Le Hobbit : Un Voyage Inattendu

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay de la version longue.

Le BluRay de la version longue.

Dernière semaine de janvier oblige, nous allons entamer une semaine spéciale cinéma, que je juge de qualité (d'autres diront que non mais bon), et là, pour les 6 films à venir, nous allons nous plonger dans la Terre du Milieu, imaginée par J.R.R. Tolkien il y a déjà pas mal d'année. Alors oui, les 6 films sont tous réalisés par Peter Jackson, et oui, j'aurai dû débuter par Le seigneur des anneaux. J'ai préféré prendre l'ordre chronologique de l'œuvre originale, surtout que ça peut se voir dans ce sens sans être trop perdu, même si, nous le verrons, des ajouts permettant le lien entre les diverses œuvres de Tolkien viennent allonger l'adaptation cinématographique. Ici seront traitées les versions longues seulement, bien que le montage cinéma soit lisible, le monde de la Terre du milieu est tellement blindé de détails, qu'il serait dommage de se priver de voir quelques minutes en plus. Donc ce film se base sur Bilbo le hobbit (Bilbon chez nous) le livre, enfin ce film, la trilogie à venir plutôt, qui nous conte le voyage inattendu de Bilbo, quittant sa vie paisible en Comté, pour aider 13 nains à récupérer leur montagne, dont ils furent chassés il y a 60 ans par Smaug, un immense dragon qui aime l'or. Bande annonce, en sachant que j'ai vu ce film en VOST donc.

Vidéo de Warner Bros. France.

En terme de cast, on découvre Martin Freeman (le Dr Watson de la série britannique Sherlock) en Bilbo, mais aussi tout le cast de la trilogie des années 2000 du Seigneur des anneaux, et là vous constatez que bon, il faut peut-être mieux avoir vu La communauté de l'anneau et ses suites avant la trilogie Bilbo. Disons que certains points raviveront la flamme de ceux ayants connus, comme moi, les films des années 2000, pourtant le récit est parfaitement lisible, et on comprend tout. Par contre ceux ayant lu le livre, et que le livre, bah comment Peter Jackson arrive à adapter les pavés que sont La communauté de l'anneau, Les deux tours et Le retour du roi en 1 film pour chaque livre, et là, pour le livre le plus court, il sort 3 films, qui en plus en versions longues offrent 9 heures, soit la même durée que les versions ciné du Seigneur des anneaux (les versions longues de ces films étant vraiment longues...)? La réponse est simple, en diluant le tout avec des liens recoupant tout ce petit monde. Par moment, et ceci sans en être sûr, je le soupçonne même de piocher dans des nouvelles de Tolkien pour certaines histoires (il n'y a pas que Bilbo et Le seigneur des anneaux se déroulant en Terre du milieu). Résultat on va devoir prendre 3 heures pour introduire ce voyage inattendu.

Car au début, il faut attendre 10 minutes avant d'entendre les premières phrases du livre, 10 minutes durant lesquelles Peter Jackson replace l'histoire au début de son film La communauté de l'anneau (et l'arrivée de Gandalf à Hobbit-bourg). Loin d'être désagréable, ceci perdra tout le même les lecteurs et ce n'est qu'un début, je le dis tout de suite, les lecteurs vont s'ennuyer devant ce (ces) film(s). On y constate des rajouts, comme le magicien brun, le fait qu'un mal s'élève, Gollum, la lutte de la Moria, l'anneau évidemment, on verra même Saroumane en gentil, mais les téléspectateurs connaissant Le seigneur des anneaux ne seront pas dupes. Enfin bon, si les rajouts ne gênent pas, du moins ne me gênent pas, l'étirement du récit, tel un chat qui se dit que bon, il faudrait aller manger ses croquettes et sortir de ce lit douillet (pas David hein attention!), et bien là c'est gênant. Si l'on comprend aisément la volonté de proposer de l'action là où le livre va vite, l'introduction des nains est lente, trop lente, tellement lente que les denriers nains arrivent tous en même temps et que du coup, on ne peut même pas retenir qui est qui (oui Marie Ange), si l'on comprend parfaitement qui est Bilbo, Gandalf et même Thorin, on en viendra vite à dire "le gros", "le vieux", "les jeunes casse-cou", pour décrire les nains aventuriers.

Après une introduction longue, l'aventure débute enfin, et les plans larges des décors somptueux de la Nouvelle-Zélande d'intervenir, montrant la difficulté du voyage, ces plans peuvent saouler, pourtant moi ils ne me gênent pas (j'ai déjà dit ça non?), et en fait, ce qui m'ennuie le plus, c'est ce côté enfantin du film, je m'explique, si les costumes, les maquillages, les armes, enfin, si tout est magnifique, je suis embêté par ce côté "rigolo" de certaines scènes, genre le combat face aux Trolls, où l'on a l'impression d'assister à une lutte des Schtroumpfs contre Gargamel, pire, des gags affligeants interviennent, genre le coup de masses dans les valseuses, ou alors, un peu avant, la morve dans le bouillon, oki, les Trolls sont cons, mais offrir un humour aussi puéril ne fera pas rire la personne qui aime les histoires de fantasy. Et là réside le problème du film, à la fois affreux et effrayant pour les gosses (les monstres sont.... monstrueux) mais avec peu de sang, voir pas du tout, pire, les gags destinés aux gosses de huit ans s'enchaînent par moment, et comment ne pas voir Harry Potter dans la lutte contre les Trolls ou la rencontre avec Gollum/Dobby, bon, oui, J.K. Rowling s'est certainement inspirée de Tolkien pour ses personnages, mais là, c'est tellement léger que franchement ça aurait sa place à Poudlard sans problèmes. De plus les batailles sont nettement moins violentes que LSDA.... oui, là est la gêne, ce n'est pas un LSDA (pour Le seigneur des anneaux, des fois que vous n'ayez pas pigé). Et si je suis d'accord pour dire que le livre est destiné aux enfants, pourquoi chercher à tout prix à faire le lien entre toutes ces œuvres de la Terre du milieu alors, en y perdant le côté sombre? Je sais, là je sors une énorme ânerie, mais en gros ce que vous devez retenir, c'est que si l'aventure est sympa, certaines scènes sont affligeantes de puérilité, destinées aux gosses qui pourtant se chieront dessus en voyant les loups des Orques.... je pense avant tout à cette scène, dans les sous sols Goblins, on y voit nos vaillants nains "surfer" sur une plateforme de bois qui, de comme par magie donne une scène rigolote et spectaculaire, mais qui m'a fait dire "putain pourquoi les planches ne cèdent-elles pas?". Oki, on va me redire que bon, ce n'est qu'un film, et venant d'un abruti kiffant Michael Bay, ça n'a pas de sens ce que je dis. Oui, mais quand je regarde un Michael Bay, je sais que ça va être con, qu'il y aura moult erreurs, et quand je regarde un film de Peter Jackson, ce n'est pas pour voir une scène destinée à faire rire les marmots, désolé là dessus.

Mais bon, je dis ça, parce que je l'ai relevé, je ne parle pas du magicien brun, personnage loufoque, digne de Tim Burton, là aussi cherchant à faire rire les enfants, sans parler du hérisson, très touchant, mignon, mais offrant un truc affligeant à la Narnia, à savoir la résurrection d'un être dont la mort nous avait touché.... aaaaah j'ai l'impression d'être pris pour un con dans ces cas là, genre, vous allez pleuré la mort du hérisson (lion dans Narnia), et on vous fait croire qu'il est décédé, mais noooooon, en fait c'était pour rigoler.... voilà voilà.

Mais en fait, et évidemment si j'y consacre une semaine spé, le film n'a pas que de mauvais côté, déjà l'idée de plonger ou replonger dans cet univers fantastique, fouillé, complexe et absolument magnifique, aaah, quel bonheur, quel plaisir. De plus si le rythme n'est pas très élevé, l'action est bien dispatchée, évitant l'ennui, bon, on baillera à Fondcombe, comme d'habitude, et sans l'ambiance potache installée par les nains (qui contraste violemment avec les balais dans le cul des elfes), on s'y ferait chier. Le final s'énerve un peu plus, et on peut même dire que la thématique du film est l'intégration, Bilbo ne trouvant sa place dans le groupe qu'à la fin en montrant un courage que personne ne lui soupçonnait.

La réalisation reste excellente, tout est lisible, les effets spéciaux sont parfaitement intégrés, et les plans se baladant dans la grotte des Goblins sont exceptionnels. De plus voir une sorte de genèse au Seigneur des anneaux, avec le danger poindre au loin, mais loiiiiiin (l'idée du Nécromancien), et bien en fait j'ai replongé avec bonheur dans cet univers, tout en ayant en tête LSDA.

Que dire, Un voyage inattendu n'est pas LSDA, plus édulcoré, plus enfantin, il conserve pourtant un design horrible pour ses monstres, et si certains gueuleront contre les chansons, pompant Disney, en fait elles existent dans le livre, donc ce n'est qu'un hommage au livre (c'est pour cela que je n'ai pas parlé de ces chansons en défaut). On y trouve moins d'action, mais une fois de plus ceci est la faute au matériau d'origine, le livre étant avare d'action, résultat on tombe sur un personnage touchant malgré tout, on s'identifie facilement au petit Hobbit, et les nains, bien que leurs noms soient vite oubliés, sont eux aussi touchants, bref une belle équipe. Mais si en terme d'adaptation pure du livre, on ne peut que râler (c'est long, c'est chiant et ça rajoute des trucs inutiles.... pour le moment), il fallait ces "plus" pour intégrer correctement cette histoire qui sert de préambule au Seigneur des anneaux, le problème étant que nous avons du coup une œuvre qui ne plaira pas aux lecteurs, et qui ne plaira pas non plus aux fans des films des années 2000 (le rythme est méchamment faible), sauf, sauf, les fans les plus harcore, ceux qui ont su apprécier les versions très longues du Seigneur des anneaux, ceux ci seront ravis, et dire que, de souvenir, La désolation de Smaug est encore plus chiant, ouch, enfin on verra ça demain. Que dire du coup de ce film, c'est beau, bien foutu, mettant en scène des personnages attachants, mais la longueur, provoquée par une intégration dans l'univers de la Terre du milieu, inexistante dans le livre car Tolkien n'avait pas prévu d'en faire une telle saga, bah cette longueur se voit sur l'écran, sans compter, en plus, sur les scènes rallongées pour offrir un peu plus d'action ou de sensation aux téléspectateurs, un téléspectateur qui aura d'ailleurs tout le loisir de scinder en 2 un film un poil long, chose que n'ont pu faire les spectateurs (la version ciné dure quand même 2h49....), et j'avoue que si j'étais aller le voir au ciné, j'aurai trouvé ça mou, pas chiant, mais mou. Un bon film, qui nous permet de retrouver l'univers fantastique de la Terre du milieu, mais malheureusement trop rallongé (2 films auraient suffit je pense), ce qui du coup, offre une expérience mitigée, aller, à voir au moins une fois, juste en version ciné je pense (je ne l'ai pas vue). J'ai bien aimé, mais j'ai baillé a des moments.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article