City Hunter édition Deluxe tomes 7 & 8

Publié le par Twinsunnien

Les 2 tomes.

Les 2 tomes.

Le début du tome 7 termine l'histoire précédente, avec un jeune Takuya qui mime Ryo de façon surprenante, même posture, même façon de dormir, tout ça parce que l'étalon de Shinjuku l'emmène dans des bars un peu, euh, comment dire, enfin bref, le jeune homme apprend la vie ainsi si j'ose dire. En fait le long des ces tomes on va constater que Tsukasa Hojo nous propose un mélange habile entre érotisme (très léger, donc on se calme), action, et surtout beaucoup d'humour. Bon, ce dernier tourne énormément au bas de la ceinture. Offrant un côté Seinen à ce manga, qui finalement ne propose pas autant de violence que cela.

Mais bon, retournons à la fin de l'histoire entamée dans le tome 6, avec un Ryo qui va se retrouver nu dans un bar à hôtesses en train de faire une grosse fiesta avec Takuya. Forcément Kaori, la partenaire de Ryo, lui passera un gros savon, avec cette case hilarante dans laquelle on voit Kaori avec une gigantesque tête devant un minuscule Ryo effrayé. Et en fait là est la force de l'auteur, à savoir de nous montrer 2 personnages ultra attachants, amoureux l'un de l'autre mais ne se l'avouant pas, on sent la complicité entre ces 2 là, et si Kaori balance des massues de plusieurs tonnes sur la tête du pervers, c'est parce qu'elle l'aime. Ceci vaut aussi pour Ryo qui n'hésitera pas à se jeter dans la bataille pour secourir sa partenaire. Bon, je dis ça, mais en fait, ici l'histoire d'amour entre nos deux larons n'évoluera point, pas de Kaori prise en otage, ou autre chose faisant avancer cette histoire.

Plus surprenante, la couverture du tome 8 nous montre une Saeko magnifique, enfin je suppose que c'est elle, vu que les clientes de XYZ dans ce tome sont très jeunes (entre 17 et 18 ans), donc, je disais, c'est surprenant de voir Saeko alors qu'elle n'est pas dans le tome. Mais bon, en fait c'est con ce que je dis, vu qu'on s'en moque. Je reviens au début du tome 7, avec un faux Schwarzy, décrit comme tel du moins, en effet Terminator est cité, qui s'avère effrayant, mais dont le twist est assez convenu, une fin de mission heureuse, mais pas non plus exceptionnelle. En même temps le manga date des années 80, oui, ça n'empêcherai pas Tsukasa Hojo de rechercher un minimum les fins, mais ne soyons pas trop regardant là dessus je pense, surtout que la partie de la ruelle est très bien fichue et Ryo transpire la classe, même si c'est Kaori qui s'occupe d'assommer le géant en fait.

J'ai remarqué une chose dans ces 2 tomes, les auras des deux personnages principaux sont très présentes, entre Kaori qui veut tuer Ryo et celui ci qui ne pense qu'à "tirer un coup", ça ajoute au côté drôle et c'est très bien trouvé. Et encore, je ne vous parle pas du gag qui sera employé plusieurs fois par le père d'une jeune femme travaillant dans un fast food, ce dont l'auteur s'amusera. D'ailleurs celui ci annotera plusieurs petites pensées bien drôles, par exemple dans les très gros plans de certains personnage, il explique "C'est Ryo" ou "C'est Kaori", et encore quand il ne joue carrément pas avec le lecteur. Bref, c'est très plaisant et ça ajoute un côté comique agréable au récit.

On constate que le mangaka est à l'origine de Cat's Eyes avec la deuxième histoire du tome 7, qui débute par "Le popotin volant", ça veut tout dire. Une jeune voleuse va demander l'aide de City Hunter pour voler une tulipe noire extrêmement rare auprès d'un magicien particulièrement mauvais. Celui ci est assisté de Sanchos, un petit homme pas très beau qui va tomber amoureux de Kaori. Si Rangu Furitsu (l'homme possédant la tulipe) paraît classe et dangereux, en fait il est plutôt mauvais et n'arrivera pas à empêcher le vol de la tulipe. Ah, dans cette histoire on rigole plus qu'on sera inquiet pour nos personnages. Sympa quand même. Elle se termine dans le tome 7, qui voit ses derniers chapitres consacrés à cette jeune femme de bonne famille qui va travailler dans un fast food de Shinjuku très dangereux, lieux stratégique pour les bandes du coin, les Yakuzas seront vite conquis par le charme de Yuki. Là encore une histoire plus comique qu'autre chose, et si nous pouvions être gêné par le fait que Ryo fasse mokkori dans un train de lycéenne, ici le personnage a 18 ans vraisemblablement, mais reste une lycéenne. Cette idée à la limite de la pédophilie pour ne pas la citer, peut gêner, je me rappelle encore la tentative de viol lors d'un des précédents tomes, le 5 ou 6 je ne sais plus, surtout quand c'est enrobé dans un contenu drôle, ça dérange un petit peu, mais sans plus car Kaori est là pour punir Ryo de ses excès. Cette mission se terminera dans le tome 8, avec une fin que l'on voit venir assez vite en fait, je veux dire, ce qui aurait dû être un twist final ne surprendra pas le lecteur, on devine pour qui est le cadeau.

La dernière histoire de ces 2 tomes se termine aussi pile lors du dernier chapitre du tome 8. On y voit un Ryo conquérant, prêt à passer une mission de bonheur, il est chargé de protéger un casting pour un film qui est menacé par un inconnu. L'idée d'être avec 20 beautés à la plage, en été (SA saison) le met de bonne humeur. Bon, il constate rapidement qu'une des candidates n'est pas très belle. On voit un fois de plus le procédé de Tsukasa pour rendre les belles femmes moches, il leurs met des lunettes et attache leurs cheveux... c'était déjà le cas avec "le popotin volant". Alors que notre héros s'imagine avec les 20 euh 19 du coup, beautés autour de lui en train de l'admirer, il retombe vite sur terre quand Kaori lui annonce que c'est elle qui va protéger les filles et que lui sera "la bonne à tout faire". Le voir faire un énorme petit déj et être déçu par le fait que les filles n'en veulent pas car elles soignent leur ligne, puis finalement constater que Ekko (la jeune fille moins belle mais qui en fait est belle sans lunettes ^^) elle adore, et cette vignette montrant Ryo tout content avec "La joie de la ménagère" s'inscrivant derrière lui, bah tout ceci accentue encore l'effet comique. En fait cette histoire est plus touchante que les autres car Ekko ne cherche pas à rencontrer Hyuga, le mec canon qui donnera la réplique à l'actrice choisie pour le rôle, mais pour rencontrer le réalisateur du film qui serait son père, elle verra en Ryo une figure paternelle d'ailleurs, ce que notre héros prendra mal avec ses "je ne suis pas vieux" surtout qu'il croyait se la péter en se faisant passer pour un couple d'amoureux et que les plagistes sont tous heureux de voir une fille et son papa.

Déjà que du côté de l'émotion l'histoire est excellente, mais en plus Kaori va passer pour un travesti avec sa manière de jurer et de se battre à la fin, c'est très drôle. Petit passage frappadingue durant lequel ça se transforme en combat de catch, la fin est bordélique mais drôle, on se marre de bon cœur.

Bon, je n'ai pas trop spoilé, donc oui, je vous conseille encore et toujours City Hunter, qui malgré ses blagues un peu trop en dessous de la ceinture, le côté limite de faire mokkori devant des jeunes filles, lycéennes de surcroit, puis cette idée que Ryo ne touchera jamais à une fille mineure mais va quand même dans le train pour mater les lycéennes, y'a un côté pas clair la dessous. Je ne parle même pas de la façon "d'enlaidir" ses héroïnes de Tsukasa Hojo, genre on met une paire de lunette et on attache les cheveux et BIM, la fille devient inintéressante, un peu lourd surtout que c'est employé 2 fois dans ces 2 tomes. Bon, hormis ces petits soucis, et un récit un peu trop facile à deviner, le dessin est juste excellent, et si les tomes 7 et 8 se focalisent plus sur des histoires drôles, il n'y a pas vraiment de grands méchants, ça détend bien. Les pages colorées sont juste à tomber, et cette édition de luxe est juste indispensable pour les gens aimant un minimum les mangas. Phrase un peu stupide, mais en gros c'est excellent, à lire et à posséder même, j'adore.

@+

Les tomes 7 et 8.Les tomes 7 et 8.

Les tomes 7 et 8.

Publié dans Livre - BD - Manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article