Breaking Bad Saison Finale (en vérité la fin de la Saison 5)

Publié le par Twinsunnien

La box DVD.

La box DVD.

En un peu plus de cinq ans et 62 épisodes, cette série a su être passionnante, monter lentement mais surement dans la gravité de son propos, on peut même voir que plus le danger est fort, plus Walter White devient dangereux, ceux qui ne nous tue pas nous rend plus fort qu'ils disaient. Et alors que c'est de façon honteuse que cette saison 5 fût scindée en 2 fois 8 épisodes, Sony Pictures Home Entertainment en profite pour nous vendre deux fois plus cher une saison de 16 épisodes. Après, il faut reconnaître que comme un con j'ai plongé, et que la série le mérite. De plus, les deux parties de cette ultime saison, furent diffusées avec 1 an d'écart, avec le cliffangher que l'on connait, bon, j'avertis, je risque de spoiler, pas ces derniers épisodes, mais les épisodes précédents. Il serait dommage que vous vous fassiez révéler des points importants si vous n'avez pas encore vu la série, mais c'est vous qui voyez, en attendant petit récap' du début de la saison avec le trailer de ses huit premiers épisodes.

Encore le trailer de la saison 5 je sais, vidéo de bigdampolarbear.

Cette fin de série pourrait se nommer "révélations", car oui, Hank va tout découvrir, et s'évertuer à faire tomber son beau frère donc, ce qui le rendra malade au début. Malheureusement il ne peut pas demander de l'aide à ses collègues, il lui faut des preuves, problème, Heisenberg est un génie du crime, il se couvre et pense à tout.

Si la série sera diffusée pendant un peu plus de six ans, les faits s'écoulent sur presque 2 ans, on débute la saison 1 sur les 50 ans du personnage principal, encore simple prof de chimie et futur papa d'un deuxième enfant, pour introduire la saison 5 sur ses 52 ans, en sachant que l'on verra comment il en est arrivé à célébrer ses 52 ans dans un restau simple, seul, mal coiffé, pas rasé.

L'épisode 9 (le premier de ce coffret donc), nous montre un Jesse n'assumant plus, sombrant définitivement dans la drogue pour tout oublier, il était un personnage détestable, petite frappe minable rêvant grand au début de la série, et là c'est juste un jeune complétement dégouté par les actes commis pour obtenir cet argent plus que sale. Cet épisode se clôt par un putain d'affrontement, superbement joué et mis en scène façon western, entre Hank et Walter, ce dernier venant tout avouer, cherchant à défier son beau frère on dirait plutôt. La conversation est plus que tendue, c'est impressionnant.

Le reste va donc montrer Hank cherchant à tout faire pour faire tomber ce baron de la drogue, créant des tensions dans la famille, forcément. Merde, c'est difficile de pas spoiler, mais entre temps ceux qui avaient repris la production sont trop mauvais et du coup, on voit arriver l'oncle de Todd, des gens carrément extrêmes (ils ont des croix gammées tatouées quand même), et là on va voir l'importance de ses nouveaux personnages dans une putain de scène de sa mémé qui déchire les slips, truc de fou, la fin de l'épisode 13 est d'une tension horrible, argh, rien que d'y penser j'ai encore des frissons, surtout que l'épisode suivant s'introduit sur un flashback, il y a aura assez peu dans cette seconde partie de saison, avec donc les choses qui en découlent, enfin bon, vous verrez bien.

Les deux derniers épisodes seront un peu plus longs, 52 minutes contre 45 habituellement, et si le pénultième épisode est plutôt calme avec ce qu'il s'y passe, la fin de celui ci laisse présager d'un début d'épisode 16 explosif. Pourtant on fait juste le lien entre le début de la saison 5 avant tout, puis enfin les personnages s'affrontent, argh, c'est compliqué sans spoiler, mais Walt fera preuve d'une sincérité incroyable dans son explication. La fin était attendue, logique, implacable, émouvante forcément, car si Walter semble avoir deux personnalités "laisse moi juste régler ça", à moins qu'il ne parle à Dieu dans cette voiture, je ne sais pas, mais bon, sachez que nous n'avons pas une fin bidon à la Dexter, quoiqu'il existe quelques légères similitudes sur certains points, mais bon, je pense plus à la fin de la série Lost, pareil, difficile de vous expliquer dans révéler le truc, dommage, mais c'est la même position quoi.... enfin bon.

Oui, ces 8 derniers épisodes sont d'une puissance monumentale, il n'y a plus Mike, plus Gus, en bref les personnages les plus charismatiques ont disparu et pourtant, on accroche. La psychologie des personnages, surtout de la famille White, est incroyable, hallucinante. On comprend les intention de Walter, qui en fait s'est transformé en monstre sans s'en rendre compte, que dire, quand il se remémore le jour où Hank lui a proposé d'aller voir un labo de méth histoire de pimenter sa vie, ce qui va changer celle ci, ou alors quand il a menti à sa femme lors de la première fournée et s'est rendu compte que c'était plus facile qu'il ne le pensait, des petits détails qui pourtant construisent un personnage de Walter White pouvant perdre la tête quand le contrôle lui échappe, et alors qu'il a fait ça uniquement pour sa famille, il se rend compte qu'il a surtout fait ça car il aimait ça, il s'est aperçut du monstre qu'il était. Il est assez rare de tomber sur une série capable de nous montrer un personnage aussi complexe, à la fois simple, gentil et doux, et que la peur de mourir en laissant sa famille sans le sous va transformer en monstre, plus la série avance, plus il deviendra monstrueux, et comme le téléspectateur assiste aussi à ce changement lent, il continue à aimer et à comprendre Walt, incroyablement génial de la part de Vince Gilligan, mais aussi de Bryan Cranston, somptueux dans ce rôle. Si on regrette d'avoir finalement peu d'épisodes, il vaut mieux s'arrêter tôt je pense, il faut savoir s'arrêter à temps et c'est ce que fait cette série, parfaite de bout en bout, même si il y a ce côté shônen avec des ennemis toujours plus dangereux, on pardonne cette petite faiblesse. Moment mémorable, épisodes gravés à jamais dans ma tête (j'ai encore la baignoire de la saison 1 dans la tête), personnages exceptionnels (Gus et Mike notamment, sont d'un charisme à tomber), réalisation nickel, un léger humour noir bienvenu, bref, même si le côté "les US ça craint car quand t'as le cancer tu crèves ou tu galères si t'as pas un rond", en gros le côté critique du système médical américain est absent en cette fin de saison, il est assez présent au début, donc ça va. Ceci est juste une série indispensable, à voir, revoir et surtout à posséder en DVD. Peut-être la meilleure série qu'il m'est été donné de voir. J'adore à fond quoi.

@+

PS : Il vous faut absolument voir la fin alternative. Je n'en dirai pas mieux, elle est excellente et surtout surprenante.

Publié dans Série TV - Animé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article