Niki Larson

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Mmmh, donc voilà, le film qui me divise, car deux de mes côtés fans s'affrontent ici, le fan de Jackie Chan (dont je consacre ce mois d'Avril), et celui de l'œuvre originale de Tsukasa Hojo, City Hunter, car sous ce nom de Niki Larson (la faute d'orthographe est paraît il volontaire pour la France!), se cache une adaptation live des aventures de Ryo Saeba et Kaori Makimura, sauf que c'est une version chinoise. Le film sort début 1993 en Chine, et fait parti des production de Hong Kong en fait, genre Golden Harvest, du coup il ne faut pas s'attendre à du lourd et du sérieux, mais plutôt à un film au budget serré, s'inspirant du manga. Voir ce film en VO ou en VF ne vous fera pas ressentir les mêmes choses, la VF le fera passer pour un nanar, je pense à la voix débile du blond hyper balèze, là où la VO, ou du moins ses sous titres, seront un tout petit peu plus sérieux. Mais ce film, au delà du fait que les vrais fans de City Hunter ne peuvent que détester, possède de grand moment, à la fois drôle mais aussi culte, surtout pour la génération Y, je fais allusion à la scène Street Fighter II, qui en 4 minutes chrono, rétame le film ricain avec JCVD qui sortira un an plus tard. Oh, mais vous voulez voir une vidéo avant? Oki.

Vidéo de HongKongActionFilms.

Le principe d'offrir le rôle de Ryo Saeba à Jackie Chan passe je trouve, oui il n'a pas l'immense carrure du personnage, mais il est capable d'être à la fois sérieux et drôle, donc pourquoi pas. Bon, le vrai problème intervient dès l'introduction, ce sera limite une parodie, avec la présentation de ce qu'est City Hunter, avec Makimura et Saeba, sur fond de comédie pitoyable, surjouée et sans queue ni tête, le fan du manga hurlera à l'horreur, demandant la tête de Wong Jing qui a osé dénaturer l'œuvre de Tsukasa Hojo. Pire, l'action ne se déroule pas à Shinjuku mais à Hong Kong, oh là là, et pourtant, ce côté volontairement parodique fonctionne, c'est drôle et si l'on arrive à se mettre des œillères (ce n'est pas City Hunter, ce n'est pas City Hunter ^^), ça fonctionne.

Le scénario nous décrit donc une enquête de City Hunter qui doit rechercher la fille d'un mec riche, tout ceci nous offrant une scène de poursuite avec des skateboard qui donne envie d'écouter la chanson la plus pourrie d'Avril Lavigne, Sk8ter boi, ou pas. En plus l'idée du paquebot est introduite tôt, je n'avais pas le souvenir de cela dans la VF. Finalement Kaori fait la gueule, parce que lors de l'anniversaire de Ryo, des femmes de prisonniers ont voulu se venger. Résultat elle fera la croisière avec son cousin qui l'aime en secret et est un mec très, très, mais vraiment très lourd. Par un concours de circonstance Ryo se retrouve sur le paquebot, comme Kaori et son cousin et aussi la fille qu'ils doivent trouver, à croire que City Hunter avait abandonné sa mission, ou pas, c'est un peu confus là j'avoue, mais bon, le pire arrivant quand on constate que Saeko, oui, la flic sexy du manga, est aussi sur ce bateau avec une amie maladroite, car elle aurait l'information d'un futur braquage.

Ce qui n'est pas faux, vu que des méchants pas gentils sont là pour voler les millionnaires présents sur cette croisière. Avec le blond en slip qui vous marquera, c'est obligé. En VF il passe pour une imbécile, mais en VO il ne semble pas si con que cela. Le mec est hyper balèze, il est d'ailleurs introduit par une scène inutile où on le voit en train de pratiquer du karaté en slip. Logique. Mieux, il va s'amouracher de Kaori, et nous offrira une scène hilarante plus tard dans le film avec la partenaire de Ryo.

En fait le film est un mélange entre univers de City Hunter, puisque l'on retrouve des personnages, du moins à travers les sous titres, je lis sur wikipédia que MacDonald peut aussi se nommer Falcon, oui, ce méchant sans grand charisme serait Umibozu???? J'en doute. Car il y a aussi Saeko, qui pour le coup est plutôt sexy et sait se battre, donc le personnage est respecté, sauf que l'on ignore qui est son amie maladroite mais bon, là encore on pardonne car dans le délire du film ça passe bien. Que dire de ce personnage qui sait jouer aux cartes, qui souffle sa mèche de façon même pas discrète, un effet de style agrémenté d'un ralenti nous permettant de bien voir l'acteur souffler sur ses cheveux, oui, c'est pauvre, mais drôle. Car oui, il faut prendre ce film comme une comédie, tout en oubliant au maximum que nous sommes dans l'univers de City Hunter. Ceux ne connaissant pas l'œuvre originale s'en moqueront, mais les autres frôleront l'arrêt cardiaque tant l'œuvre est violemment maltraitée.

Pourtant cette franche rigolade n'empêche pas les moments de bravoure, quand Ryo affronte deux terroristes qui sont nettement plus grand, avec un bel hommage à Bruce Lee au passage, une scène de combat sympa, et drôle aussi, quand on le voit prendre la pause avant de lâcher prise comme une merde, ça fait rire. Et en parallèle on voit donc les terroristes prendre possession du bateau pour dépouiller les riches. Mais juste avant ça, il y a une scène rythmée en diable, drôle et pourtant pouvant paraître débile hors contexte, c'est le chant Gala Gala Happy, putain que cette chanson de merde est entraînante, c'est dynamique à souhait, un grand moment. Mais le meilleur arrive vers l'heure 10, le fabuleux moment Street Fighter II, qui oblige quiconque fan du jeu de combat de Capcom à voir ce film. C'est simple, les personnages sont pour le coup respectés avec leurs super coup, et la fin est juste improbable, voir Jackie Chan maniéré en Chun Li, ça vaut l'achat du DVD. Oui, les effets spéciaux ne sont pas hyper impressionnant et l'on verra les trucages sans problème, mais comment c'est kiffant, surtout si l'on connaît le jeu d'origine quoi, pétard, ça me donne même envie d'y rejouer.

Le film ne s'achève pourtant pas là dessus, on aura droit à des explosions et surtout une baston finale entre Ryo et MacDonald brillante. En étant drôle et spectaculaire, on y voit Jackie Chan surjouer, faire la grimace en rigolant ou en souffrant, et ça fonctionne, on ne peut s'empêcher de se marrer en le voyant se frotter les tibias sur cette table de jeu, ou alors être tout content quand il peut enfin utiliser des bâtons pour empêcher son adversaire de lui péter les avant bras. De plus, avant cette scène, mais aussi en conclusion de celle ci, nous aurons droit à des explosions dignes de Michael Bay, celle du couloir, on le verra dans le documentaire My Story, était loin d'être feinte, frôlant l'accident.

Si l'on regarde ce film au premier degré, on y chiera dessus, c'est limite un nanar, sauf que le côté comique est volontaire. Si c'est surjoué c'est pour mieux faire "manga", avec des expressions, ou des postures qui font penser aux BD japonaises, c'est indéniable. Les fans hardcore de City Hunter, cloueront au pilori ce film, semblant sans cesse chier sur le travail de Tsukasa Hojo, pourtant si l'on s'y penche un peu plus, des éléments sont là, la Mini, le côté à la fois drôle et sérieux, mais aussi la relation ambiguë entre Kaori et Ryo. Ce n'est pas spécialement un foutage de gueule au manga je trouve, juste une adaptation comique fauchée et chinoise, c'est tout, donc on pourra pardonner certain débordement. Puis il y a cette scène Street Fighter II, divertissante à souhait. Dans l'ensemble le film est bien rythmé, l'équilibre entre humour/surjeu/action est excellent, et les 95 minutes passent à une vitesse folle. Si vous êtes un cheval avec des œillères (ou une jument), fan de City Hunter, fuyez ce film. Les autres, ne le regardez pas comme un film sérieux, mais bien comme un divertissement à prendre au second voire troisième degré. J'adore ce film en adorant l'œuvre originale (à noter que je suis peut-être con de dire ça), moins nanardesque en VO qu'en VF, il vous marquera par des scènes hilarantes, parfois impressionnantes, un film à voir au moins une fois donc. Ceux que l'on nomme "geek" se doivent juste de l'avoir dans leur DVDthèque. Personnellement je sais que ce n'est pas un très bon film, mais je l'adore quand même.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article