Play - Moby

Publié le par Twinsunnien

L'album.

L'album.

18 chansons déroulant près de 1 heure de musique, voilà ce que nous propose Moby en 1999 avec son album Play. Je le connaissais surtout pour sa relecture du thème de James Bond, et j'ai le souvenir d'avoir acheté cet album en même temps que Colin Mc Rae Rally 2.0 sur PlayStation, sans pour autant l'affirmer (j'ai des souvenirs de Heart of darkness sur la même console pour la même période), mais dans ma tête tout se mélange un peu. De plus à la télévision, pendant les coupures pubs il n'était pas rare d'entendre des titres de cet album. Voire même au cinéma, dans La Plage de Danny Boyle, avec le fabuleux Porcelain. C'est surtout le très mélancolique Why does my heart feel so bad? qui m'a marqué, mais plongeons nous dans cet univers électro pop, que certains décriront comme "musique d'ascenseur", parfois à juste titre.

Honey est très dynamique, avec son piano ou synthé foufou, le chant redondant, casse noix au bout d'un moment, une batterie très sympathique, ce qu'il y a de bizarre c'est que ce titre m'évoque la Nouvelle Orléans, le style Blues, mais dans un dynamisme étonnant. Attention, la chanson n'a pas un rythme ultra élevé à même de provoquer un arrêt cardiaque chez un teufeur ayant pris une exta, mais je le trouve plutôt relevé, comme quand on met de la moutarde sur sa viande. Je fais de ces comparaisons moi. Donc même si la redondance du chant est chiante, le titre est très agréable.

Find my baby avec sa voix saturée se voit plus calme, plus pop rock aussi avec sa gratte sèche, idem, la redondance de la phrase peut être pénible, pourtant ça fonctionne, avec les instruments arrivant tranquillement, la basse puis la guitare électrique, un titre fort agréable, disons que j'aime bien, car une fois de plus le chant n'est pas excellent, voire lassant. Ah, par contre j'ai dû fumer, il n'y a pas de guitare électrique ici. Ah si, elle arrive pour un solo calme. J'aime bien quoi.

Vidéo de emimusic.

Porcelain que l'on vient de voir. Tout (télé)spectateur du film La Plage verra des images idylliques de beau temps, d'une eau pure, d'un paradis, difficile de se défaire de l'image du film de Danny Boyle quand on écoute ce titre très suave, sur lequel Moby pose enfin sa voix (et non pas un sample), une musique douce, agréable, qui vous fera voyager même si vous n'avez pas vu le film avec Leonardo DiCaprio. J'adore. Je m'attends presque à entendre les All Saints sur la piste suivante, mais non, ici ce sera l'ultra mélancolique, le "tu vas chialer oui" Why does my heart feel so bad?, avec ce piano et surtout cette voix qui transmet une émotion d'une puissance folle, ce titre ne peut que vous toucher, c'est obligé, mon titre préféré de l'album et même de l'artiste en fait, oui, carrément, même si Natural Blues n'est pas loin. Regardons donc le clip.

Vidéo de emimusic.

South Side, nettement plus Rock, je pense même à du Beastie Boys sur les passages en rap, du moins les passages non chantés. Un titre sympa, mais pas impérissable. Tout comme Rushing, là pas de parole, du piano, puis en fait une sorte de titre acoustique qui endort presque, surtout que la piste 7 va sonner le réveil, on retrouve un chant répétitif casse noix, mais avec la guitare électrique et le changement de paroles, ça nous offre un titre marquant, le rythme n'est pas dingue et pourtant on a l'impression que ça va vite, mais je reconnais que le procédé de répéter à l'extrême les mêmes paroles peut lasser, moi j'aime bien, on retrouve un peu le son de Fatboy Slim par moment en plus.

Et c'est ainsi que débarque Natural Blues, un titre se lançant doucement, progressif même dirait Perceval, un titre au chant émouvant, accompagné par une musique électro douce et agréable, une des chansons les plus marquantes de Moby. Et le titre qui suit n'est pas du tout dans la même veine, tout à l'heure je parlais d'un teufeur, et bien voilà un titre qui va lui plaire, pure électro au rythme un peu endiablé, on à l'impression d'entendre la bande son d'un WipEout, au niveau du chant on entend ce que deviendra 18, l'album suivant de Moby, un titre surpenant qui casse une nouvelle fois un rythme qui s'adoucissait (comme avec Soupline). J'aime bien ce titre qui n'a rien à voir avec les films mettant en scène Danny Trejo. Mais petite pause en regardant Natural Blues.

Vidéo de emimusic.

7 est lent, 7 est mou, 7 est court, 7 est inutile, il endort. On passe vite ce titre insipide, pour arriver sur la reprise de Run On, je connais le titre via les Pow Wow, qui avaient déjà repris cette chanson sur leur album Regagner les plaines, et là, version blues gospel, c'est très bon, un rythme lent mais pas soporifique, on se retrouve à nouveau en Louisiane, sans que je sois capable de vous dire pourquoi, en tout cas j'aime bien ce titre. Pas comme Down Slow qui possède un son étouffer et étouffant, on se croit sous l'eau en fait, à l'instar de 7, on retombe sur un titre inutile, et écoutons alors If things were perfect, avec son son électro digne des années 80, le chant est un peu surprenant, on dirait du Faithless, aussi bien au niveau musique électro calme et chant tout aussi posé, une chanson surprenante, qui une nouvelle fois détonne sur l'album, rempli de surprise, j'aime bien.

Everloving, où une intro d'une longueur insupportable vous fera lâcher l'affaire, de toute façon ce n'est pas le reste de la piste qui vous rattrapera donc on zappe pour Inside, encore ce son étouffé, on se retrouve à nouveau sous l'eau et j'aime pas ça, le boom boom continu est chiant, tain franchement j'ai l'impression de voir des raies Manta ou des poiscailles passer, et j'ai aussi l'envie de dormir d'un coup, putain, musique d'ascenseur, vi, voilà, c'est ça, le truc pour te dé-stresser, sauf que ça marche tellement bien qu'à la fin tu pionces. Flutine et string ficelle, voilà ce que nous promet le titre suivant, Guitar Flute & String ne fait pas dans l'aquarium et pourtant, son rythme carrément pas élevé finira de vous faire piquer du nez, heureusement au bout de 2 minutes (longues mais looooooongues), on change de titre avec The sky is broken, et si le ciel est cassé, bah on s'en fout vu qu'on pionce depuis un moment déjà. On retrouve la voix posée à la Faithless, mais on se croirait devant un disque de relaxation, purée, musique tranquille, voix posée, on cherche même pas à piger ce qu'il veut nous dire vu que la bave coule déjà sur notre joue, purée, et il reste un ultime titre encore.

My Weakness, purée, oui, ma faiblesse c'est que je pionce facilement devant une chanson qui cherche à trop me détendre, et là, rebelote, rythme aseptisé, mou du bulbe, un titre qui atterri dans une compilation type "pour vous détendre le sphincter", heureusement que le son monte un peu, sinon là, pas besoin de compter les moutons, surtout que ça se termine de façon ultra calme, pétard, et c'est fini.

Vous connaissez les titres les plus sympas, genre Honey, Why does my heart feel so bad?, la reprise de Run On, Porcelain, ou même Natural Blues, j'oubliais Bodyrock. Le pire est que sur ces titres très bons, certains se lasseront car trop basés sur une répétitivité casse noix. Au final seuls les excellents Why does... et Natural Blues sortent du lot, problème, ils sont assez déprimant, tristes disons, ah, j'oubliais Porcelain qui prend une toute autre tournure si l'on a vu le film La Plage. Donc non, cet album n'est pas excellent, disons que pour les 3 titres que je cite, et sachant qu'il n'est pas disponible trop cher en occasion, il vaut le coup je trouve. Si en plus vous recherchez des titres calmes pour vous dé-stresser, la dernière partie de l'album sera parfaite pour vous. Ceux n'aimant pas les 3 titres que je juge excellents, passeront leurs chemin, perso j'ai pas trop aimé l'album, mais il y a des titres que je juge indispensable et superbe, je suis content de l'avoir et j'aime bien ces titres, en sachant que les 70% du reste de l'album, bah je m'en fous.

@+

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article