur Terre pour affronter Barugon (du film 2 et premier monstre qu'elle affronte) et en fait, il sa passe tellement de chose que j'ai oublié, avant de partir casser la gueule à Guiron, et ceci explique pourquoi elle est vénère, Zanon pose un contrôleur de volonté sur Gamera, du coup, là on nous ressort toutes les scènes dans lesquelles la tortue casse tout, mention spéciale pour la géniale ouverture du film 3 ou 4, je sais plus, la destruction du barrage.

Ah, entre temps, la méchante a trouvé les gentilles, elle a anéanti leur vaisseau croyant qu'elles étaient dedans mais en fait non, elles étaient cachées façon Minipouss dans une boîte à bento, et sont sauvés par Kenichi. Pour fin on a droit a un combat plutôt sympa entre la méchante et la chef des gentilles (pardon pour employer trop souvent ces termes, mais j'ai plus leurs noms), la méchante perd, la gentille refuse de la tuer, car venant de la planète PAIX elles n'utilisent pas d'arme, la méchante sera finalement recueillie et soignée par la maman de Kenichi, et elle se sacrifiera pour sauver les habitants de la Terre et aussi pour clore la recherche des aliens de PAIX. Ceci n'est pas l'unique sacrifice, vu que, et là ça va SPOILER, Gamera en fera tout autant en allant dans l'espace pour détruire le vaisseau de Zanon, en fonçant comme une folle sur le croiseur interstellaire. Là, c'est pas mal réalisé, on ressent une belle empathie pour la tortue géante, sauf que ce qui vient pour terminer le film est pitoyable. Forcément triste, les aliens de PAIX se transforment et emmènent Kenichi faire un tour dans le ciel, comme Superman, Gamera est morte mais tout le monde à le sourire. Bé bravo quoi.

Vous l'aurez compris, nous avons ici une purge incroyable, grosse qualité du film, qui peut aussi être un défaut, les scènes piquées aux films précédents, sont impressionnantes, mais déjà-vu. L'ajout ridicule des ET de PAIX, de la méchante aux multiples dernières chances, le côté décousu du film, variant les stocks shots et la recherche des gentilles par la méchante, ça rend le film mauvais. Oh, j'ai oublié de vous donner l'astuce employée pour reprendre des scènes du tout premier film qui était en noir & blanc, facile, vous mettez les personnages devant un télé de mauvaise qualité, vous filmez la télé avec son cadre toussa, et bim, le tour est joué, vous reprenez des images du premier film ni vu ni connu même si celui ci était en noir & blanc, pas besoin de les colorer. On peut dire que la saga touche le fond avec ce film, et elle mettra 15 ans pour s'en remettre, mais la suite, la suite, préparez vos slips de rechange car c'est tout bonnement immense, Kaneko Shûsuke nous offrira une trilogie de folie, sérieuse et somptueuse. Ah, j'ai aussi oublié de parler du petit clin d'œil à la saga concurrente, Godzilla, avec cette affiche de Todzilla (selon le traducteur) qui est renversée, le plan est assez long et insistant pour que j'en cause. Donc vivement demain pour enfin parler d'un truc sérieux et efficace, enfin le retour de la destruction, et surtout l'absence de stock shot, d'enfant américain (absent d'ailleurs de ce huitième film), bref, les 3 prochains films à venir sont immenses, le tout dernier que nous verrons vendredi n'étant pas mauvais, mais il est différent. Pour ce film, bah c'est juste le plus mauvais de la saga, même si l'on a pas vu les précédents.

@+

Oups, dernier point, certains plans sont animés et pompés voir carrément pris tel quel à Galaxy Express 999 et un sous Albator.

Le coffret.

Le coffret.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article