Mister Cool

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Réalisé par Samo Hung, une vieille connaissance qui fera même une apparition en cycliste vénère dans le film, datant de 1998, Mister Cool, ou Mister Nice Guy en VO, se déroule essentiellement en Australie, à Melbourne, lieu de naissance de la somptueuse Kylie Minogue comme tout le monde le sait, euh, et il est tourné en anglais. Produit par Golden Harvest, et distribué par New Line (déjà présents sur Rush Hour et Contre attaque il me semble), le film nous conte une histoire de mafia, mais bon, je vous raconterai ça après la vidéo. Sachez que ce DVD est l'un des rares que je possède ayant 2 faces. Oui, comme un Vinyle, je ne parle pas de 2 couches (comme votre papi.... putain quel enflure je fais de dire ça, c'est pas drôle), mais 2 faces, il faut retourner le DVD comme une crêpe, et là, magie, on a droit au plus beau bonus de tous les temps. Le documentaire My Story, de 1h15, il sera chroniqué ce soir à 18h00, et je vous révèle le fait que ce documentaire vaut l'achat de ce DVD à lui tout seul, mais qu'en est il du film?

Vidéo de Stevens Ainé.

Donc, un sombre entrepôt, 2 gangs se font face, les mafieux bien sapés, et les jeunes au look punk. On s'aperçoit qu'une équipe de journaliste a filmé l'échange de drogue. Bon en fait le film débute par l'introduction de Jackie, un cuisinier ayant une émission célèbre, on le voit faire des pâtes, comme quoi il a dû suivre le conseil d'Eric & Ramzy dans La tour Montparnasse infernale "ce soir on vous fait....", mais bon, le voilà partant du tournage et de comme par hasard il tombe sur la journaliste qui fuit les mafieux avec la K7 vidéo (nous sommes en 1998 je vous rappelle), et il s'avère que Jackie est balèze en Kung fu, ça doit être logique vu qu'il est chinois, je sais pas, enfin bon, le voilà tatanant du méchant, fuyant avec la journaliste, dans ce style combat rigolo où l'acteur (à qui ce mois d'Avril est consacré sur ASHOU je vous rappelle) fait pas mal de grimace, jouant une sorte de antihéros pas doué mais quand même balèze et s'en sortant.

Et après il se retrouvera pourchassé par les 2 gangs, dont le mafieux italien qui aime que tout soit propre chez lui, ceci pour récupérer la K7. La bande vidéo va d'ailleurs suivre un chemin bizarre pour atterrir dans les mains d'un garçon, fils du flic qui est ami de Jackie. Et euh bon, en fait niveau scénario, c'est le vide. On va suivre les méchants faisant péter l'appartement de Jackie, tout en le pourchassant, de comme par hasard les italiens enlèveront la petit amie de Jackie fraichement débarquée de Chine, donnant lieu à des dialogues assez marrants, son anglais étant mauvais.

Le cuisinier gentil va s'énerver pour de bon, et va suivre les mafieux sur un chantier, donnant lieu à une scène de combat impressionnante, avec jet de palette, voyage en brouette, utilisation des outils de chantier à juste titre, ce qui ne veut rien dire j'avoue. Mais le coup de la planche, ouch, sans parler des portes qui donnent dans le vide. Euh, je crois que c'est là où le mafieux italien enlève Miki en fait.

Avant ça nous avions eu droit à une course poursuite en calèche, avec combat sur cette même calèche. Si ça peut prêter à sourire dit ainsi, c'est en fait excellent et impressionnant. D'ailleurs contrairement aux combats hachés et un peu lents de Rush Hour, ici la réalisation de Samo Hung est dynamique, rendant les combats vifs et plus spectaculaires que les autres films de Jackie Chan sur la fin des années 90. Le final sera moins tatane mais spectaculaire. Comment ne pas frissonner en voyant Jackie essayer d'échapper aux roues d'un immense tombereau. Là ce sera destruction de voiture, grimpette à l'aide de la roue (scène très impressionnante), pour finir dans une destruction de grande dimension à la fin.

Euh, en fait si je n'ai pas grand chose à dire sur ce film, c'est que nous avons là le montage américain de 1h24, dont 5 minutes de bêtisier/making of et 4 minutes de crédits, contre 113 minutes pour la version de Hong Kong. Résultat on s'attache difficilement aux personnages, même si en fait Jackie et Miki reste tout de même plaisant, les autres (de comme par hasard de style caucasien) sont peu intéressant. Le méchant est pas gentil du tout, comme quand il se bat à la déloyal contre Jackie (ce dernier est attaché à des cordes l'handicapant grandement), et on a pas mal de difficulté à comprendre l'utilité des jeunes "pas gentils" en fait, oki, il n'hésitent pas à tout faire péter, mais bon, ils sont vite éliminés quoi. Le grand méchant avec son côté maniaque est plus rigolo qu'inquiétant, et la façon dont il est vaincu est décevante, oui la scène finale impressionne, mais pas de combat à la loyal, dommage. Pourtant le film reste divertissant, et nous pouvons saluer la réalisation de Samo Hung, qui bon, parfois part dans des ralentis peu esthétiques, mais le film est facile à suivre, spectaculaire et fait le job de nous divertir, je vous le conseille, il n'est ni bon, ni mauvais. Surtout, vous le verrez tout à l'heure, le DVD (du moins la version que je possède) offre un bonus indispensable pour tout fan de Jackie Chan. J'ai bien aimé le film Mister Cool en tout cas.

@+

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article