Parasite

Publié le par Twinsunnien

Le coffret.

Le coffret.

Alors là, c'est fou, je fais la collection de Anime Collection, et il se trouve que pour 2 mois de, euh de, comment on dit, disons que je paie 11.95€ par mois pour recevoir 2 coffrets de façon bimensuelle, c'est le principe, et là pour 2 mensualités, j'ai obtenu ce coffret collector assez mortel de Parasite, un anime qui m'intriguait violemment par la violence graphique de son coffret. Sachez d'abord qu'il existe pour la France 2 versions, la superbe édition BluRay/DVD avec artbook, OST, truc de ouf, pour environ 50€, et une version normale DVD, pour environ 13€, du moins sur la boutique Anime Store, ailleurs le prix est de 70€ pour la grosse édition et 20€ pour la classique. En plus dans la version collector il y a de très jolies illustrations je trouve, mais le plus important reste ce que l'on voit, après tout avoir une belle version n'empêche pas une série d'être mauvaise. Surtout que l'on constate que si l'emballage est magnifique, c'est un peu porté sur la violence et le sang, genre limite gore. En plus y'a des monstres tout ça, bref, on peut s'attendre à un anime violent, peut être même de façon gratuite. Sauf que je vous arrête là, il n'en est rien. Regardons l'opening, qui est un peu boom boom, mélangeant musique pop et metal, c'est bizarre, pourtant je le trouve dynamique et excellent. Il nous permet de constater que l'animation sera de haute volée, si je surkiffe le studio d'animation Bones, il faut reconnaître que MADHOUSE n'en est pas loin dans mon cœur, mais je parle je parle, regardons cette vidéo.

Opening, vidéo de Otaku Channel.

J'avertis, comme un connard de je sais pas quoi, je peux pas dire geek ou otaku, mais bon, comme un mec chiant, j'ai regardé cet anime en VOSTFr, je n'ai même pas osé mettre la VF, putain, je suis tombé amoureux vocalement de Kana Hanazawa, direct, j'adore son timbre de voix, la personnalité qu'elle donne à Satomi Murano, bref, rien que pour elle il faut écouter l'anime en VOSTFr. Bon, mais l'histoire dans tout ça. Un soir, des petits êtres bizarres débarquent et commencent à prendre possession de certains humains, cherchant à tout prix à accéder au cerveau pour avoir un contrôle total. En fait on l'ignore au début, vu que nous suivons Shin'ichi Izumi, qui a fait un mauvais rêve, pensant qu'un serpent avait pris possession de son bras droit. On verra d'ailleurs ce qu'il est arrivé cette nuit là, avec le cordon empêchant le parasite d'accéder au cerveau de notre héros, ce qui le condamnera à rester dans le bras droit.

On ne saura jamais ce que sont ces parasites, pardon du spoil, mais entité extra-terrestre, ennemi crée par la planète, la nature, nous ne le saurons jamais, on peut se faire un idée, mais rien n'est défini quand on arrive à la fin des 24 épisodes (d'environ 23 minutes). Ah, je ne me risquerai pas à vous définir le sous titre de l'anime, "La maxime", c'est indiqué dans le superbe artbook de l'édition collector, mais ça n'empêche pas d'apprécier cette série. Donc on suivra Shin'ichi, en dernière année de lycée, et la découverte du parasite, être dangereux, qui a besoin de l'hôte pour survivre, mais n'hésitera pas à tuer quiconque le jeune homme voudrait avertir. Très vite nommé Migi (droit en japonais, comme main droite), le parasite peut prendre n'importe quelle forme, parfois rigolote, comme ce tripode cyclope avec une grande bouche, ou aussi une forme plus offensive, tranchante et ultra dangereuse. Shin découvre vite qu'il n'est pas le seul à avoir été contaminé, vu que des meurtres violents et étranges ont lieux.

Donc oui, il y a de la violence, pourtant rapidement montrée à l'écran, mais ça part dans le gore, sans être dérangeant en fait, c'est fait de façon sobre, il n'y a pas de surenchère je trouve. Et très vite on s'attache aux personnages, Shin'ichi, dont on va suivre l'évolution tout au long de l'anime, et qui est spectaculaire, il y a Migi, qui évoluera aussi mine de rien, au début sans sentiments, le parasite fera un acte invraisemblable sur la fin. Il y a donc Murano, la copine d'enfance de Shin, qui est amoureuse de lui, et c'est réciproque, le problème c'est que l'arrivée du parasite va changer leur relation, Shin changeant progressivement, en s'éloignant de la belle lycéenne. Pour mieux revenir plus tard. Ce couple est ultra intéressant, avec justement une incompréhension de la part de Satomi, qui se comprend, Shin devenant de plus en plus distant, ne pouvant pas lui révéler la présence de Migi. Il y a d'autres personnages, mais il y a un gros risque de spoil, donc j'éviterai au maximum de parler des autres.

Au début le téléspectateur que nous sommes va détester les parasites, qui cannibalisent l'humanité (au sens propre du terme), seul Migi nous fera marrer, notamment quand il demandera à Shin de faire bander son appareil reproducteur juste pour voir, ceci dans les toilettes du lycée. Ces moments marrants sont peu fréquents pourtant. Et le début de l'histoire nous permet de découvrir les parasites, de les haïr, surtout quand, sans avertir, un événement va définitivement changer la vie de Shin, modifiant même son physique (exit les lunettes et la coupe de cheveu proprette), il faut dire que ce qui va arriver sera très choquant, le pire étant que ce ne sera pas la seule mort violente et choquante de l'anime. Voir notre héros paralysé devant cette personne ce comprend, mieux, le voyage qui suit, avec la rencontre d'un semblable (un humain parasité dans sa mâchoire), sera une sorte de renaissance pour notre héros. Qui en plus va se mettre à développer des capacités physiques hors normes.

Il y aura ce personnage de professeur aussi, qui reviendra sous un autre nom plus tard, et déjà j'en dis trop, mais c'est un personnage marquant, très dangereux, mais qui possède une intelligence et surtout une curiosité la rapprochant de Migi. Et comme on commence à s'attacher au parasite de notre héros, on verra qu'il en sera de même dans ce personnage féminin, que l'on déteste au début pour mieux arriver à le cerner sur la fin. Elle engendrera d'ailleurs un monstre invincible, le boss final de l'anime en quelque sorte, qui nous offrira un combat final époustouflant et brillant.

Argh, mon problème c'est de ne pas trop vous en dire tout en vous mettant l'eau à la bouche, car oui, j'ai pris une claque en voyant cet anime, comme j'en prends rarement, déjà techniquement c'est parfait, musicalement, est ce parce que j'avais un peu entendu l'OST avant, mais je trouve que c'est excellent, offrant une ambiance pas trop glauque, et dynamisant certains combats. Le récit est découpé en plusieurs arcs, avec un partage à la fin de l'épisode 12, au milieu donc, c'est parce que l'anime a été diffusé en 2 temps au Japon (euh, je crois, je ne suis pas sûr). La fin de cet épisode 12 est tout aussi choquante que la mort du premier personnage important qui fera évoluer Shin. Après l'anime part dans une sorte de Death Note mais en moins casse nouilles quand même, avec le conseil municipal, j'ai pensé à Yotsuba Inc de l'anime ou du manga Death Note. Les réunions des parasites. Dont on apprendra que certains ne sont même pas des parasites, putain j'en dis trop. Certaines réflexions de Shin et Migi font penser au combat Light/L d'ailleurs, mais une fois de plus en moins lourd je trouve.

Ce qui est encore plus fort c'est que le récit arrive dans sa dernière partie à nous faire comprendre l'utilité des parasites, devant la stupidité humaine à abattre les animaux pour se nourrir, à abattre donc d'autres espèces que eux, chose que ne font pas les parasites, il ne peuvent se nourrir que de leur espèce (un parasite humain mangera des humains par exemple), au début du moins. Pire, à travers la décharge illégale on pige que le vrai parasite est bien l'humanité, déchet de la planète qui se multiplie rapidement, on comprend que l'espèce détestable n'est pas le parasite, mais bien l'humanité. C'est là que l'on peut analyser le fait que la planète (ou la nature) a créé les parasites pour respirer un peu, sorte de sélection naturelle passant par une éradication de l'humanité. Je spoil, mais celle ci n'aura pas lieu, parce que justement l'homme reste la créature la plus dangereuse sur Terre, et voir le plan de Yamagishi en œuvre ne manquera pas de vous faire haïr ces humains n'hésitant pas à s'anéantir dans le doute, donnant plus de portée aux paroles de l'ancienne prof. Vous pigerez en voyant l'anime, pas de panique.

Mmmh, mieux vaut que le m'arrête là, ce ne serait pas raisonnable de continuer, les spoil violents risquant d'intervenir. Cet anime est le meilleur que j'ai pu voir depuis, pfiou, oui, Paranoïa Agent, j'avais été agréablement surpris par l'arc 1 de Sword Art Online aussi, mais là je pense que Parasite est mon anime préféré. Carrément. C'est beau, le doublage y est parfait, il y a de l'action, un brin d'humour, une vraie réflexion sur la condition humaine, sur notre rôle sur cette planète d'ailleurs, le côté égoïste de cette humanité aussi. Tout ceci nous le vivons à travers l'évolution, même la déshumanisation du héros, perdant tous sentiments à travers cet anime, avant de retrouver des bribes sur la fin. Je regrette un twist final (Migi dans Gotô qui revient dans son premier hôte) un peu facile, mais sinon c'est captivant, passionnant, les personnages rencontrés sont géniaux, attachants, certains vont vous arracher les larmes lorsqu'ils mourront. Certaines scènes sont sanglantes, mais ne provoquent aucunes nausées, c'est fait avec pudeur je trouve, bon, on voit beaucoup de sang c'est sûr, mais ça ne ma paraît pas gratuit comme dans certaines scènes de Gantz par exemple, un anime que j'avais bien aimé aussi. La version collector est sublime, j'avoue que je n'aurai pas pris le risque de mettre 50€ dedans sans avoir vu l'anime, mais il les vaut largement. Une œuvre plus que marquante, tout simplement le meilleur anime que j'ai pu voir (bon je n'ai pas tout vu non plus), c'est brillant, et c'est à posséder, surtout qu'il peut se trouver pour moins de 15€, foncez, vous ne le regretterez pas. Je surkiffe.

@+

Contenu du coffret.

Contenu du coffret.

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article