Rush Hour

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Sorti en 1998 et réalisé par Bret Ratner, Rush Hour est le premier film de Jackie que j'ai vu au cinéma. De plus, pour moi, il marque son entrée à Hollywood, du moins il marque le début d'une carrière étasunienne je dirai, dès lors il va tourner pas mal de film ricain. Donc voyons voir de quoi parle ce film. On débute l'histoire par une descente à Hong Kong, menée par Lee, c'est une réussite, car ceci permet de récupérer des œuvres de Chine a un certain Juntao, le grand méchant de l'histoire. Ce qui tombe plutôt bien vu qu'entre la cession de la ville à la Chine (Hong Kong appartenait à l'empire britannique avant 1997), et le départ du consul Han pour le pays de l'oncle Sam font que ça laisse une note positive quoi. Purée mais que j'explique mal. Donc on découvre l'agent Lee (Jackie Chan), mais aussi Soo Yung, la fille du futur consul de Chine aux États Unis, ceci nous permet de rapidement nous attacher à la partie chinoise des personnages. Et donc on arrive aux USA, où Soo Yung se fait enlever. D'ailleurs une fois de plus la scène est anodine au début, on y voit la fillette chanter du Mariah Carey avec les gardes du corps qui l'emmènent à l'école, juste avant qu'elle ne se fasse enlever de façon un peu violente quand même. Dès lors le FBI mène l'enquête mais le consul insiste pour que Lee fasse parti de l'enquête. On le sait, le FBI ce sont que des connards et ils demanderont a un agent de la police de L.A. de se charger du baby sitting. Petite vidéo avant que l'on continue.

Vidéo de nextmaneaser.

Pendant ce temps on découvre l'agent Carter, aux méthodes explosives, qui en plus possède une grande gueule et refuse tout coéquipier. Il fait ainsi exploser du C4 en pleine rue, et là aussi la présentation de ce personnage est drôle et bien conçue, malgré son côté énervant à cause du fait qu'il parle trop, on s'attache vite au personnage. Par un concours de circonstance c'est lui qui devra s'occuper de maintenir Lee loin de l'enquête. Au début tout content de bosser pour le FBI, il verra très vite que le code G14 n'est que poudre aux yeux et que sa mission n'est que de promener Lee loin du FBI. Forcément Carter va quand même mener son enquête, assisté plus ou moins volontairement par Lee. Une amitié qui mettra du temps à se dessiner, mais qui permettra de sauver Soo Yung et de découvrir la véritable identité de Juntao (c'est ce dernier qui a commandité l'enlèvement de la fille du consul).

Comme vous le voyez, je résume toujours aussi mal, mais le scénario est moins con qu'il n'y paraît. On assiste ainsi a un buddy movie, en voyant comment Carter et Lee se rencontre, au début le chinois décide de ne rien dire devant le fait que l'américain ne fait que parler. D'ailleurs Carter fera preuve de racisme quand il emmènera Lee à China town "voilà, c'est comme chez toi", tout en menant l'enquête en parallèle, vexé de s'être fait berner par le FBI. Il va ainsi apprendre que quelqu'un réuni pas mal d'arme, et obtiendra même le nom de Juntao. Bon, on passe les scènes de comédie, quand Carter découvre que Lee sait parler anglais, le coup de l'autoradio dans la voiture, non pas que ces scènes soient mauvaises, au contraire elles détendent l'atmosphère du film qui pourrait être violente, ici nous avons à faire à une comédie policière, avec une dose d'action. Si Jackie Chan n'assure pas un immense spectacle, les chorégraphies des combats sont assez millimétrées et dynamiques pour impressionner malgré tout.

De plus il y a des explosions, des gunfights, une sorte de tension qui monte progressivement, je pense surtout à la scène finale durant laquelle les personnes souffrant de vertige vont trembler. De plus même si les ficelles du scénario ne sont pas hyper bien cachées, on nous assure un minimum de suspense et de surprise pour maintenir notre attention jusqu'au bout. Bon, on ne nous évite pas le classique coup de l'engueulade entre nos héros, mais ça passe bien puis c'est vite rattrapé.

En fait je n'arrive pas à trouver de gros défauts à ce film, peut-être suis je trop fan (pourtant je considère le 3 comme une bouse), mais je le trouve bien dosé en vérité. Les plus pointilleux pourront dire que les cascades sont loin d'être spectaculaires, mais bizarrement elles sont efficaces, on peut aussi reprocher à Chris Tucker d'en faire des tonnes, mais justement, on sent qu'il s'amuse et au final il amuse le (télé)spectateur je trouve, surtout que le côté timoré de Lee est compensé par le côté trop expressif de son équipier, car oui, ils deviendront équipiers, avec une alchimie prenant bien, comme lors du combat dans le restaurant chinois, où nos deux compères font preuve d'une efficacité ensemble assez bluffante. De plus l'humour, frôlant parfois avec le racisme j'avoue, est bien dosé, comme quand Lee n'arrive pas à présenter la carte de police de Carter juste avant le combat dans le restaurant chinois, et que dire juste avant, quand Carter lui prête son badge et sa carte de flic, avec une photo improbable et Lee disant "je ne mesure pas 1m83", le genre de décalage qui fait forcément rire. De plus on arrive à s'attacher aux personnages, chacun trouvant un antagoniste (le blond pour Carter, Juntao pour Lee), mais surtout conservant leurs propres personnalités qui s'avèrent complémentaires. Que dire aussi de Julia Hsu jouant Soo Yung et qui est admirable, quand la situation est tendue (elle a quand même un gilet blindé de C4) et qu'elle entre dans le jeu de Carter qui semble dépassé a un moment avant qu'il ne reprenne le dessus, enfin bon, ce genre de petite scène, de petite chose qui font que l'on s'attache aux personnages. Oui, il y a le côté bizarre du gilet qui est désamorcé, ou qui n'explose pas après une lourde chute (même dans l'eau), mais bon, ce n'est qu'un film aussi, il ne faut pas chercher le réalisme à tout prix.

Si dans sa jeunesse Jackie Chan nous offrait des combats dangereux et fous, dans sa version US, il est plus calme, en même temps il a plus de 40 ans quand il débarque chez l'oncle Sam, donc on peut le comprendre, mais il n'a rien perdu de son dynamisme et de sa souplesse, bluffant sur certaines scènes. Le bêtisier habituel en fin de film est un régal et nous montre que certaines cascades ne sont pas si faciles. Des personnages attachants, un scénario qui finalement captive malgré sa simplicité, une réalisation pas mauvaise, on obtient donc un très bon film. Parfaitement dosé entre humour, sensation, action et un zeste d'émotion. Je ne peux que vous le conseiller chaudement, il est largement supérieur à Shangai Kid, ma mémoire n'était donc pas erronée. J'adore ce film, qui reste un divertissement à prendre comme un buddy movie, ne cherchez pas la petite bête car vous serez sûr de la trouver, amusez vous juste en le regardant et vous verrez que ce film est bon. Ses suites le son moins, même si comme nous le verrons bientôt, le 2 n'est pas trop mauvais, par contre j'ai un mauvais souvenir du 3, mais bon, le mois spécial Jackie Chan n'est pas encore fini, sachez que sur les 7 films que je viens de chroniquer, je considère Rush Hour comme étant le meilleur, juste devant Le marin des mers de Chine. À voir donc.

@+

PS : Au passage on n'oubliera pas de souhaiter un bon anniversaire à Jackie Chan, 63 ans aujourd'hui même.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Aurelie 27/04/2017 13:28

J’aime beaucoup ta critique sur Rush Hour. Elle est très complète. Pour ma part, ce long-métrage est une merveille. J’ai apprécié les scènes de fusillade et les répliques sont hilarantes.