First Mission

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Tiens donc, voilà un film vendu de façon bizarre par le bandeau du DVD "Dans l'un de ses rôles les plus dramatique, Jackie Chan incarne un inspecteur de police qui doit prendre soin de son frère attardé mental", ledit frère sera interprété par Sammo Hung qui réalisera aussi le film. Le tout en 1985. Oui, l'année de Police Story, Le flic de Hong Kong et Le flic de Hong Kong 2, les 2 derniers films étant eux aussi réalisés par Sammo Hung. Sauf que là on sent le sujet plus sérieux, vous allez voir un court extrait qui donne le ton, tout en sachant qu'il y a quand même un peu d'action, dont une course poursuite auto-moto remarquablement bien filmée, et un combat final intéressant, qui sera la vraie grosse scène de baston du film. On pourrait se dire que pour une première mission (vive les titres français qui ne veulent rien dire!), bah non, on ne peut rien se dire en fait, on ne voit pas en quoi c'est la première mission, ou peut-être pourrions nous le traduire par "principale mission", montrant que l'important, ce qui doit passer avant tout, c'est de s'occuper de sa famille. Marrant, je fais l'introduction et la conclusion en même temps, mais bon, si le titre français laisse envisager une action de folie, il n'en est rien, mais regardons donc cet extrait, en VF, alors que j'ai vu le film en VOSTFr, et qu'en voyant la scène suivante, je me dis que la VF est plutôt bonne.

Vidéo de Cinéma(s) à la demande.

Oui, ce film est plus dramatique que tatane dans la tronche. Nous y suivons un inspecteur de police qui a une vie normale, une belle petite amie qui ne cesse de le taner pour se marier, un boulot dans lequel il est loin d'être mauvais comme le montrera l'introduction du film (j'y reviens), seulement il a la charge d'un frère attardé mental, Dodo de son prénom, qui adore jouer avec les gosses du quartier, et le quotidien est loin d'être évident pour le personnage principal (je ne sais plus son nom), surtout quand son frère va se retrouver mêlé dans une histoire de vol de bijoux.

Mais revenons sur le début du film, opération commando, des mecs en jaune doivent être discrets dans une forêt. Déjà ne t'habille pas en jaune mais bon. Ils sont pourchassés par des militaires. On ignore où sont les gentils, où sont les méchants, Jackie Chan étant dans le groupe jaune. Groupe qui escorte quelqu'un ou pas, je ne sais plus. Et donc ça mitraille, ça fait des pirouettes (cacahuètes), et au final, on retrouve le chef militaire à la moustache rigolote face au personnage qui sera le héros du film. On découvre que c'était un entraînement, que les jaunes étaient les terroristes, et qu'à 5 contre beaucoup, ils ont gagné. L'équipe possède un nom spécial mais on s'en moque. On sait donc que les 5 hommes sont hyper balèzes, et nous les retrouverons par la suite.

Après un commencement laissant présager de la tatane à tout va, le film va basculer dans un drame à la française, comme je me plais à le comparer, car si on nous introduit Dodo, le frère handicapé du héros, de façon gentillette, le film partira à un moment dans un surjeu d'engueulade typique des drames français (je rajouterai à la con ou de merde). Mais là nous voyons le frère en compagnie de ses copains qui ne doivent pas avoir plus de 7-8 ans je dirai, et dès le début, on devine que ce n'est un adulte ayant toutes ses capacités mentales, ce qui ne le rend pas moins attachant. J'ai énormément pensé à Rain Man, le superbe film de Barry Levinson avec Tom Cruise et Dustin Hoffman, j'ai même osé croire que si Hong Kong avait produit ce film c'était pour surfer sur le succès du film américain. Les plus perspicaces d'entre vous auront commencé à m'insulter, à juste titre vu que le film de Sammo Hung est sorti en 1985, alors que Rain Man sortira 3 années plus tard.

Bon, vous vous dites que je suis trop con, que c'était écrit sur le DVD, mais je n'avais pas lu ça (c'est hyper important pour m'éviter de repasser pour une tanche par la suite), donc je fus surpris. Pire, quand on constate que le héros du début est en fait le frère de Dodo, j'en suis tombé de mon canapé, surtout que nous allons apprendre cela au terme d'une scène d'une violence et d'un racisme envers les handicapés que je n'avais jamais vu. On découvre Dodo et ses copains donc (je me répète je sais), et en parallèle on constate que Jackie Chan est un simple policier, inspecteur pardon, et on revient sur son frère, qui, avec ses potes, décident de prendre une glace dans un restaurant. On passera le jeu bizarre et la situation faisant croire aux enfants qu'ils peuvent avoir de quoi manger pour 10$HK (c'est le pourboire en fait), et aussi le fait qu'ils aient un adulte avec eux, même si celui ci se comporte plus comme un enfant. Donc vas y que je commande à tout va, seulement au moment de l'addition, les jeunes ont 16$HK, soit 100$HK de moins que demandé. Dès lors c'est la panique, un enfant va chercher le frère de Dodo, un autre veut rentrer chez lui, etc, résultat il ne reste que Dodo qui panique un peu quand le maître d'hôtel (ou réceptionnaire plutôt) lui demande de régler la note, ce que Dodo ne peut pas faire, du coup il cherche à fuir paniqué, et là, sans avertissements, sans réfléchir, les serveurs et des clients commencent à tabasser Dodo, véridique. genre un voleur tu te mets à 5 contre 1 et tu le tabasses. Scène d'une violence effarante, oui, elle m'a choqué, surtout que du coup notre victime trouve refuge dans la salle réfrigérée du restaurant, risquant ainsi la mort.

Notre héros du début arrive, et il est le seul à chercher une solution (les autres semblant s'en battre les couilles, même les flics déjà sur place), il arrivera à se faufiler via un conduit d'aération pour sauver son frère. Putain, mais les autres étaient là, à attendre, sans rien faire. Nous verrons là le lien attachant les deux frères. Il y aura cette scène dégueulasse avec le professeur à domicile, qui vous donnera envie de le tabasser, insultant son élève dès que son frère est parti, le traitant d'incapable, alors que devant notre héros il était tout gentil avec lui. Heureusement il découvrira les agissements du prof et le virera. Ce qui atténuera un peu sa joie, en effet, il a reçu une lettre lui indiquant qu'il est reçu dans la marine, son rêve depuis tout petit. Mais un problème va survenir, comment être sûr que Dodo n'aura pas d'ennuis? Il va essayer de se marier avec sa copine, avant de se faire dénoncer par ses amis (ceux en jaune du début), en effet notre héros (qui finalement est ptet un connard), voulait se marier pour plus ou moins forcer sa future femme à s'occuper de Dodo pendant qu'il naviguerait. Après il va vouloir le confier à sa logeuse, qui est aussi la mamie d'un des copain de Dodo.

Pendant qu'il organise tout cela, son frère et ses amis mettent la main sur un sac rempli de bijoux (ils l'ignorent pour l'instant), ce qui va avoir des répercussions sur le futur de notre héros. Car en fait c'est un effet domino qui a provoqué ça, une descente chez un mafieux du coin, un homme qui s'enfuit, et qui prend Dodo (armé d'une arme factice) pour un policier, lui faisant lâcher le sac. Ce même homme de main devient prêt à balancer son ancien chef, croyant que la police possède la preuve, il établira un portrait robot et Dodo va se retrouver suivit par la police. Entretemps nous assistons, médusés, à l'engueulade entre le héros et son ami à propos de Dodo, avec un surjeu effrayant, disons que si ce n'est pas pire que dans les films français, l'émotion ne prend jamais en vérité, la faute à des visages trop grimaçants, et un changement d'état (des larmes au rire) effrayant. Bien sûr, on arrive à comprendre que vivre et renoncer à ses rêves car l'on doit s'occuper de son frère qui ne fait aucun effort, c'est compliqué, frustrant, surtout quand celui ci n'y arrive définitivement pas, mais est-ce une raison pour vouloir le rejeter alors qu'on l'a vu (et nous le verrons après), le héros aime son frère par dessus tout? Je repense à cette scène où avec sa copine, il jouera au ballon avec Dodo, lançant celui ci (le ballon pas Dodo!) super loin pour rouler des galoches à sa meuf, limite cherchant à lui faire l'amour même, une fois de plus une scène délicate, mais qui montre bien le fardeau qu'est Dodo pour son frère.

Nous avons vu la partie dramatique, pas mal jouée mais surjouée, on peut comparer cela comme, mal jouée veut dire comme les production AB des années 90, style Le miel et les abeilles ou Hélène et les garçons, surjouée étant plus les scènes dramatiques des films français que je n'aime pas, genre je pense à Jeune & jolie, vu que je ne regarde pas ce genre de films qui me gonflent, donc pitêtre que Jackie Chan ou Sammo Hung auraient eu un César qui sait? Mais maintenant venons en à la partie tatane. C'est assez compliqué et plutôt bien ficelé, le frère d'Edmond (un des amis de Dodo) a trouvé la cachette des bijoux, et n'a pas hésité à pousser celui ci dans le ravin mais aussi à taper son propre frère pour acquérir ce sac. Au moment de la revente, ça se passe mal, le mafieux récupérant son bien. Au passage Dodo, qui s'est rétabli, va se cacher chez Edmond, et de comme par hasard les mafieux viendront récupérer le sac, n'hésitant pas à tuer le frère du garçon. Oui, ça paraît confus, ça c'est parce que mon cerveau fonctionne mal, mais dans le film c'est d'une limpidité exemplaire. Surtout qu'en plus les policiers enquêtent et tout va se recouper. Ah oui, Dodo avait fuit parce que la police voulait l'arrêter (le portrait robot dont je vous ai parlé à un moment), là nous avions droit à une course poursuite auto-moto brillamment mise en scène je trouve, même si il y a un peu trop de sauts mais ça reste spectaculaire.

En fait les mafieux enlèvent Dodo et demande au héros de livrer le traitre (le mec qui a fait le portrait robot et qui compte dénoncer le chef de la mafia) contre son frère. Ce que ce dernier accepte, demandant à ses amis (les mecs en jaune du début) de l'aider. Ici, pas de truc larmoyant genre "je vous serai éternellement reconnaissant" ou truc du genre, non c'est vous venez point, et son plus grand ami (qui est le plus petit de la bande en fait) de suivre ainsi que les autres. Et là c'est à nouveau opération commando, avec mitraillettes discrètes et gunfight, mais ce seront surtout les combats à main nue (tes mains elles font du nudisme) qui sont d'une puissance, on a mal à chaque coup portés, les bleus apparaissent sur les visages, et on tremble pour les héros, un petit quart d'heure impressionnant sans sortir des coups improbables, ici à 2 contre 1 il est délicat de s'en sortir. Point de grimace ou d'humour non plus, nope, c'est du sérieux, et surtout d'une énorme violence, un peu comme dans Le flic de Hong Kong du même réalisateur et de la même année, mais en franchissant encore un palier supplémentaire.

Après ce déluge d'action, on tombe sur une fin un peu chiante, longuette, avec une belle chanson certes, mais elle traîne c'est impressionnant. Bon, là nous en sommes même pas à 1h30 (le film durant 1h28), et on ne peut pas dire que l'on se soit ennuyé, mais la fin traîne un peu trop à mon goût.

Rarement un film m'aura autant divisé, je connaissais New Police Story (on le chroniquera dans ce mois spécial Jackie Chan), plus sombre que ce que le chinois nous présentait d'habitude, mais là nous sommes en fait dans le drame, une bonne heure, voir un peu plus, se déroule sans actions, pire, on y verra des choses choquantes et honteuses, je repense à cette scène où le propriétaire d'un restaurant humilie Dodo sans que celui ci ne s'en rende compte, je ne reviens pas sur la passage à tabac dans le premier restaurant hein, et en fait le film est plaisant dans le sens où il dénonce clairement le racisme contre les handicapés, chose que j'ai peu vu dans les films avec Jackie Chan (en même temps je n'ai pas tout vu). Ici ce n'est pas manichéen non plus, le héros cherchant un second souffle devant le poids du handicap de son frère, il n'est pas parfait et aimerait pouvoir vivre ses rêves. Sammo Hung en simplet est exemplaire, peut-être le meilleur acteur de ce film, même si les enfants y jouant sont aussi excellent. Le problème intervient dans ces scènes où ça gueule, déjà j'aime pas ça, je repense au truc classique des comédies françaises où forcément ça clash a un moment, pour mieux se rabibocher, ça ça me gonfle, le plus bel exemple de ce genre de situation qui me pète les nouilles se trouve dans les BD d'Astérix, où nos deux héros doivent obligatoirement s'engueuler, je trouve ça débile mais bon. Euh, j'en étais où, ah oui, les scènes d'engueulades sont surjouées, pas mal jouées hein, mais surjouées, résultat elles énervent, bon, elles m'énervent (soyons précis), et je n'arrive pas à m'attacher à des personnages ayant besoin de gueuler comme des putois enragés pour extérioriser, ceci dit cela ne m'empêche pas pour autant de ressentir de l'empathie pour ce frère qui s'occupe de sa famille. Divisé je suis je vous ai dit. En plus le peu d'action présente est de qualité, fait vraiment mal. Un film qui m'a surpris, que je ne juge pas de grande qualité malgré un Sammo Hung impeccable, et qui pourtant m'a diverti par son scénario pas mal ficelé, par le fait qu'il dénonce les humiliations faites aux handicapés, je regrette en fait un certain manque de rythme par moment, des scènes d'action qui viennent se poser là pour faire joli dans une bande annonce (pourtant de qualité), et un surjeu de la part de Jackie Chan qui pourra énerver certains (télé)spectateurs. C'est complexe, j'ai aimé sans aimer, en fait j'estime qu'il est à voir une fois, histoire de connaître une partie de la filmographie de Jackie Chan comme de Sammo Hung, assez peu connue, si vous pouvez le louer en VOD ce serait l'idéal, mais pas pour plus de 3€ j'estime. À voir une fois en vous disant que c'est un film singulier, atypique, pas mauvais mais pas bon non plus.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article