The Walking Dead Saison 4

Publié le par Twinsunnien

Box DVD.

Box DVD.

Et oui, encore du Walking dead, cette fois ci on voit l'œuvre avec des vrais gens qui parlent, hein? Des acteurs, vi voilà. Pfiou, là j'ai la flemme de faire un topo, mais dedans il y a des acteurs, des actrices, ça reprend plus ou moins l'œuvre originale, dans sa partie fil rouge je dirais. Les morts reviennent d'entre les morts, putain elle est conne ma phrase, pardon. Reprenant au niveau show télé le concept de Zombis, oui, zombis, ou zombies comme vous voulez, et je cause bien du vrai zombi, ou zombie, pas de l'infecté qui galope comme si il avait la chiasse, non pas que les infectés soient mauvais, 28 jours plus tard ayant plus ou moins créé ce nouveau mort vivant avec brio, mais les gens qui disent zombis en causant de morts qui courent, bah je vous fais caca dans la bouche tas de mécréants.... mais là n'est pas le débat, comme je n'avais aucune inspiration pour mon introduction, je suis parti un poil en vrille, mais après la vidéo, on revient pour causer sérieusement de cette saison 4 qui compte 16 épisodes en tout, d'environ 41-42 minutes.

Vidéo de Flying Headphones (Hugo Bussiere).

Donc toujours dans la prison, et sans la pression du Gouverneur, la vie reprend son cour, court ou cours, la vie reprend tout court, là, on voit un Rick en fermier, ou du moins en maraîcher, ah si il élève des cochons. Semblant s'être mis à l'écart pour mieux s'occuper de Carl son fils, il refuse de porter à nouveau son arme. Du coup Daryl et Michonne mènent des expéditions pour trouver des vivres. Bon Michonne traque plutôt le Gouverneur pour lui péter les dents, mais ceci est une autre histoire.

Le découpage de l'histoire est pas trop mauvais, même si à partir de la seconde partie de la saison, le rythme baisse méchamment. Il faut dire qu'on prend pas mal d'action dans la gueule sur les premiers épisodes, les 4 inaugurant cette saison sont centrés sur l'apparition d'un virus, une grippe méchante et fulgurante, décimant les membres de la nouvelle communauté. Du coup c'est la panique et on cherche des médicaments urgemment. D'ailleurs un truc bizarre semble se produire, en effet, un membre de la communauté a très certainement tué 2 personnes infectés par le virus (mais pas encore trépassées), dont la meuf de Tyreese.

Cette partie est surprenante, avec donc une truc méchant que l'on ne voit pas cette fois ci, le microbe, et la difficulté de lutter contre. De souvenir, je n'ai pas mémoire d'avoir vu ça dans le comic book, pourtant, en revenant en des temps ancestraux, il est logique de voir apparaître des maladies, sans eaux courantes, bref, logique quoi, surtout quand on sait que la mort entraîne un retour méchant quoi. L'occasion de constater que là, Greg Nicoreto est juste exceptionnel, des effet de gerbe de sang, des morts vivant plus vrais que nature (expression de merde), le tout est dégoûtant, sans être trop gore non plus. Mais on va voir du zombi mourir enfin re-mourir si j'ose dire. C'est ça qui avait impressionné d'ailleurs au début de la série, de voir un telle qualité sur les zombis, ça impressionne encore aujourd'hui je trouve.

Donc on continue et pardon du spoil, mais on retrouve le Gouverneur, comment il a survécu, le groupe rencontré, et sa volonté de se venger tout en ayant conservé son côté taré. Il va arriver à prendre le contrôle de se groupe, il se tapera une meuf au passage (tranquillou avec la sœur et la fille de celle ci dans l'auto.....), et alors qu'on le croyait soigné, on s'aperçoit qu'il veut toujours anéantir le groupe de Rick, on verra donc la prison attaquée avec un... tank.... oui je spoil, mais je suis en retard dans la série, donc je pense que vous avez déjà vu tout ça. Tout ça pour finalement faire exploser le groupe, le faire fuir de la prison alors qu'une vie quasi normale semblait prendre forme.

Et là est la déception de la série, genre ils veulent tuer des persos qui ne meurent pas dans le comics, ils veulent prendre leur temps, limite avec la question de l'épidémie, ils font un gros doigt d'honneur à l'œuvre originale en semblant dire "vous n'y aviez pas penser" (j'espère vraiment ne pas sortir une trop grosse connerie là), pour finalement, reprendre l'idée du comics, le groupe se sépare, Rick et Carl se retrouvent seuls, ils seront rejoint plus tard par Michonne, en gros, le lecteur de la BD retrouve ses bases et là je me suis dit "tout ça pour ça....", pire, des personnages charismatiques dans le comics sont balancer là, parce que "quand même ils sont classes, ce serait dommage de pas les mettre dans la série", en effet, Abe, Rosita (graouh) et Eugene arrivent comme un poil de bite dans la soupe, sans qu'on pige pourquoi, et pire, ils sont anti charismatiques et inutiles à souhait, bon, pas complétement inutiles, mais quand on voit les plombes que les scénaristes mettent à nous montrer comment tente de survivre les perso, on nous balance ce trio sans vraiment nous expliquer correctement d'où ils viennent et qui ils sont, limite on s'en bat les nouilles de ces persos alors qu'une fois de plus, dans le comics, ils sont intéressants.

Bon, après cette première partie, on va naviguer entre les petits groupes qui semblent tous d'accord sur un point, ce truc nommé Terminus, est un objectif commun.Là aussi on passera sur le fait que Tara et Glenn se font sauver par le trio de chèvres, euh, non, par Abe, Rosita et Eugene, ils font 3 heures de route vers Washington, oki, et finalement ils retombent sur la même voie ferrée que graouh, pardon que Maggie. Là j'ai perdu un peu pied.

Bon, soyons franc, sur les histoires des groupes, certaines sont plus sympas que d'autres, ainsi, dès le début de la saison, j'ai constaté l'incroyable façon de jouer de Brighton Sharbino, pour une enfant, avoir un tel rôle et surtout le jouer avec une telle justesse, bluffante. D'ailleurs c'est un de mes persos préférés de cette saison, avec cette folie cachée, elle va être à l'origine du fait que l'épisode 14 est le plus choquant, le plus marquant de cette saison, ah, elle joue le rôle de Lizzie, de toute façon vous ne verrez qu'elle c'est simple. Avec cette force de caractère mais aussi cette compassion qu'elle a pour les rôdeurs, un paradoxe effrayant et faisant de ce personnage l'un des plus fascinants que j'ai pu voir dans une série. Surtout qu'elle est dans le groupe de Tyreese qui est presque penaud, qui semble dépassé, et euh, non, je ne dirai rien de plus, ce serait du violent spoil. Il y aussi ce passage mou du gland, mais pourtant terriblement fort en émotion, avec Daryl et Beth, captivant aussi, la prude Beth face au rude Daryl, un duo improbable, et pourtant d'une puissance émotionnelle hallucinante, enfin bon vous verrez, un passage mou mais pourtant impeccable et mémorable.

Enfin, à force de naviguer entre les groupes, sans jamais être perdu (bravo pour la réalisation pour le coupe), on finit par s'attacher enfin à tous ces persos, même Bob, l'ancien alcoolique, et sa volonté de ne pas splitter le groupe, on comprend pourquoi dans un épisode. Bref, malgré un équilibre bizarre (énormément d'action au début, plus calme sur la fin), on accroche, même si j'avoue que les premiers épisodes étaient un poil trop action je trouve, surtout pour en arriver à retrouver la trame du comics avant de s'en éloigner avec brio. Une série qui reste excellente, évidemment, les relations entre les persos est plus que jamais le centre principal de ce show, on pense à Carol et Tyreese, enfin vous verrez pourquoi. En gros, j'ai pas aimé le début, que l'on devine bidon (finalement les persos principaux s'en sortent tous) à cause de l'épidémie, puis le retour du Gouverneur offrant un film d'action, genre y'a plus de munitions mais sa mitraille à tout va quand même, mais après on se rattrape, avec un rythme méchamment mou par contre, une introduction débile du trio qui veut aller à Washington, mais possédant ces moments de folies, avec Lizzie notamment, un personnage qui m'aura définitivement marqué. La fin, en fait on voit venir le truc à un millions d'années lumière, donc pas de surprise de folie, mais bon, malgré tout on se dit vivement la saison 5. J'ai aimé cette saison 4, grâce à une seconde partie mieux maîtrisée cherchant moins le grand spectacle et se recentrant enfin sur les personnages. À voir, par contre à déconseiller aux âmes sensibles, il y a de beaux effets pas ultra gore mais pouvant impressionner.

@+

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article